Les crédits à la consommation dopés par les achats de voitures neuves

 |   |  314  mots
Les crédits à la consommation ont progressé de 0,9% en novembre par rapport à novembre 2008, tirés par les achats de voitures neuves, selon l'Association française des sociétés financières (ASF).

Le montant des crédits à la consommation a enregistré en novembre une hausse de 0,9% par novembre à 2008, selon l'Association française des sociétés financières (ASF). C'est la première fois depuis septembre 2008 que ces crédits renouent avec la croissance.

Toutefois, ce léger regain doit être relativisé "dans la mesure où novembre 2008, pris pour référence, subissait déjà une baisse importante de l'activité", tempère l'ASF, qui regroupe l'ensemble des établissements de crédits spécialisés (366 entreprises pour 285 milliards d'euros d'encours au 30 juin 2009, soit près de 20% du total des crédits à l'économie du secteur privé et 60% du total des crédits à la consommation).

La hausse est tirée principalement par les financements de voitures particulières neuves, qui enregistrent une hausse spectaculaire de 46,6% sur un an (hors financements des locations avec option d'achat). La diminution progressive de la prime à la casse, qui passera de 1.000 à 700 euros le 1er janvier et à 500 euros le 1er juillet, contribue probablement à cette vigueur du crédit automobile. Au total, le montant des crédits accordés pour les achats de voitures particulière neuves sur les onze premiers mois de 2009 est équivalent à ce qu'il était sur la même période il y a un an.

Stabilité des autres types de prêts

Pour les prêts personnels, la tendance est à une quasi stabilité (-0,1% en novembre sur un an, après un recul de 21% en moyenne les trois mois précédents).

Le crédit renouvelable connaît de son côté un moindre recul que les mois précédents (-5% en novembre sur un an, après -14,7% en moyenne les trois mois précédents).

En revanche la baisse n'est qu'à peine freinée pour les financements destinés à l'équipement du foyer (-12,1% sur un an après -17% en moyenne les trois mois précédents).

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :