Télécoms professionnelles : Celeste veut grandir avec Infravia

 |   |  472  mots
Nicolas Aubé, le fondateur et dirigeant de Celeste.
Nicolas Aubé, le fondateur et dirigeant de Celeste. (Crédits : DR)
Spécialiste des offres Internet à très haut débit pour les entreprises, Celeste a fait rentrer, la semaine dernière, le fonds d’infrastructures Infravia à son capital. L’opérateur mise sur sa force de frappe pour accélérer le déploiement de son réseau de fibre et conquérir des clients.

Celeste veut changer de dimension. La semaine dernière, l'opérateur télécoms à destination des professionnels a annoncé l'arrivée du fonds Infravia à son capital. L'opération est importante. De fait, Infravia détient désormais 75% du groupe, qui était jusqu'alors détenu par Nicolas Aubé, son fondateur et dirigeant, et ses proches. Celeste refuse de dévoiler le montant de l'opération. Même si dans le secteur, certains affirment qu'elle pourrait se situer entre 100 et 110 millions d'euros. Nicolas Aubé, pour sa part, reste aux manettes. Interrogé par La Tribune, le dirigeant argue que cette manne permettra au groupe d'accélérer le déploiement de son réseau de fibre, et d'étoffer son portefeuille de clients.

D'après Nicolas Aubé, Celeste dispose aujourd'hui d'un parc d'environ 4.000 abonnés. Sachant que l'opérateur cible les sociétés de plus de dix personnes, avec des offres qui débutent à 400 euros par mois. Celeste dispose surtout d'un réseau de fibre en propre, qu'il déploie depuis 2011, et couvre environ 25 agglomérations dans l'Hexagone. Un actif essentiel pour Nicolas Aubé. A ses yeux, dans le monde des télécoms professionnelles (un marché évalué à environ 10 milliards d'euros dans l'Hexagone, ultra-dominé par Orange et dans une moindre mesure par SFR), seuls les acteurs disposant d'un réseau ont vocation, dans les années à venir, à rester en place.

> Lire aussi : Télécoms pour les entreprises : Celeste mise sur sa fibre pour doper sa croissance

Pour Nicolas Aubé, l'arrivée d'Infravia intervient à un moment-clé.

« Nous pensons qu'aujourd'hui 30% des entreprises que nous ciblons ont la fibre optique, et nous serons à 100% d'ici quatre à cinq ans, affirme le dirigeant. La bascule a lieu maintenant. »

En s'alliant à un fonds, Celeste veut, selon Nicolas Aubé, se donner les moyens de conquérir de nouveaux clients dans cette période déterminante. Son objectif n'a pas changé : passer le cap des 100 millions d'euros de chiffres d'affaires d'ici 2023, avec 17.500 clients au compteur. Sachant qu'en 2017, les ventes de l'opérateur se sont élevées à 18,5 millions d'euros.

Nicolas Aubé argue qu'il avait besoin d'un actionnaire puissant et « solide » comme Infravia (qui gère 4 milliards d'actifs dans les infrastructures) pour doper son développement. Il évoque déjà la possibilité, à terme, de racheter des opérateurs alternatifs, en particulier ceux qui n'ont pas de réseau, pour augmenter son nombre de clients.

Les fonds d'infras friands des télécoms

L'arrivée d'Infravia chez Celeste intervient alors que les télécoms ont la cote, aujourd'hui, auprès des fonds d'infrastructures. Lesquels n'hésitent pas à sortir le chéquier pour racheter des tours de téléphonie mobile ou des réseaux de fibre.

Des investissements perçus comme étant à fort potentiel et sécurisés alors que la consommation de données et de services Internet croît à toute vitesse.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 25/03/2019 à 14:28 :
a 400 euros par mois pour commencer, ils ont plus de marge pour investir que ceux qui proposent des forfaits a 2 euros pour tous, avant de se rendre compte que ca va etre leger pour payer les investissements quand on n'utilise plus le reseau des autres en cout variable!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :