Contrats d'assurance-vie : début de polémique

 |   |  214  mots
Suite aux révélations du Parisien, un député UMP demande la création d'une commission d'enquête sur les contrats d'assurance-vie dont les montants ne sont pas réclamés.

On les appelle officiellement les contrats d'assurance-vie en déshérence, ceux dont les montants ne sont pas réclamés et qui dorment dans les comptes des assureurs et des banquiers.

Ce vendredi, le Parisien a voulu dénoncer cet état de fait et parle d'un montant global de cinq milliards d'euros. Non négligeable en pleine crise économique et financière sur fond de débat sur le pouvoir d'achat des Français.

Le député UMP du val d'Oise, Philippe Houillon, a indiqué ce vendredi avoir, "dans un souci d'éthique et de transparence", demandé la création d'une commission d'enquête parlementaire sur le sujet. Selon lui, "chaque année, il y a près de 170.000 contrats d'assurance-vie non réclamés (pour un montant estimé entre 1 et 2 milliards d'euros par le gouvernement et 950 millions d'euros par la Fédération française des sociétés d'assurance ) qui restent captés par les compagnies d'assurance".

Il rappelle que "la situation avait été jugée +inacceptable sur le plan de l'éthique+ par le Médiateur de la république dans son rapport 2006".
 

Les parlementaires ont déjà prévu d'affecter au Fonds de réserve des retraites les avoirs des contrats d'assurance-vie non réclamés après 30 ans.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :