L'Algérie veut (encore) nationaliser un opérateur mobile

 |  | 487 mots
Lecture 2 min.
Le qatari Qtel (ici son siège à Doha) va devoir discuter avec l'Etat algérien. Copyright Reuters
Le qatari Qtel (ici son siège à Doha) va devoir discuter avec l'Etat algérien. Copyright Reuters (Crédits : Reuters)
L'Etat algérien envisage d'exercer son droit de préemption sur Nedjma, le numéro trois du mobile, contrôlé par le qatari Qtel. Or il contrôle déjà le numéro deux et veut aussi racheter le leader Djezzy au russe Vimpelcom.

L'Algérie envisage de nationaliser Nedjma, la marque commerciale du troisième opérateur de téléphonie mobile du pays, contrôlé par le qatari Qtel. Le ministre des Finances Karim Djoudi a déclaré ce lundi 10 septembre que l'Etat algérien ferait valoir son droit de préemption sur l'opérateur algérien aux 8 millions d'abonnés si le groupe koweitien Wataniya Telecom, actionnaire historique de Nedjma désormais contrôlé par le qatari, venait à être racheté à 100% par ce dernier. « Si Qtel rachète totalement Wataniya, donc il y a changement d'actionnariat, et s'il y a un changement d'actionnariat, il y a une règle qui s'applique c'est 41/59% » a déclaré le ministre à l'agence APS. Cette règle, introduite en 2009, oblige les intérêts algériens à prendre la majorité dans tous les projets d'investissements impliquant des étrangers. L'Algérie avait décidé d'exercer le droit de préemption sur le rachat des filiales de groupes étrangers basées sur son territoire.

Le rachat du koweitien Watanya par le qatari change la donne
Qtel, qui avait acquis 51% de Wataniya en 2007, vient d'obtenir le feu vert des autorités de régulation du Koweit pour le rachat de Wataniya, dont le montant est estimé par les analystes à 1,8 milliard d'euros (622 millions de dinars koweitiens). Le groupe qatari, qui détient 80% de Nedjma, va ainsi renforcer sa présence dans les pays du Maghreb, après son rachat fin 2010 de l'opérateur tunisien Tunisiana auprès de l'égyptien Orascom. Pour autant, le ministre des Finances algérien estime qu'il est encore trop tôt pour se prononcer sur une telle acquisition. « Attendons de voir déjà quand la demande va se poser. En l'état actuel je ne suis pas informé de la demande de Qatar Telecom », a-t-il déclaré. Fin 2003, Wataniya Telecom avait acquis pour 421 millions de dollars une licence d'exploitation de la téléphonie mobile en Algérie. Il avait lancé son réseau en août 2004. Nedjma a réalisé un chiffre d'affaires de 813,3 millions de dollars en 2011.

Alger bientôt propriétaire des 3 opérateurs ?
Cette annonce intervient alors que l'Algérie a déjà décidé d'exercer son droit de préemption sur Djezzy, le premier opérateur de téléphonie mobile du pays, après le rachat du groupe égyptien Orascom Télécom, sa maison-mère, par le groupe russe Vimpelcom. Les négociations entre les deux parties sont au point mort, buttant sur le prix (la valorisation des parts de Vimpelcom entre 6,5 et 7,8 milliards de dollars). En envisageant de racheter Nedjma, l'Etat algérien, riche de ses pétrodollars (200 milliards de dollars de réserve de change) et qui détient l'opérateur public Mobilis (numéro deux du mobile) pourrait se retrouver propriétaire des trois opérateurs de téléphonie mobile présents sur son marché ! L'Algérie compte 35 millions d'abonnés au mobile.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/09/2012 à 21:35 :
la règle 41/59 officialise la corruption comme l'avait été les règles tunisiennes et égyptiennes !
a écrit le 12/09/2012 à 12:23 :
En effet, les dirigeants algériens sont passés maitres en gabegie et expert en demolition d'un état. Mais ici, il s'agit plus tot de s'opposer à un état (Quatar) qui lui aussi est expert en démolition de pays et qui utilise (utilisera) tous les moyens pour destabiliser l'Algérie. Ils en sont aux portes de l'Algérie: au sahel et au pauvre Mali. Possédé le 3eme operateur télécom avec autant d'abonné c'est prendre des risques périlleux.
Ce qui est marrant dans tout ça, c'est de voir le changement de ton de la France. Sous Sarkozy, les quataris pouvaient opérés à tout va alors que sous Hollande, il semblerai qu'il y ait un revirement de ton en faveur de l'Algérie. Voyons ce que nous dira le futur (notament la visite de Hollande en Algérie).
a écrit le 12/09/2012 à 8:54 :
Plutot que de nationaliser ses opérateurs, L'agérie ferait mieux de moderniser ses raffineries, faute d'investissements le pays à été obligé d'importer des hydrocarbures cette année, ce pays est l'image même de la mauvaise gestion et de la gabegie, aucune industrie, trés peu de pme, pratiquement plus d'investissements étranger, aucun investissement dans le tourisme, aucune infrastructure, et en plus une classe politique complétement corrompu, le voisin marocain a fait beaucoup mieux.
Réponse de le 12/09/2012 à 9:11 :
hahaahhhahhahahahhahahahahahahahaaahahha
a écrit le 11/09/2012 à 21:33 :
Ils sont riches en petrole mais pas en idees.
Réponse de le 16/09/2012 à 14:54 :
Il faudrait que le français se réveillent: j'étais en Algérie le mois d'août et je peux vous affirmer que le peuple de ce pays se porte très bien économiquement.
Les franchouillards au lieu de passer leur temps à criquer l'ancienne possession, devraient tenter leurs chances dans ce pays proche culturellement et nullement rancunier; prenez exemple sue les portugais qui s'expatrient en Angola en ce moment.

a écrit le 11/09/2012 à 20:19 :
Argent facile sur le dos des investisseurs etrangers. Tres bon marketing de la part du gouvernement pour etre certain qu il n y aura plus un investissement etranger d ici a tres peux de temps. Il est vrai qu ils sont tellement riche !
Réponse de le 12/09/2012 à 1:08 :
Ils sont effectivement tres riche. Racheter au qatar c'est racheter a un islamiste. Bonne idee, rachetez et virez le lui et sa chaine al jezira.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :