Les épargnants français sont-ils trop prudents ?

 |   |  402  mots
En matière d'investissement financiers, les Français ont encore un peu de mal à se jeter à l'eau.
En matière d'investissement financiers, les Français ont encore un peu de mal à se jeter à l'eau. (Crédits : Flickr/kleuske. CC License by.)
Un placement tranquille avec des rendements très élevés, voilà ce qu'espèrent les investisseurs français, selon une étude du cabinet de gestion Schroders.

Quand on parle d'épargne et de placements, les notions de risque et de prudence sont fondamentales. Et les Français ont justement la réputation d'être assez prudents dans leur logique de dépense, privilégiant ainsi l'épargne classique à l'investissement. En effet, selon la dernière édition de la Global Investor Study réalisée par la société de gestion Schroders, les épargnants français ont bien un comportement d'épargne plus timoré que la moyenne mondiale, mais ce n'est toutefois pas si flagrant.

Ainsi, quand on demande aux Français quelle est leur priorité numéro 1 concernant leur revenu disponible pour l'année à venir, ils sont 39% à vouloir investir et 26% à vouloir épargner. Fait surprenant, ils sont 5% à vouloir épargner en laissant simplement leur argent à domicile. Dans la moyenne globale, les sondés sont 46% à vouloir investir et seulement 20% à vouloir épargner. 17% des Français ont également comme priorité de simplement "dépenser" leur argent, contre 15% pour la moyenne globale.

Des objectifs de rendements irréalistes

Dans le détail, les Français ont plus de mal avec les placements financiers. Si ce type d'investissement convainc presque 1 investisseur sur 4 à l'échelle mondiale, seulement 16% des Français "ont l'intention d'investir sur les marchés financier", précise l'étude de Schroders. A titre de comparaison, les Français sont presque autant convaincus par les investissements dans l'immobilier (15%). Et pas loin, on retrouve l'achat de produits de luxe, cité par 12% des sondés français comme leur "priorité pour l'année à venir après avoir payé les factures et les charges fixes". Ensuite on retrouve l'investissement pour la retraite et les remboursements de dettes, crédit immobilier compris, tous les deux cités par 8% des investisseurs français.

Sans être aussi pantouflards que l'on pourrait parfois les présenter, les Français sont donc tout de même assez prudents en matière d'investissement. Paradoxalement, cela ne les empêche pas d'espérer des rendements très élevés de leurs investissements, avec un objectif de performance de 8,9%. Les Français sont donc trop optimistes car, comme le rappelle Schroders dans son étude, l'indice mondial MSCI a enregistré une performance annualisée de 7,2 % au cours des 30 dernières années. La moyenne européenne est cependant à peine plus faible, à 8,7% de rendement, et bien plus élevée au niveau mondial, à 10,2%.

Lire aussi : Assurance vie: les Français acceptent un peu plus les placements risqués

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/11/2017 à 12:11 :
En tous cas, l'assurance vie est sur le déclin et n'est plus la panacée, même si les statistiques prouvent que les dépots sont en hausse par rapport aux retraits....Soit vous optez pour une position " défensive" en restant positionnés sur les fonds euros et votre épargne ne rapporte quasiment plus rien , même par l 'intermédiaire de contrats internet sans frais d entrée ni de sortie ( mais les frais de gestion plus les cotisations sociales sont mortelles....) soit vous optez pour une position plus " agressive" avec les fonds actions et les frais de gestion sont beaucoup plus élevés, le résultat étant le même : vu la volatilité des marchés, au mieux, votre rendement est faible, au pire , vous perdez de l argent..... La solutions ? : rachat partiels de son contrat pour bénéficier des avantages fiscaux maintenus ( pour l'instant....) et aprés.......pas de solutions à part les livrets défiscalisés leur minable taux de 0.75%...ou la lessiveuse !!!! (les anciens me comprendront....)
a écrit le 26/11/2017 à 1:01 :
On a tous goûté aux merveilles du PEA qui devait nous apprendre à investir, on tous perdu de l'argent les banquiers eux se sont goinfrés.
On veut bien prendre le risque d'investir afin de gagner de l'argent, mais ce bénéfice surtout pas le partager avec les banquiers et l'état (csg etc), donc on n'investit pas dans un monde d'escrocs, c'est une question de morale et de bon sens.
a écrit le 25/11/2017 à 0:03 :
Non, ils sont simplement trop taxés pour prendre des risques.
a écrit le 24/11/2017 à 20:21 :
Dans le même temps, les banques préfèrent vendre des services facturés par abonnement, au lieu de prêter aux entreprises. Par ce que vous faire payer un service, c'est sans risque; alors que prêter aux entreprises. De même quand les banques vous propose un FCPI, vous prenez tous le risque, on vous vend un "avantage fiscal", et en fait la banque le récupère sous forme de frais de gestion.

Avant de reprocher aux épargnants de vouloir des revenus sans risques, les établissements financier devraient déjà balayer devant leur porte.

et avant de pleurer sur les dizaines de milliards placés en assurances vie, qui ne financent rien, on pourrait parler des centaines de milliards placés dans les placements financiers à la construction artificiel et qui ne financent rien non plus.

en fait, c'est "à nous" de financer l'économie à risque, et "à eux" soit de faire des gains sans risques via les frais de gestion, soit de pouvoir placer leurs magots dans la finance qui ne finance rien de réelle
Réponse de le 25/11/2017 à 14:25 :
100% de voyre avis.
a écrit le 24/11/2017 à 15:25 :
Quand la communautés disparaît en faveur de l’égocentrisme, ils ont intérêt a se méfier!
a écrit le 24/11/2017 à 15:21 :
Quand la communautés disparaît en faveur de l’égocentrisme, ils ont intérêt a se méfier!
a écrit le 24/11/2017 à 13:13 :
En 9 ans, mon PEA avait perdu 18%, ça m'a un peu refroidi, ai pas voulu attendre 30 ans voir si ça augmente, comme tout le monde le dit ("sur le long, ou très long terme"). Soit on achète 50 types d'actions pour atténuer les baisses des unes avec les hausses des autres, soit on en a trois quatre (en n'y connaissant rien du tout) et on voit ce que ça donne. C'est un métier en fait, de gérer un portefeuille d'actions. Suis nul dans ces domaines là. Juste pris 20% de risqué dans mon AssVie.
a écrit le 24/11/2017 à 11:21 :
Cf. etude de BNP Paribas de juin 2015 sur le boom immobilier en Allemagne : nos voisins sont plus frileux avec notamment 40% de leur actif financier en numéraire contre 27% en France.
a écrit le 24/11/2017 à 11:04 :
cette étude aurait due mettre en parallèle l'incertitude fiscale qui règne en France au grès des gouvernements successifs ; ce qui explique en partie cette frilosité en matière de placement
a écrit le 24/11/2017 à 10:49 :
une équipe d amateurisme ne peut plus redonner confiance ! sénateurs / députés défendent vigoureusement leur apanage perso a lire la presse
a écrit le 24/11/2017 à 10:48 :
L'économie mondialisée est devenue beaucoup trop volatile pour tenter de prendre des risques. Quand votre conseillé bancaire vous incite à prendre des risques pour gagner plus, une chose est certaine, c'est que la banque et l'état prélèverons leurs pourcentages, et s'il y a des pertes, ce sera pour vous.
a écrit le 24/11/2017 à 10:25 :
Evidemment, le rêve de tout épargnant!
C'est ce qui explique aussi le succès de l'investissement dans l'immobilier, des patrimoine entiers sont faits dans l'immobilier au nom de....la raison.
Certes l'immobilier génère beaucoup d'emploi, mais la gestion immobilière est aussi une activité et un métier souvent difficile si elle est pratiquée par des particuliers ( entretien, non payés, public de locataires fragile...).
L'immobilier de location même individuel doit être professionnalisé.
Il faut savoir que les constructions anciennes mais également maintenant même récentes nécessitent des remises aux normes permanentes pas toujours à la portée d'investisseur particuliers et sont de plus en plus obligatoires.
Cet immobilier va se déprécier dans un avenir proche sous l'effet des normes très évolutives dans le bâtiment.
L'économie a besoin d'investissement des particuliers dans des fonds d'investissements sérieux ou directs sinon les entreprises passeront sous pavillons étrangers, américains,chinois,russes, saoudiens,qatari...
L'enjeu n'est pas uniquement financier mais de progression sociale, d'indépendance culturelle et de liberté, c'est ce qu'il y a au bout.
a écrit le 24/11/2017 à 9:57 :
le francais veut un produit rentable, sans risque, disponible immediatement, avec garantie d'etat, sans limite de plafond, et avec une fiscalite inexistante

en pratique il a droit a des produits qui ne rapportent rien sont illiquides, et eventuellement sur lesquels ils auront droit a la taxe a 75% reenchantee
Réponse de le 25/11/2017 à 14:41 :
Exact et elles n'ont jamais supporté le petit entrepreneur, l'artisanat etc...
a écrit le 24/11/2017 à 9:07 :
" Un placement tranquille avec des rendements très élevés, voilà ce qu'espèrent les investisseurs français "!?!
...il y a besoin d'une étude pour pondre une telle lapalissade ?.... a quel prix ?
a écrit le 24/11/2017 à 9:02 :
Quelle es la difference entre epargnant et investisseur ? si vous epargez c est pour investir (a moins en effet de mettre l argent sous le matelas). Enfin c est pas plus bete qu acheter a credit de l immobilite surevalué
Réponse de le 24/11/2017 à 15:25 :
Si vous épargnez, ce n'est pas obligatoirement pour investir mais pour sauvegarder votre épargne!
a écrit le 24/11/2017 à 8:40 :
Euro tunnel et ses pertes abyssales pour les petits épargnants a marqué les esprits
a écrit le 24/11/2017 à 8:36 :
Il faut en effet être milliardaire pour gagner 20% de revenus en plus: "La fortune des 500 Français les plus riches multipliée par sept en 20 ans" http://www.leparisien.fr/economie/la-fortune-des-500-francais-les-plus-riches-multipliee-par-sept-en-20-ans-27-06-2017-7091565.php

" Celle des 10 plus riches l'a été par 12"

C'est logique qu'on vous dit.
Réponse de le 24/11/2017 à 9:01 :
c est lié a l explosion du prix des actions et de l immobilier. Mais c est surtout du a l action de la FED/BCE qui ont ouvert en grand les vannes du credit. le jour ou ca va s arretre, l immobilier va s effondrer et le cours des actions va baisser (probablement comme lors de l explosion de la bulle des .com. une partie ne vaudra plus rien et surgiront les google de demain. quant aux actions 2classiques" qui avaient pas trop montee, elles surnageront)
a écrit le 24/11/2017 à 8:30 :
A la faveur de crises financieres et boursières savamment orchestrées....on peut comprendre que le petit épargnant qui s'est fait rincer à chaque fois hésite à retourner en bourse, non......?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :