Un million d’euros d’amende requis contre le président d’Iliad

 |   |  379  mots
Maxime Lombardini, le président du conseil d'administration d'Iliad.
Maxime Lombardini, le président du conseil d'administration d'Iliad. (Crédits : Reuters)
Le collège de l'Autorité des marchés financiers (AMF) a requis ce jeudi 27 mars un million d'euros d'amende contre le président du conseil d'administration d'Iliad Maxime Lombardini pour des cessions d'actions et 500.000 euros contre l'opérateur.

Il a sorti la règle en fer. Le collège de l'Autorité des marchés financiers (AMF) a requis jeudi un million d'euros d'amende contre le président du conseil d'administration d'Iliad Maxime Lombardini pour des cessions d'actions et 500.000 euros contre l'opérateur. L'AMF reproche à l'entreprise d'avoir tardé à communiquer son intérêt pour l'opérateur américain T-Mobile, dévoilé fin juillet 2014. Elle met parallèlement en cause M. Lombardini, alors directeur général du groupe, pour deux cessions d'actions début juillet 2014 réalisées à un moment sensible puisque s'organisait l'opération contre T-Mobile.

M. Lombardini et des représentants d'Iliad, entendus jeudi par la commission des sanctions de l'AMF, ont contesté ces accusations. Une amende d'un million d'euros a également été requise contre la banque UBS, qui a conseillé le groupe dans l'opération, ainsi que respectivement 400.000 euros et 40.000 euros pour deux de ses salariés, Christian Lesueur et Alexandre Zaluski. L'AMF reproche à Iliad d'avoir tardé à communiquer sur sa tentative de rachat de l'opérateur américain, filiale de l'Allemand Deutsche Telekom, entraînant une mauvaise information du marché.

Une vente d'actions qui pose question

"Il n'y a pas eu d'atteinte au fonctionnement du marché, personne n'en a profité, on n'a entendu aucune rumeur avant l'annonce, aucun mouvement anormal observé sur le titre, en volume", a défendu le conseiller d'Iliad Jean-Pierre Martel, devant la Commission. Concernant le président du conseil d'administration du groupe, c'est la vente d'actions qui pose question, du fait de la proximité de cette opération avec la tentative de rachat de T-Mobile. M. Lombardini assure que cette vente a été réalisée par sa femme.

"Je ne me suis absolument pas occupé de T-Mobile", a en outre assuré M. Lombardini, "j'avais beaucoup de travail de communication à réaliser après le retrait d'Orange" de la tentative de rachat de Bouygues Telecom tentée en juin 2014. Le groupe fondé par Xavier Niel avait annoncé le 31 juillet 2014 qu'il était intéressé par l'opérateur américain et offrait alors 15 milliards de dollars pour acheter près de 57% de T-Mobile US à son actionnaire Deutsche Telekom. L'offre avait été rejetée par le groupe et Iliad avait annoncé mettre fin à son projet d'acquisition en octobre de la même année.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :