Cortal Consors propose d'acheter de l'or sur le Web

 |   |  460  mots
La filiale d'intermédiation de BNP Paribas propose aux épargnants français d'acheter directement, via Internet, des lingots d'or et des pièces d'or.

Les Français restent parmi les principaux détenteurs d'or de la planète: entre 3.000 et 5.000 tonnes d'or, presque deux fois plus que les réserves officielles de la Banque de France ! Si l'essentiel provient de successions, nombre d'épargnants éprouvent depuis peu le besoin d'en racheter. En pleine crise, le Napoléon a même retrouvé une prime sur les 5,8 grammes d'or qu'il contient. C'est qu'en France le marché de l'or physique est devenu confidentiel. La Bourse de Paris Euronext a d'ailleurs cessé de coter l'or le 31 juillet 2004.

Les particuliers sont donc contraints de se rendre dans des officines spécialisées autour du Palais Brongniart, ou aux enchères. Désormais, un simple ordinateur suffira. Depuis lundi, Cortal Consors, le site de courtage en ligne filiale de BNP Paribas, propose à la vente lingots et napoléons. "Il n'y avait aucune raison pour qu'un particulier ne puisse pas acheter de l'or physique aussi facilement que n'importe quelle Sicav", explique Benoît Gommard, directeur général de Cortal Consors France.

Concrètement, le particulier indique le nombre de lingots et de napoléons qu'il souhaite acquérir, à un cours fixé par le partenaire de Cortal Consors, CPor (ex-CPRor), dont les codes Isin respectifs sont FR0003999010 et FR0003999036. Les lignes détenues seront ensuites indiquées sur le relevé du compte-titre, comme une action ou un fonds. L'or acheté sera stocké dans les coffres de CPor. Pour rapatrier son bien chez soi, il faut se rendre dans une agence CPor (Paris, Lyon ou Nice). Attention, Cortal Consors ne faisant pas d'expertise, la revente est ensuite impossible.

Le seul bémol concerne le coût de l'opération. D'abord, les cours de CPor sont souvent légèrement supérieurs à celui de l'once d'or sur le marché (depuis le 31 juillet 2004, l'or n'est plus coté sur Euronext). Ensuite, des frais de 2% sont prélevés à l'achat comme à la vente. Enfin, il faudra compter 1,6% par an pour frais de conservation du métal précieux dans un coffre. Au total, il faudra donc que le cours ait gagné au moins 12% pour rentrer dans ses frais au bout de cinq ans.

Et même 20% en incluant la taxe de 8% (dont 0,5% de CRDS) prélevée sur le montant de la vente. Toutefois, une alternative existe depuis le 1er janvier 2006 : opter pour le régime dérogatoire correspondant à 28,1% des plus-values réalisées. Un abattement de 10% par an étant appliqué dès la troisième année, le placement est totalement exonéré au bout de douze ans.

Le jeu peut en valoir la chandelle. Le napoléon, par exemple, a gagné 27,6% depuis la faillite de Lehman Brothers, confirmant l'or comme placement anti-crise. UBS parie même sur une once d'or à 1.050 dollars à l'horizon 2010, contre 932,5 actuellement.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :