Déploiement de la fibre : le « désengagement » préoccupant des opérateurs dans les grandes villes

Orange, SFR, Bouygues Telecom et Free essuient des critiques concernant l’avancement de leur couverture en fibre des grandes villes. Le régulateur des télécoms fustige un « rythme insuffisant ». Les collectivités locales, elles, redoutent que de nombreux foyers se retrouvent sur la touche.
Pierre Manière
Marseille et Lille ne sont couvertes en fibre qu'à hauteur, respectivement, de 76% et 71%.
Marseille et Lille ne sont couvertes en fibre qu'à hauteur, respectivement, de 76% et 71%. (Crédits : ALESSANDRO BIANCHI)

Le déploiement de la fibre se poursuit à un rythme soutenu dans l'Hexagone. D'après l'Arcep, le régulateur des télécoms, plus de quatre locaux sur cinq sont éligibles à cette technologie, qui doit prendre le relais de l'ADSL pour se connecter à Internet. La fibre est désormais devenu la référence, puisqu'elle totalise 51% des abonnements à haut et à très haut débit. Ce résultat est le fruit du plan France Très haut débit, qui a été initié il y a près de dix ans sous Nicolas Sarkozy, et dont les objectifs ont été repris et renforcés par François Hollande puis Emmanuel Macron. Son ambition est d'apporter un Internet à très haut débit à tous les Français d'ici à la fin de l'année, et « la fibre pour tous » à l'horizon 2025.

Ce chantier est globalement en bonne voie. Personne ne le conteste. Mais il souffre cependant d'importants problèmes de qualité et de malfaçons. En parallèle, le rythme des déploiements dans les zones dites « très denses » - c'est-à-dire les grandes villes pour l'essentiel - ralentit depuis plusieurs mois. Cette situation inquiète l'Arcep, qui redoute que certains foyers et entreprises se retrouvent sur la touche.

D'importants retards à Lille et Marseille

Dans son dernier observatoire du marché de l'Internet fixe, le régulateur n'y va pas par quatre chemins. Il affirme que « le rythme insuffisant » des déploiements de fibre « constaté dans les zones très denses ces derniers trimestres perdure ». L'évolution de la couverture de certaines villes en fibre est même au point mort. Sachant que certaines agglomérations sont franchement en retard. A l'instar de Marseille et Lille, dont les taux de couverture en fibre sont respectivement de 76% et 71% :

Fibre

(Crédits: Arcep)

L'Arcep souligne aussi que, dans certains départements, comme la Meurthe-et-Moselle, le Nord ou les Bouches-du-Rhône, « la couverture en fibre optique est bien inférieure à la couverture moyenne nationale de ces zones, qui s'établit à 90% » :

Fibre

(Crédits: Arcep)

Cette situation est largement critiquée par l'Avicca, une association qui rassemble les collectivités impliquées dans le numérique. Au début du mois, elle a tiré la sonnette d'alarme. Dans un communiqué, cette association, très influente dans les télécoms, a donné le ton : « Zones denses : toujours aucune perspective de complétude. » Elle y dénonce « les conséquences du désengagement progressif des opérateurs à déployer de nouvelles prises » fibre. Avant de les étriller, un à un.

« Iliad/Free s'est désengagé le premier, avec une moyenne mensuelle de 800 nouvelles prises fibre ces huit dernières années, déplore l'Avicca. Côté SFR, sur la même période, la moyenne mensuelle est de 2.300 prises, et ce chiffre n'est même plus atteint en moyenne trimestrielle. Quant à Orange, si l'opérateur historique conserve encore une capacité de production, celle-ci fond bien trop rapidement. »

Un régulateur démuni

Cette situation handicape d'abord de nombreux foyers, pour qui la perspective de bénéficier un jour de la fibre s'éloigne. L'autre problème, c'est que l'Arcep est en réalité un brin démunie. A part déplorer la situation, l'institution ne peut pas faire grand-chose. Dans les grandes villes, les Orange, SFR, Bouygues Telecom et Free n'ont aucune obligation de couverture. Les zones très denses font simplement l'objet d'une « concurrence par les infrastructures ». C'est-à-dire que tous les opérateurs déploient ici leurs réseaux comme bon leur semble.

En élaborant le plan France Très haut débit, les pouvoirs publics ont estimé qu'il n'y avait pas lieu d'imposer une obligation de complétude. Ils estimaient que la couverture totale de ces territoires urbains et très peuplés ne serait pas un problème, au regard de leur forte rentabilité. Force est de constater que ce n'est pas, aujourd'hui, le cas.

Pierre Manière
Revivez la 1ère journée du Transition Forum 2022

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 8
à écrit le 14/09/2022 à 19:36
Signaler
Le régulateur n'a qu'à demander à free de faire les investissements et de mettre tout ca à dispo quasi gratuite des autres, pour qu'ils puissent aussi casser les prix en ayant 80%de marge... peut etre que chez le régulateur il aurait fallu des cours ...

à écrit le 14/09/2022 à 18:58
Signaler
Début d'explication , les sous traitants ne veulent plus travailler aux conditions que leur imposent les opérateurs tant en terme de prix , de délais et de qualité après la déconvenue de scopelec qui a perdu le marché avec orange et laissant plusieur...

le 14/09/2022 à 19:40
Signaler
En ce qui concerne scopelec, c'est parceque il faisait du travail de merde, et de la surfacturation.

le 14/09/2022 à 19:41
Signaler
En ce qui concerne scopelec, c'est parceque il faisait du travail de merde, et de la surfacturation.

à écrit le 14/09/2022 à 17:39
Signaler
Si France télécom maintenant orange avait gardé son monopole il y a longtemps que la France serait fibrée. Comme la concurrence a été ouverte les acteurs se concentrent sur ce qui est rentable en particulier les grand copains de Macron SFR FREE

à écrit le 14/09/2022 à 17:21
Signaler
Ne pas oublier le réseau Numéricâble/RED SFR qui donne toujours satisfaction

à écrit le 14/09/2022 à 17:06
Signaler
La question est de savoir pourquoi les operateurs ne font rien. et l article ne donne aucune raison. car si le marché est rentable, pourquoi personne ne bouge ? a mon avis le marché n est pas si rentable que ca et une bonne partie des clients potenti...

le 14/09/2022 à 19:42
Signaler
@cd "une bonne partie des clients potentiels ne veulent pas la fibre et se contentent de l adsl qui suffit pour leur usage" Entièrement d'accord ,mais les opérateurs le savent,ils jouent donc sur les pannes ,coupure du réseau intentionnelle à rép...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.