L’Allemagne réfléchit à exclure Huawei des réseaux 5G

 |   |  430  mots
Berlin a changé son fusil d'épaule. En octobre dernier, le gouvernement avait indiqué aux parlementaires qu’il ne voyait pas de base légale pour exclure une société d’une adjudication 5G à venir.
Berlin a changé son fusil d'épaule. En octobre dernier, le gouvernement avait indiqué aux parlementaires qu’il ne voyait pas de base légale pour exclure une société d’une adjudication 5G à venir. (Crédits : Thomas Peter)
Selon le "Handelsblatt", Berlin songe à imposer des conditions de sécurité que le géant chinois des équipements télécoms ne serait pas en mesure d’assurer, afin de torpiller sa participation au déploiement de la 5G.

Nouveau coup dur pour Huawei. D'après le quotidien économique allemand Handelsblatt, Berlin réfléchit aux moyens d'exclure Huawei des futurs réseaux 5G. Pour y arriver, le gouvernement songe à différentes options. Une possibilité serait d'imposer d'importantes conditions de sécurité que le géant chinois des télécoms ne serait pas en mesure d'assurer, afin, in fine, de l'empêcher de déployer ses équipements. En parallèle, des modifications de la législation allemande des télécoms sont aussi à l'étude, en dernier recours, souligne le Handelsblatt, comme le rapporte Reuters.

Cela montre que Berlin a, en quelques mois, changé son fusil d'épaule. En octobre dernier, le gouvernement avait indiqué aux parlementaires qu'il ne voyait pas de base légale pour exclure une société d'une adjudication 5G à venir, suite à un avertissement des États-Unis. Washington mène depuis plusieurs mois un intense lobbying anti-Huawei à l'international, affirmant que ses équipements pourraient être utilisés à des fins d'espionnage pour le compte de Pékin.

Les États-Unis continuent leur offensive

Les États-Unis, qui ont interdit à Huawei de participer au déploiement de la 5G, multiplient les offensives à l'encontre du géant chinois. Ce mercredi, un groupe bipartisan de parlementaires américains a présenté un texte visant à interdire la vente de composants électroniques « made in USA » à Huawei, à son compatriote ZTE, et à d'autres groupes de télécoms chinois qui ne respectent pas les lois et sanctions américaines. Ce projet de loi, qui devra être transmis au président Donald Trump pour promulgation, a été dévoilé juste avant que le Wall Street Journal rapporte que des procureurs fédéraux enquêtent sur Huawei, accusé de vol de secrets commerciaux à des entreprises américaines. De sources proches du dossier, le quotidien précise que l'enquête concerne notamment la technologie d'un équipement de T-Mobile utilisé pour tester les smartphones.

Ces nouvelles difficultés interviennent alors que le fondateur et président de Huawei, Ren Zhengfei, est monté au créneau, ce mardi, pour défendre son groupe. D'habitude très discret, il s'est entretenu, en début de semaine, avec quelques journalistes. Selon lui, les accusations d'espionnage n'ont aucun fondement. Huawei est « une entreprise indépendante », qui « s'est engagée à être du côté de ses clients en matière de cybersécurité et de protection des données », a-t-il affirmé, selon le Financial Times. « Nous ne ferons jamais de mal à aucun pays ou individu », a-t-il renchéri.

(avec Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/01/2019 à 9:26 :
pleine de bon sens l’Allemagne...., contrairement à le maire qui l'accueil ''à bras ouverts''
a écrit le 17/01/2019 à 18:47 :
La FR n'a pas les moyens de s'en défendre.

A d'autres occasions économiques, la chine a fait pression sur la FR,
jamais sur l'allemagne.
a écrit le 17/01/2019 à 17:02 :
Les Etats Unis tapent sur la Chine mais aussi sur l'Allemagne qui n'ose pas s'allier avec la Chine contre les américains et qui du coup courbe l'échine, et je ne parle même pas de l’inexistence de sa puissance politique qui lui impose un mode de fonctionnement aussi aliénant. Quelle grotesque faiblesse de la part d'un pays qui a pourtant les caisses pleines. A quoi bon imposer une paupérisation généralisée à l'UE pour ça svp ?

Maintenant attention n'étant pas soumis à la pensée binaire je pense qu'en effet pour le long terme bannir les multinationales chinoises du marché de la communication est plus que sage mais maintenant je préfèrerais que cette réflexion soit pensée et non un acte comme il semble bien l'être, forcé.

A quoi nous sert cette puissance zombie ?

Vite un frexit.

"L’Allemagne, puissance sans désir" https://www.monde-diplomatique.fr/2015/05/A/52957 (dossier)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :