Bruxelles va scruter de près le rachat par Orange de l’espagnol Jazztel

 |   |  630  mots
Cette acquisition de 3,4 milliards d'euros, constitue « la plus grosse opération de croissance externe d'Orange depuis dix ans. »
Cette acquisition de 3,4 milliards d'euros, constitue « la plus grosse opération de croissance externe d'Orange depuis dix ans. » (Crédits : © Andrea Comas / Reuters)
La Commission européenne a décidé de ne pas laisser le gendarme espagnol de la concurrence examiner ce rachat, la plus grosse acquisition d’Orange depuis dix ans. L’opérateur français espère malgré tout boucler l’opération avant la fin du semestre.

« La concentration en Europe, c'est tout sauf facile » avait insisté début janvier Stéphane Richard, le PDG d'Orange, en présentant ses vœux à la presse. Bruxelles lui donne raison ce lundi. La Commission européenne vient d'annoncer qu'elle poursuivait son enquête approfondie sur l'offre de rachat de l'opérateur français sur l'Espagnol Jazztel, sans renvoyer l'examen du projet à l'autorité espagnole de la concurrence, comme celle-ci en avait fait la demande en novembre. Toutefois, après l'ouverture de cette enquête approfondie décidée en décembre par la DG Concurrence bruxelloise, le contraire aurait été étonnant, observe-t-on chez Orange, qui affirme tabler toujours sur une finalisation de l'opération d'ici à la fin du premier semestre.

La Commission précise dans son communiqué qu'elle a jusqu'au 30 avril pour prendre « une décision finale sur la question de savoir si l'opération envisagée entraverait ou non de manière significative l'exercice d'une concurrence effective » dans l'Espace économique européen.

 « Il y a un peu de concentration en Europe, mais la procédure est longue, les remèdes ennuyeux, nous le voyons nous-mêmes en Espagne. C'est tout sauf facile » avait déclaré Stéphane Richard le 13 janvier dernier.

Devenir un poids lourd convergent fixe-mobile

Le PDG d'Orange avait cependant confié « espérer boucler au printemps » cette acquisition de 3,4 milliards d'euros, « la plus grosse opération de croissance externe d'Orange depuis dix ans. » En fusionnant sa filiale espagnole avec Jazztel, Orange veut devenir le « deuxième opérateur fixe haut débit du marché » en surfant sur le succès des offres couplées fixe-mobile « convergentes », et partant renforcer ses positions dans le mobile, où il est numéro deux, au coude à coude avec Vodafone, derrière l'opérateur historique Telefonica. Vodafone a acquis l'été dernier le câblo-opérateur ONO, un rachat à 7,2 milliards d'euros autorisé sans problème par la Commission européenne, qui avait jugé les deux entreprises complémentaires. En revanche, dans le cas d'Orange et Jazztel, Bruxelles s'est montré dès le départ plus circonspect :

« La Commission craint que l'opération envisagée n'entraîne une diminution importante de la pression concurrentielle pour les services d'accès à l'internet fixe et les offres «multiple play» fixes et mobiles. La disparition de Jazztel en tant que force concurrentielle importante pourrait entraîner des hausses de prix de ces services pour les clients en Espagne » expliquait-elle en décembre.

Plus d'engagements envers le petit Yoigo et les MVNO ?

Elle estime que les engagements proposés jusqu'ici par Orange sont « insuffisants pour dissiper complètement les sérieux doutes qu'elle a émis. » La Commission redoute que l'opérateur né de la fusion ne soit plus un aiguillon concurrentiel, soulignant le succès des « offres «triple play» combinant la téléphonie vocale fixe, l'internet fixe et les services de télécommunications mobiles [équivalent du quadruple-play français sans la télévision, NDLR], qui sont devenues le produit de télécommunication le plus populaire en Espagne en 2013 », que seuls les acteurs intégrés disposant de réseaux fixes et mobiles seraient en mesure de concurrencer.

Le plus petit des opérateurs mobiles espagnols, Yoigo (détenu par le nordique TeliaSonera), un temps convoité par Orange puis par Jazztel, risquerait de ne plus avoir d'espace économique, tout comme les MVNO, les opérateurs virtuels sans réseau. La Commission devrait demander à Orange plus de concessions dans ce domaine, par exemple des engagements sur des offres de gros à destination de ces acteurs.

La nouvelle DG Concurrence, sous la direction de la commissaire Margrethe Vestager, montre en tous cas qu'elle ne laissera pas passer « comme une lettre à la poste » ces opérations de concentration qui se multiplient dans les télécoms depuis dix-huit mois.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/01/2015 à 19:25 :
Surtout ne pas laisser des géants des Telecom se créer en Europe, sinon comment vont faire les Géant US pour s'emparer du marché européen après la signature du Tafta?
L'Europe a déjà couler ces fournisseurs (Alcatel, Nokia) il ne este plus qu'a couler les opérateurs, et hop la croissance US repart .... Elle est pas belle la vie ? ..... Des Américains.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :