Smartphones : en Europe, Oppo veut prendre l’aspiration de Huawei

 |   |  647  mots
Une femme pianote sur son mobile devant une publicité pour Oppo, à Singapour.
Une femme pianote sur son mobile devant une publicité pour Oppo, à Singapour. (Crédits : Reuters)
Le fabricant chinois de terminaux a annoncé mardi 19 juin qu’il se lançait sur le Vieux Continent. Il cherche, notamment, à profiter du travail de son rival Huawei, qui s’est battu, ces dernières années, pour que les smartphones "made in China" ne soient plus considérés comme des produits de second rang par les consommateurs.

L'aspiration, c'est ce phénomène qu'on retrouve notamment en sport automobile. Cela permet à une voiture qui roule juste derrière un concurrent d'accélérer beaucoup plus vite, car la résistance à l'air est moindre. Sous ce prisme, le fabricant de smartphones chinois Oppo, qui a annoncé mardi 19 juin qu'il se lançait sur le marché européen, ne va pas se faire prier pour appuyer sur le champignon derrière son grand rival Huawei. Pourquoi ? Parce que les dirigeants d'Oppo comptent profiter du rôle de défricheur qu'a joué Huawei sur le Vieux Continent.

Il faut dire que ce dernier, qui s'est lancé en marque propre dans les smartphones il y a un peu plus de cinq ans, mise gros ces dernières années sur l'Europe pour doper ses ventes. Pour y arriver, Huawei a développé, année après année, des terminaux de plus en plus haut-de-gamme. Surtout, en parallèle, l'industriel n'a pas lésiné sur la communication pour redorer son blason et apparaître comme un groupe innovant. Son objectif : chasser l'étiquette, qui lui a un temps collé à la peau, d'un groupe chinois low cost, qui ne serait bon qu'à copier les leaders du secteur Samsung et Apple.

Huawei s'offre Griezmann

Voilà pourquoi, depuis plusieurs années, Huawei met systématiquement les petits plats dans les grands lorsqu'il sort de nouveaux terminaux. Pour le lancement de ses derniers smartphones de référence, les P20 et P20 Pro, le géant chinois s'est offert, en mars dernier, rien de moins que la nef du Grand Palais à Paris ! Et aujourd'hui, en pleine Coupe du monde de football, il s'est payé Antoine Griezmann, l'attaquant star de l'équipe de France, pour vanter ses produits dans les affiches du métro de la capitale.

La stratégie d'Oppo est limpide : il compte capitaliser sur ce travail effectué en amont par Huawei pour plus facilement séduire les Européens. Alen Wu, le vice-président d'Oppo en charge de l'international, ne s'en cache pas - même s'il se garde bien, forcément, de citer son rival.

« Quand ils pensent aux marques chinoises, [les Européens] pensent à des entreprises qui innovent, a-t-il lancé mardi, selon l'AFP. C'est une fondation très solide pour attaquer le marché. »

Essoufflement du marché chinois

Sur le fond, Oppo - à l'instar de ses rivaux Xiaomi et OnePlus qui se lancent eux-aussi en Europe -, voit dans le Vieux Continent une belle opportunité d'étoffer sa clientèle, alors que le marché chinois s'essouffle. Aujourd'hui, selon Gartner, il est le cinquième vendeur de smartphones dans le monde (avec une part de marché de 7,3% au premier trimestre), juste derrière Xiaomi (7,4%), mais loin derrière Huawei (10,5%), Apple (14,1%) et Samsung (20,5%).

En outre, alors que la guerre commerciale fait rage entre les États-Unis et la Chine, l'Europe constitue probablement, aux yeux des fabricants chinois, un espace commercial plus amical. Tous ont en mémoire les déboires de Huawei, qui a jeté l'éponge au pays de l'Oncle Sam après avoir tenté, pendant des années, d'y faire son nid. Et c'est sans compter sur les difficultés de l'équipementier télécoms chinois ZTE, dont l'activité pâtit gravement des sanctions américaines.

L'Europe pour compenser la perte des États-Unis

La semaine dernière, lors d'une table ronde sur l'Internet à très haut débit à Paris, Shi Weiliang, le patron de Huawei France, a confirmé que l'Europe constituait la priorité de son groupe :

« S'il y a des pays qui ne [veulent pas] nous accueillir, ce n'est pas grave, a-t-il lancé. On va travailler avec les pays qui sont contents avec nous. Il n'y a pas de problème. Ce qu'on va faire, c'est qu'on va retirer nos investissements aux États-Unis, et on va les mettre en Europe. »

Le message a le mérite d'être clair.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/07/2018 à 1:40 :
J'utilise un Oppo N3 depuis 10 mois. C'est un excellent combiné et offre de très bonnes fonctionnalités. La qualité de la caméra est excellente et offre une caméra rotative à mouvement qui prend de très bons panoramas. Mon seul bogue est que Oppo est terrible à fournir des mises à jour de système d'exploitation OTA.

____________________________________________________
https://dltutuapp.com/
https://kodi.software/
https://luckypatcher.pro/
a écrit le 21/06/2018 à 8:53 :
Ok donc ils ne changent pas les mauvaises habitudes d'une dictature...

Gentils chinois pour le "libre" échange.

"CIA, FBI et NSA suspectent Huawei d’être un espion à la solde de Pékin " https://bfmbusiness.bfmtv.com/entreprise/cia-fbi-et-nsa-suspectent-huawei-d-etre-un-espion-a-la-solde-de-pekin-1374489.html

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :