Zones blanches numériques : Orange, SFR et Bouygues appellent à réviser le projet de loi

 |   |  384  mots
Près de 8 milliards d'euros ont été investis en 2015 pour déployer et entretenir les réseaux.
Près de 8 milliards d'euros ont été investis en 2015 pour déployer et entretenir les réseaux. (Crédits : REUTERS/Tim Wimborne)
Les patrons des trois grands opérateurs appellent les pouvoirs publics à ne pas décourager les opérateurs dans leurs investissements pour la couverture numérique du territoire.

Les dirigeants de trois grands opérateurs télécoms français, Orange, SFR et Bouygues Telecom, exhortent le parlement à revoir les orientations d'un projet de loi visant notamment à supprimer les zones sans réseau en téléphonie mobile, l'estimant contre-productif dans une tribune publiée par le Journal du Dimanche.

"Nous sommes très préoccupés par le débat parlementaire sur la couverture numérique du territoire, en particulier l'examen du projet de loi relatif à la montagne. Les intentions du législateur en la matière sont parfaitement louables mais ses orientations nous paraissent contre-productives", écrivent les PDG de Bouygues Telecom, Olivier Roussat, d'Orange, Stéphane Richard et de SFR, Michel Paulin dans leur lettre commune.

>> Lire aussi : Ces 300 communes qui n'ont toujours pas de réseau mobile

Après l'examen du projet de loi à l'Assemblée nationale, le Sénat a adopté dans la nuit de mercredi à jeudi des dispositions visant à supprimer les zones blanches - c'est-à-dire sans réseau - en téléphonie mobile. Il a notamment donné une définition législative de ces zones afin d'améliorer la couverture numérique du territoire.

Une commission mixte paritaire doit trouver une version commune aux deux chambres

"Au législateur, nous voulons dire avec respect et franchise que vouloir décider par la loi, à la place des opérateurs, les modalités selon lesquelles ils devront investir et construire leurs réseaux mobiles dans des parties entières du territoire, en les contraignant à adopter certaines formes d'organisation et de mutualisation de leurs installations, n'aura pas l'effet attendu", ont prévenu les dirigeants.

"Loin d'encourager l'investissement et l'amélioration de la couverture, cela contribuera à bouleverser l'économie de notre secteur", estiment-ils.Or, assurent les PDG, le secteur des télécoms a réalisé près de 8 milliards d'euros d'investissements en 2015 pour déployer et entretenir les réseaux.

"Pour cet effort continu d'investissement en faveur des territoires, nous n'attendons pas de félicitations. Un peu de modération fiscale et de sagesse réglementaire nous suffirait...", plaident-ils, appelant "le législateur à réexaminer, à l'occasion de la commission mixte paritaire demain (lundi, NDLR), toutes les dispositions adoptées par le Sénat".

>> Lire aussi : Couverture des zones blanches : Orange et SFR épinglés

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/12/2016 à 9:20 :
Les députés et sénateurs français c est comme les hémorroïdes ! Ca sort tous du corps en saignant ! 😏🙄
a écrit le 19/12/2016 à 9:01 :
Et ben dites donc je suis d'accord avec les opérateurs, non pas pour les mêmes raisons quand même puisque eux c'est lié à la radinerie de leurs actionnaires milliardaires qu'ils ne veulent pas investir sans avoir un gros retour financier. Malgré leurs belles paroles ce n'est que ça, décideurs privés et publics se moquent bien de nous.

Mais je ne comprends pas par contre cette obstination à vouloir que les chamois puissent bénéficier d'une couverture internet, qu'il y ai des zones blanches me semble plutôt bien il n'y a aucun intérêt à couvrir toute la france à 100%, les politiciens se sont mit en tête cette espèce de dogme de défi technophile idiot sans n'avoir prit aucun recul sur la question.

Mais bon normalement ce que actionnaires milliardaires veulent politiciens donnent donc normalement cette idée stupide devrait atteindre ses limites.
Réponse de le 19/12/2016 à 11:41 :
Votre post est contradictoire, vous nous dites que les actionnaires des Télécoms ne sont pas intéressés par l investissement des zones rurales et isolés car peu rentable et ensuite vous affirmez que la desicion des parlementaires n est que le résultat du lobbies de ces mêmes actionnaires !!!
Réponse de le 19/12/2016 à 14:03 :
Tiens c'est marrant mais vous n'avez pas lu le commentaire que j'ai écris !

Jamais vu ça, bravo ! Félicitations !

Comme je le dis souvent si vous ne comprenez pas ce que je dis n'hésitez surtout pas à me poser des questions de compréhensions, avouer qu'on ne comprend pas n'.a rien de minable bien au contraire c'est intelligent et courageux et c'est quand même vachement plus sérieux que d'intervenir et du coup de démontrer qu'en effet on a rien compris.

Merci.
a écrit le 18/12/2016 à 21:05 :
alternative
obliger ceux qui margent a 80% a faire les investissements et a les mettre ' a tarif favorable' a disposition de ceux qui n'en n'ont pas les moyens
il est temps de renvoyer l'ascenceur, non, ca serait juste, solidaire donc de gauche, je pense
a écrit le 18/12/2016 à 12:27 :
Comme d'habitude ! Aucun membre de la société civile, ingénieur, technicien ou autre, ne fait partie de ces sénateurs (ou députés d'ailleurs). Professionnels de la politique, Ils ne connaissent rien à l'économie et prennent toujours des dispositions à côté de la plaque. C'est aussi à cause de gens comme ceux-là que notre industrie a été torpillée alors que c'est le socle d'une nation. Et que font-ils ? Rien. A quand la taxe sur les délocalisations à la Trump ?
En plus ces sénateurs pour moi ne sont pas des élus ! En effet, seuls de grands électeurs peuvent voter pour les élire ! Le Sénat coûte bien trop cher au pays, je suis donc pour sa suppression immédiate. En Allemagne le Bundesrat représentant les régions est constitué simplement des élus des régions (Landers). Il faut créer enfin en France de vraies régions (pas le bazar du guignol Hollande), leur donner un fort pouvoir économique par une vraie décentralisation, et virer le Sénat ! Mais ces gugus feront tout pour garder leurs privilèges d'ancien régime et continuer à bloquer le pays ... C'est aux français de se bouger, pas aux appareils des partis.
Réponse de le 19/12/2016 à 6:55 :
N'importe quoi! Les opérateurs demandent des fréquences exclusives et délaissent des zones car sans densité et sans économie d'échelle. Il convient donc d'encourager la fibre en montagne ou internet par satellite par ces opérateurs ou alors leur retirer ces fréquences

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :