Bourse : que valent les actions "nordiques" ?

 |   |  309  mots
Marc Olivier, directeur général de Nordea, fait découvrir les atouts de ces valeurs encore méconnues.

En 2009, les signes de reprise économique ont amorcé au niveau mondial un rally boursier qui a ravivé l'intérêt des investisseurs pour les actions. Et plus particulièrement pour les pays émergents. Le retour vers les actions européennes, lui, reste timide. Il existe pourtant une région très peu exposée : l'Europe du Nord.

Pour quelles raisons ? Discrétion de ces économies, connaissance des investisseurs insuffisante, hétérogénéité des devises et donc, des politiques monétaires ... Plusieurs freins endémiques expliquent le manque d'intérêt des investisseurs étrangers pour la Suède, la Finlande, la Norvège et le Danemark.

A y regarder de plus près, sur les dix dernières années, l'Europe du Nord a pourtant enregistré une croissance supérieure à celle de la zone euro. Le contexte politique stable de ces pays nordiques combiné à une grande variété de ressources naturelles crée un terreau fertile pour les entreprises de la région. De plus, les économies locales sont fortement orientées vers l'export, vu la relative faiblesse de la demande intérieure.

De fait, des entreprises d'envergure internationale, comme ABB, SKF, H&M, AstraZeneca, Nokia, Maersk, StatoilHydro, ou Vestas, sont devenues des leaders dans leurs domaines grâce à leur capacité d'innovation, et sont solidement implantées en Russie, Europe centrale, Chine, Inde ou encore Brésil. Autre atout : les entreprises nordiques sont souvent positionnées sur des secteurs dits cycliques (industrie, technologies, biens de consommation discrétionnaires, matières premières ...). Un atout clé en période de reprise !

Preuve de la pertinence boursière de ces pays, l'indice MSCI Nordic Countries a battu d'environ 12% l'indice général MSCI Europe entre décembre 2004 et 2009.

Accéder à l'intégralité des "Questions pratiques"

Retrouvez une nouvelle question pratique, du lundi au vendredi dans le journal La Tribune.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :