Participation et intéressement : les Français ont touché presque 17 milliards d'euros en 2015

 |   |  381  mots
Le PEE est toujours le plus répandu de ces dispositifs (46,3% des salariés couverts), devant la participation (41,4%), l'intéressement (35,7%) et le Perco.
Le PEE est toujours le plus répandu de ces dispositifs (46,3% des salariés couverts), devant la participation (41,4%), l'intéressement (35,7%) et le Perco. (Crédits : CC0 Public Domain)
L'épargne salariale concerne un peu plus de la moitié des salariés du privé, qui s’octroient ainsi un complément de revenus non négligeables chaque année.

L'épargne salariale a repris des couleurs. Selon une étude de la Dares, rattachée au ministère du Travail, près de 16,9 milliards d'euros ont été versés en 2015 par les entreprises au titre des dispositifs de participation, d'intéressement ou d'épargne salariale. Cette distribution est supérieure de 7,4% à celle de 2014 et elle porte en majorité (8 milliards d'euros) les dispositifs d'intéressement. Voici les autres chiffres clés de l'étude :

2.422 euros

Le montant moyen touché par les salariés bénéficiaires de l'épargne salariale en 2015, en hausse de 4,8% par rapport à l'année précédente. Cette somme recoupe à la fois les primes de participation et d'intéressement, dépendantes du résultat financier de l'entreprise, et les éventuels abondements effectués par l'employeur sur les plans d'épargne salariales tels que le Perco (plan d'épargne pour la retraite collectif) ou le PEE (plan d'épargne entreprise).

8,6 millions

Le nombre de salariés du secteur privé, hors agriculture, qui avaient accès à au moins un des dispositifs précédemment cités en 2015. Ils représentent 54,9% des salariés du privé et cette proportion diminue depuis 2013, souligne la Dares. Et sur ces 8,6 millions de bénéficiaires, seuls 7 millions (81,5%) ont effectivement perçu une prime, les autres travaillant pour des entreprises ne réalisant pas suffisamment de bénéfices.

87,4%

C'est la proportion de salariés concernés par un dispositif qui travaillaient dans une entreprise de plus de 50 employés. Cette prépondérance des moyennes et grandes entreprises s'explique par le fait qu'à partir de ce seuil de 50 employés, la société est obligée d'instaurer un dispositif de participation. Ces dispositifs sont également plus fréquents dans les entreprises proposant les salaires les plus élevés : dans celles où le salaire annuel moyen versé dépassait 27.393 euros, 67,9% des salariés ont eu accès à au moins l'un d'entre eux, selon l'étude.

46,3%

Le PEE est toujours le plus répandu de ces dispositifs (46,3% des salariés couverts), devant la participation (41,4%), l'intéressement (35,7%) et le Perco qui, avec 23% de salariés couverts, poursuit sa diffusion (le nombre de salariés concernés a été multiplié par 4,4 en neuf ans).

| Lire aussi : Faut-il compter sur l'épargne salariale pour financer sa retraite ?

(avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/09/2017 à 17:19 :
Ils vonts partagé avec LeS retraitees LeS retraitees partages leurs retraites avec les actifs voulu part macron l intouchable je vomis
a écrit le 30/08/2017 à 21:17 :
vous devriez indiquer combien l'Etat a récupéré sur cette "mesure sociale", et combien il en reste aux salariés après impôt
ça devrait être la devise de la république française "gagner plus pour payer plus d'impôts" (et pour engraisser encore plus la caste politicienne, ses concubines et ses rejetons ...)
a écrit le 30/08/2017 à 16:12 :
Alors en plus avec la csg un gain des pouvoirs d achats interesment plus le vols des csg applique aux retraitees les actifs plus riches merci macron
a écrit le 30/08/2017 à 11:49 :
87,4% C'est la proportion de salariés concernés par un dispositif qui travaillaient dans une entreprise de plus de 50 employés
Oui mais cela ne veut pas dire que 87,4% perçoivent la participation. Il y a mille façons de faire en sorte que cette participation soit nulle. Par exemple, créer une maison mère avec un minimum de salariée, une petite dizaine de cadres supérieurs. Les autres salariés appartiennent à des filiales et les bénéfices de ses filiales remontent vers la maison mère. Résultat, pas de bénéfices pour les filiales, pas de participation pour les employés. Par contre les quelques privilégiés de la maison mère ramassent le pactole
a écrit le 30/08/2017 à 10:59 :
Publi-reportage et propagande.

Tandis que les actionnaires milliardaires ont vu une nouvelle fois leurs profits bondir de 20% on nous dit que nous autres avons beaucoup de chances qu'on nous laisse les miettes.
a écrit le 30/08/2017 à 10:56 :
Il faut comprendre étude INTÉRESSANTE à lire.
Comme toutes les études Dares, dont par exemple :
- celle concernant les jours de RTT : http://dares.travail-emploi.gouv.fr/IMG/pdf/2017-054.pdf
- sur la « santé au travail », on pourrait plutôt parler de risques
a écrit le 30/08/2017 à 10:47 :
Étude inintéressante à lire (lien Dares en début d'article) et même à analyser.
Il parait logique que tous les salariés tirent profit des bénéfices de l'entreprise et non seulement les dirigeants ou les actionnaires.

Les PME et TPE sont comme toujours les déshéritées du système, alors que tout le monde sait qu'elles représentent les plus forts potentiels d’emplois en France.

Surtout que par ailleurs on attribue des primes même dans l’administration publique. Pourtant la notion de participation des salariés aux résultats de l’entreprise est loin d’être évidente. Ce serait quoi ? une prime à lever plus d’impôt ?
a écrit le 30/08/2017 à 10:06 :
un peu plus de la moitié des salariés du privé, vous dite. Toujours plus de mensonges dans cette société gérée par une minorité de riches et notables ! les salariés du privée surement pas les employés de la classe moyenne et populaire qui touche que le SMIC ou juste un peu au dessus. le privé c'est pas de 13eme mois, peu de prime, etc... ne pas confondre avec les privilégiés et ceux qui même sur une étagère a la sortie de L’ENA touche en lisant le journal un beau pactole au nom de leurs soit disant compétence !
Réponse de le 30/08/2017 à 10:56 :
ben si. même les smicard touchent l'intéressement...
a écrit le 30/08/2017 à 9:30 :
"seuls 7 millions (81,5%) ont effectivement perçu une prime"


Cadre, non-cadre ?
a écrit le 29/08/2017 à 20:20 :
Encore une niche stupide qui ne fait qu'aggraver les inégalités entre salariés de grosses boites et de PME
Tous les revenus (action gratuite, stock option, salaire, prime, intéressement, avantage en nature, COmite d'entreprise, chèque cadeau...) devraient être fiscalisés de la même façon.
=> les taux d'impôt sur le revenu doivent évidement être revus à la baisse suite à la fiscalisation de ces revenus

Et pas de demi mesure type on ne fiscalise que la moitié, c'est 100% pour être plus simple. Marre de ne pas pouvoir comprendre une douche de paie (certains impôts sont calculés sur 98,5% du salaire, d'autres 100%, etc.
Réponse de le 30/08/2017 à 8:05 :
Possédant une petite entreprise ( 7 salariés ) , j'ai instauré des sa création 12 ans , un PEI et un PERCO abondé à 300 pour cent , maximum légal.
Réponse de le 30/08/2017 à 8:05 :
Possédant une petite entreprise ( 7 salariés ) , j'ai instauré des sa création 12 ans , un PEI et un PERCO abondé à 300 pour cent , maximum légal.
a écrit le 29/08/2017 à 20:05 :
On aimerais surtout le détail et qui en profité le plus.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :