En Europe, Nokia s’inquiète des dispositifs anti-Huawei

 |   |  483  mots
« Je ne suis pas sûr que des processus de certifications pays par pays nous mèneront quelque part », a déclaré Rajeev Suri, le chef de file de Nokia, d’après le Financial Times.
« Je ne suis pas sûr que des processus de certifications pays par pays nous mèneront quelque part », a déclaré Rajeev Suri, le chef de file de Nokia, d’après le Financial Times. (Crédits : Sergio Perez)
Alors que sur le Vieux Continent, de nombreux pays, dont la France, planchent sur de nouvelles régulations pour limiter l’influence de Huawei dans la 5G, Nokia estime que ces mesures pourraient plomber et renchérir le déploiement de cette technologie.

Alors que la France a validé, mercredi soir, une proposition de loi visant à limiter Huawei dans les futurs réseaux 5G, Nokia ne sabre pas le champagne. Le géant finlandais des équipements télécoms, grand rival du groupe de Shenzhen, se dit inquiet. Pour son état-major, les dispositifs anti-Huawei qui sont en train de voir le jour sur le Vieux Continent risquent de plomber et de renchérir le coût de la 5G. Ce qui préoccupe particulièrement Nokia, c'est qu'à ce sujet, l'Union européenne agit de manière fragmentée. Chaque pays fait, en clair, sa cuisine dans coin. Nokia redoute que cela bouscule sa chaîne logistique, et in fine ses livraisons d'équipements aux opérateurs.

« Je ne suis pas sûr que des processus de certifications pays par pays nous mèneront quelque part », a déclaré Rajeev Suri, le chef de file de Nokia, d'après le Financial Times.

Avant de rappeler que les réseaux 5G nécessiteront des mises à jour régulières, et que des réglementations plus strictes pourraient perturber la production. Sa crainte ? Que ces nouvelles régulations débouchent sur des usines à gaz.

« Soyons prudents, insiste-t-il. Nous ne voulons pas plus de paperasserie, de bureaucratie, ni de coûts supplémentaires. »

Feu vert en France pour la loi « Huawei »

En France, une proposition de loi visant à sécuriser les réseaux 5G vient tout juste d'être validée par le Parlement. Derrière cet objectif de protéger des réseaux sensibles - via un nouveau régime d'autorisation des équipements -, qui seront cruciaux pour l'économie et bon nombre de services régaliens, le gouvernement veut aussi y limiter l'empreinte de Huawei. Mais l'exécutif prend grand soin de ne pas le dire explicitement afin de ne pas froisser l'empire du Milieu. Le géant chinois des infrastructures télécoms suscite aujourd'hui la méfiance des services de renseignement. Ils redoutent que ses infrastructures soient utilisées à des fins d'espionnage pour le compte de Pékin.

En Europe, plusieurs pays, comme le Royaume-Uni ou l'Allemagne, songent à faire de même. Les États-Unis, eux, ont décidé de bannir Huawei, qu'ils accusent d'espionnage au profit de la Chine, des réseaux 5G. En pleine bataille commerciale avec Pékin, Washington mène un intense lobbying en Europe pour convaincre le continent de s'aligner sur sa position.

Malgré ses inquiétudes, Nokia, tout comme son rival Ericsson, profite malgré tout des déboires de Huawei. Les grandes difficultés de son rival lui permettent d'engranger des contrats d'équipements 5G auprès des opérateurs. Le mois dernier, le groupe finlandais a indiqué avoir signé 42 commandes, contre 40 pour Ericsson et 19 pour Huawei.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/07/2019 à 15:25 :
Huawei vous paie t'il pour propager ce genre de désinformation :

"Le géant finlandais des équipements télécoms, grand rival du groupe de Shenzhen, se dit inquiet. Pour son état-major, les dispositifs anti-Huawei qui sont en train de voir le jour sur le Vieux Continent risquent de plomber et de renchérir le coût de la 5G."

Ils sont en concurrence directe sur ces marchés !!! Si Huawei perd un marché,era c'est Nokia ou Ericsson ou un autre qui le remplacera pour sa plus grande satisfaction en terme de volume d'activité, voire de marge.
a écrit le 06/07/2019 à 0:46 :
Je veux rester à Nokia 3 et c'est une très bonne marque
a écrit le 05/07/2019 à 11:25 :
Bon faudrait savoir: Un jour Nokia dénonce le manque de sécurité lié à Huawei et un autre jour dénonce les mesures contre Huawei.
a écrit le 04/07/2019 à 18:47 :
"un nouveau régime d'autorisation des équipements". On a vu ce que cela a impliqué dans le secteur automobile : beaucoup de pertes en ligne. Alors pour les télecom, pensez donc!
a écrit le 04/07/2019 à 14:15 :
Attendons car les US vont autoriser Huawei et nous serons les dupés par cette fausse guerre avec des coûts 5G qui pénaliseront notre économie.
Je ne sais si l'occupation de la bande passante de la 4G est vertueuse pour l'économie donc la 5G est-elle nécessaire ou devons nous être plus frugal ? ex : Quel intérêt de regarder Netflix en thd sur un écran de 6 pouces ? De faire de la visio a tout bout de champs dans ma rue ?....
a écrit le 04/07/2019 à 14:10 :
La communication de NOKIA est curieuse depuis quelques temps et ne sert pas la valeur de son cours de bourse. Même les bonnes nouvelles comme l'éviction de HUAWEY de certains marchés incitent à une prudence de sioux de la part des dirigeants.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :