Orange : un bénéfice en baisse mais des objectifs atteints

L'entreprise française de télécommunications a salué mardi "la très bonne performance commerciale du groupe". Elle a déclaré avoir investi 5,6 milliards d'euros en 2014 sur le très haut débit et la qualité des services.
En France, Orange a affirmé sa place de leader sur le mobile avec 256.000 ventes au quatrième trimestre 2014, notre meilleure performance trimestrielle depuis 2008, a souligné le directeur financier du groupe, Ramon Fernandez.
"En France, Orange a affirmé sa place de leader sur le mobile" avec 256.000 ventes au quatrième trimestre 2014, "notre meilleure performance trimestrielle depuis 2008", a souligné le directeur financier du groupe, Ramon Fernandez. (Crédits : © Denis Balibouse / Reuters)

Orange a vu son bénéfice net presque divisé par deux en 2014 par rapport à 2013 à 1,22 milliard d'euros, selon les résultats publiés mardi 17 février par l'opérateur historique français qui affirme néanmoins avoir "atteint l'ensemble de ses objectifs" de l'année passée.

La réduction du bénéfice net est "notamment due à l'impact d'éléments spécifiques non liés à la performance de l'activité", assure Orange dans un communiqué.

Le chiffre d'affaires en baisse de 2,5%

"Sur l'ensemble de l'année, le chiffre d'affaires s'établit à 39,4 milliards d'euros, en baisse de 2,5%" à base comparable", a indiqué lors d'une conférence téléphonique le directeur financier, Ramon Fernandez, saluant "la très bonne performance commerciale du groupe". En données historiques, le chiffre d'affaires 2014 enregistre une diminution de 3,7% par rapport à 2013 incluant l'impact des variations de périmètre avec principalement la cession d'Orange Dominicana, d'Etrali et de Wirtualna Polska, ainsi que l'effet des variations de change.

L'endettement financier net en baisse

Ramon Fernandez s'est félicité que l'endettement financier net d'Orange soit passé en un an de 30,7 milliards d'euros à 26 milliards d'euros.

"Conformément à nos engagements, l'Ebitda retraité est de 12,2 milliards d'euros", a souligné le directeur financier d'Orange. "Nous avons stabilisé notre marge d'Ebitda (revenus d'une entreprise avant soustraction des intérêts, impôts...) à 30,9% en poursuivant nos efforts de réduction des coûts sans pour autant freiner notre dynamique commerciale", a déclaré Ramon Fernandez.

"Nous avons investi 5,6 milliards d'euros en 2014, c'est 14,3% de notre chiffre d'affaires contre 13,7% en 2013, pour accélérer notre différenciation sur le très haut débit et la qualité des services", a-t-il également expliqué.

La barre des quatre millions d'abonnés 4G franchie début février

Selon lui, "le très haut débit est en Europe un vecteur de croissance et de reconquête commerciale".

"Au 31 décembre nous avions 3,7 millions d'abonnés 4G en France", a-t-il précisé, ajoutant que "la barre des 4 millions d'abonnés 4G a été franchi en France début février. 2015".

"En France, Orange a affirmé sa place de leader sur le mobile" avec 256.000 ventes au quatrième trimestre 2014, "notre meilleure performance trimestrielle depuis 2008", a détaillé Ramon Fernandez. En Espagne, Orange va débourser 3,4 milliards d'euros pour acquérir l'opérateur Jazztel alors qu'en Grande-Bretagne le groupe devrait recevoir 4,6 milliards d'euros de la cession à BT Group de EE, sa filiale commune avec Deutsche Telekom.

Le plan stratégique présenté en mars

Orange propose de verser au titre de l'exercice 2014 un dividende de 0,60 euro par action, et prévoit de le maintenir à 0,60 euro pour 2015, a précisé son directeur financier.

Le PDG d'Orange Stéphane Richard présentera le 17 mars son plan stratégique à horizon 2020.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 4
à écrit le 17/02/2015 à 15:31
Signaler
orange est bridé en france par la régulation française, un système mafiaux qui oblige l'opérateur historique non seulement à louer à prix coûtant la boucle locale (nécessaire mais tarof le plus bas des pays industrialisé d'europe) mais surtout tous s...

le 17/02/2015 à 16:01
Signaler
Ha comme on regrette le bon vieux temps du monopole et de ses tarifs exorbitants sans parler d'une dette colossale. C'était chouette, pas de concurrence, le client il la fermait vu que si il n'était pas content il ne pouvait pas aller voir ailleurs.

à écrit le 17/02/2015 à 11:32
Signaler
Il leur reste encore quoi a vendre, car la manne de l'itinérance devrait commencer a diminuer, et un réseau de plus en plus opérationnel à des tarifs très compétitifs devrait inciter de plus en plus de départs de clients Orange qui attendaient que le...

à écrit le 17/02/2015 à 9:53
Signaler
Les actionnaires vont pas être contents !

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.