Télécoms : qui est Oasis Smart SIM, la pépite française rachetée par Tata ?

 |  | 461 mots
Lecture 2 min.
Olivier Leroux, le DG d'Oasis Smart SIM.
Olivier Leroux, le DG d'Oasis Smart SIM. (Crédits : DR)
Le géant indien des télécoms vient de mettre le grappin sur ce spécialiste français de l’eSIM.

Une pépite de la tech française vient de passer sous pavillon indien. Fin décembre, le géant des télécoms Tata Communications a pris le contrôle d'Oasis Smart SIM, à hauteur de 58,1% du capital. Cette petite entreprise implantée à Saint-Germain-en-Laye et à Aix-en-Provence compte quelques dizaines de salariés. Peu connue du grand public, elle est spécialisée dans l'eSIM. Les smartphones et objets connectés recourent progressivement à cette technologie qui permet de faire disparaître la traditionnelle carte Sim au profit d'une solution embarquée. Ce qui...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/01/2021 à 7:09 :
Vous avez des genies a l'elysee, le maire en tete.
a écrit le 11/01/2021 à 22:40 :
Ben alors, c'est pas une licorne, si c'est une pépite ? Après les américains les chinois, les Allemands, voilà les indiens ... la souveraineté a la française. Macron et son gouvernement continuent la vente à la découpe de la maison France 😁
Réponse de le 12/01/2021 à 10:35 :
Penchez vous sur les acquisitions françaises à l'étranger et notamment en Allemagne, vous allez être surpris, les rachats stratégiques ne sont pas à sens unique.
Réponse de le 12/01/2021 à 11:04 :
La situation est simple:
Une start-up a besoin d'argent pour se développer, en France il n'y a pas de fonds d'investissement intéressés donc la société pour se développer se vend au plus offrant ,c'est inévitable .
La France est un pays d'inventeurs mais pas un pays de développeurs industriels faute d'investisseurs près à prendre des risques.
Le déclin industrie français a commencé il y a plus de 40 ans et il est trop tard pour inverser la tendance.
La France a privilégié quelques secteurs qui vont mal , aéronautique tourisme et Agro alimentaire, actuellement le tiercé tout sauf gagnant.
Réponse de le 12/01/2021 à 11:29 :
de Alex06 vous semblez oublier que les acquisitions n'ont pas de nationalité, par contre la perte de savoir faire oui !!! puisqu'elle est détenue par les personnes!

Aucune boite n'a de nation, elles ont des mandants, et la disons que comme ce qui se fait depuis 20 ans dans le domaine, c'est juste la continuité.

(j'étais chez alcatel) du coup la stratégie en france a mon avis est a voir comme celle pour lutter contre le virus....

Mais il n'y a aucune entreprise qui n'a de nation, c'est un mythe si l'on sait ce que l'on a pu voir depuis 20 ans.

Et ce n'est pas qu'elle soit a un français que cela en fait un bien de l'état, ne pas confondre l'intérêt particulier noyé dans l'intérêt collectif !

Car actuellement, a part financer le risque a leur place, comme les banques, nous constaterons bientôt si ce concept d'appartenance "nationale" de particulier dira au non !!

En tout état de cause, et selon a la réalité des 20 dernières années, lorsque l'on travaille "worldwide", si il y a bien un pays dans lequel les dites "entreprises" et actionnaires n'ont aucun rapport avec la nation, c'est bien ici !!!

j'ai pu le voir de mes propres yeux a plusieurs reprises !!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :