Comcast propose 22 milliards de livres pour racheter Sky

 |   |  759  mots
Comcast met en avant le fait que son offre est supérieure de 16% à celle de 21st Century Fox et de 13% à la cotation de l'action Sky le 26 février, veille de l'annonce de sa marque d'intérêt.
Comcast met en avant le fait que son offre est supérieure de 16% à celle de 21st Century Fox et de 13% à la cotation de l'action Sky le 26 février, veille de l'annonce de sa marque d'intérêt. (Crédits : Brendan McDermid)
Le câblo-opérateur américain Comcast a déposé une offre formelle pour acheter Sky pour 22 milliards de livres et le groupe de télévision britannique a retiré son soutien à la proposition concurrente de Fox, bien inférieure.

Le feuilleton se poursuit. Le câblo-opérateur américain Comcast a déposé une offre formelle pour acheter Sky pour 22 milliards de livres et le groupe de télévision britannique a retiré son soutien à la proposition concurrente de Fox, bien inférieure. Après avoir fait part de son intérêt le 27 février, Comcast a formalisé ce mercredi 25 avril une offre de 12,50 livres par action en numéraire, mettant sur la table l'équivalent de 25 milliards d'euros, et produit un énième épisode de la saga autour de la prise de contrôle de Sky.

Le feuilleton avait commencé fin décembre 2016 avec l'intervention du groupe de médias américains 21st Century Fox, propriété de la famille du magnat Rupert Murdoch. Déjà propriétaire de 39% de Sky, Fox a alors proposé 10,75 livres par action pour acquérir les 61% du capital qui lui manquaient, quatre ans après une première tentative de prise de contrôle manquée. L'offre de 21st Century Fox était alors soutenue par la direction de Sky, dont le conseil d'administration est présidé par James Murdoch, fils de Rupert Murdoch.

Cette offre a reçu le feu vert de tous les pays concernés, à l'exception du Royaume-Uni où une enquête approfondie a été ouverte par les autorités qui craignent une main mise des Murdoch sur le secteur de l'information au Royaume-Uni, où la famille possède déjà, via son entité News Corp, deux quotidiens à grand tirage, The Times et The Sun. Mais la tentative lancée depuis près d'un an et demi par les Murdoch, au prix de maints efforts et promesses au régulateur britannique, a pris du plomb dans l'aile avec l'irruption de Comcast. Ce dernier constitue l'un des poids lourds mondiaux du secteur, avec dans son escarcelle NBC, USA Network, CNBC ou encore les studios Universal et DreamWorks, sans compter ses activités d'opérateur internet.

Sky retire son soutien à l'offre de Fox

Comcast met en avant le fait que son offre est supérieure de 16% à celle de 21st Century Fox et de 13% à la cotation de l'action Sky le 26 février, veille de l'annonce de sa marque d'intérêt.

"L'acquisition de Sky va permettre au groupe combiné Comcast/Sky d'investir davantage dans des programmes originaux ou existants et d'amortir les coûts sur une base de clients plus large comptant 52 millions de consommateurs", a expliqué le groupe américain, tenu de réagir face à l'essor des plates-formes de vidéos en ligne comme Netflix.

Comcast a insisté aussi sur son "intention de maintenir la grande qualité des informations de Sky News", la chaîne d'informations en continu de Sky qui fait l'objet de toutes les attentions, notamment politiques.

Trois quarts d'heure après la publication de ce communiqué, Sky a répondu en retirant le soutien qu'il apportait à l'offre de Fox, par la voix de son comité indépendant formé de responsables de Sky non membres de la galaxie Murdoch. Le comité a ajouté qu'il "saluait" l'offre de Comcast.

Même s'il ne la soutient pas formellement, son annonce constitue bien un rude coup aux ambitions des Murdoch. Avec son offre supérieure, Comcast espère convaincre les actionnaires indépendants de Sky, et compte boucler cette acquisition d'ici à la fin 2018. Pour pimenter le tout, Comcast a vraisemblablement manifesté son intérêt pour acheter 21st Century Fox lui-même au début du mois de novembre dernier, d'après un document boursier publié le 18 avril aux États-Unis. Mais Fox a estimé que la transaction avec Disney, qui a depuis proposé de le racheter, avait plus de garantie d'arriver à son terme et c'est la maison mère de Mickey qui a emporté la mise jusqu'à présent.

L'action Sky grimpe

Outre Sky News, Sky est très présent dans le sport et vient de garder la main sur la plus grande partie des droits de diffusion de la Premier League anglaise de football au Royaume-Uni. Le groupe a par ailleurs conclu un partenariat avec la plate-forme suédoise de streaming musical Spotify. Sky diffuse aussi de la fiction, détenant par exemple les droits de diffusion de la série à succès "Game of Thrones". Le groupe de télévision est présent dans cinq pays européens (Royaume-Uni, Irlande, Allemagne, Autriche et Italie).

L'action Sky grimpait de 3,78% à 13,57 livres vers 12H50 GMT à la Bourse de Londres, soit au-dessus du prix proposé par Comcast, les investisseurs semblant tabler sur une surenchère pour le groupe britannique.

(avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :