Mal-logement, bio... l'épargne solidaire séduit (presque) toujours autant les Français

 |   |  465  mots
L'épargne solidaire permet, entre autres, le financement et la promotion de l'agriculture biologique.
L'épargne solidaire permet, entre autres, le financement et la promotion de l'agriculture biologique. (Crédits : reuters.com)
La collecte de l'épargne solidaire s'est élevée à 1,3 milliard d'euros en 2016. Un chiffre en léger retrait par rapport à l'année précédente, mais qui reste encourageant pour un secteur aux belles perspectives d'avenir.

Si l'épargne solidaire n'a pas connu une année 2016 aussi belle que la précédente, elle continue à gagner du terrain en France. Selon le dernier baromètre annuel Finansol / La Croix publié ce lundi 22 mai, l'épargne solidaire a vu son encours progresser de 1,3 milliard d'euros en 2016. Les dépôts dans les différents produits d'épargne solidaires labellisés par Finansol ont généré environ 280 millions d'euros d'investissements dans des projets d'utilité sociale et environnementale, précise dans un communiqué cette association qui fédère près de 80 entreprises actives dans ce secteur.

Cette collecte - solde entre les sommes déposées et celles retirées sur les différents produits d'épargne solidaire sur l'ensemble de l'année - est donc positive mais elle marque toutefois un léger ralentissement par rapport à la collecte record de 2015, qui s'élevait à 1,6 milliard d'euros. Au total, l'encours d'épargne solidaire a tout de même progressé de 15,5% sur un an pour s'établir à 9,76 milliards d'euros, détenus par environ un million d'épargnants.

L'épargne salariale solidaire en locomotive

La progression a été principalement tractée par l'épargne salariale solidaire, qui a crû de 19,4% sur un an à 6,2 milliards d'euros. L'épargne solidaire proposée par les établissements bancaires à leurs clients a quant à elle gonflé de 8,5%, à 3,1 milliards d'euros, et l'épargne collectée par les entreprises solidaires pour (entre autres) renforcer leurs fonds propres de 13%, à 502 millions.

L'épargne solidaire peut être investie dans des secteurs aussi divers que la lutte contre le mal-logement, le développement des activités sociales, la promotion de l'agriculture biologique ou encore le soutien à l'entrepreneuriat auprès de publics en difficulté. Dans ces différents secteurs, elle a ainsi permis la "création ou la consolidation de 49.000 emplois" et la relogement de 5.500 personnes, détaille Finansol.

Vers plus de contrats d'assurance vie "solidaires" ?

Pour autant, les placements solidaires restent encore une goutte d'eau dans l'épargne des ménages, avec une part limitée à 0,21% de l'encours total. Une part que Finansol veut voir progresser à 1% dans un futur proche.

"De plus en plus de clients ont décidé de donner davantage de sens à leur épargne et d'introduire une dimension sociale et solidaire", souligne Sophie des Mazery, directrice de Finansol.

Pour soutenir cette évolution, l'association fondée en 1995 appelle entre autres le nouveau gouvernement à soutenir l'émergence de contrats d'assurance-vie solidaires dans la gamme de produits proposée par les assureurs. "L'assurance-vie reste en effet le placement préféré des Français et représente aujourd'hui un tiers de leur patrimoine financier, soit 1.588 milliards d'euros. Pourtant l'offre solidaire dans cette gamme de produits est quasi-inexistante", regrette l'organisme.

>> Lire aussi  "La crise de 2008 a ouvert les yeux des particuliers sur l'épargne solidaire"

(avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :