Orange : Stéphane Richard renonce à son indemnité de départ

L’ancien chef de file de l'opérateur historique, qui doit définitivement quitter le groupe ce jeudi, a décidé de refuser une rémunération exceptionnelle de 475.000 euros.
Pierre Manière

2 mn

Stéphane Richard a été contraint de quitter son poste de PDG d’Orange après sa condamnation dans l’affaire Tapie.
Stéphane Richard a été contraint de quitter son poste de PDG d’Orange après sa condamnation dans l’affaire Tapie. (Crédits : Reuters)

Stéphane Richard ne touchera finalement pas son indemnité de départ. Dans un communiqué publié par Orange ce mardi, l'opérateur indique que son ex-PDG a renoncé à une rémunération exceptionnelle de 475.000 euros. Jusqu'à présent, le conseil d'administration souhaitait la proposer ce jeudi, en assemblée générale.

« Cette décision était motivée par le niveau global de la rémunération de Stéphane Richard depuis 2010, par la volonté de compenser l'absence de tout dispositif de retraite, ainsi que de souligner l'esprit de collaboration permanent dans lequel il a accompagné le processus rigoureux de succession, précise l'opérateur dans sa missive. Le conseil souhaitait également valoriser l'ensemble des résultats financiers et stratégiques obtenus tout au long de ses trois mandats à la tête du groupe. »

Un chèque et des critiques

Mais cette rémunération a suscité les critiques de plusieurs agences de conseil en vote, parmi lesquelles Glass Lewis, ISS et Proxinvest, qui ont appelé les actionnaires à voter contre. Confronté à cette grogne, Stéphane Richard a préféré jeter l'éponge. « Face à l'incompréhension de certains actionnaires, qui considèrent que cette attribution n'est pas conforme aux principes qui doivent s'appliquer à la rémunération des mandataires sociaux et que cette modalité aurait dû être prévue et anticipée, Stéphane Richard décide de renoncer à cette rémunération exceptionnelle », précise Orange.

Stéphane Richard a été contraint de quitter son poste de PDG d'Orange après sa condamnation dans l'affaire Tapie. Il a été remplacé à la direction générale le 4 avril dernier par Christel Heydemann, venue de Schneider Electric. Il doit enfin céder la présidence non-exécutive de l'opérateur à Jacques Aschenbroich, aujourd'hui à la tête de Valeo.

Pierre Manière

2 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.