Le logement, la question piège des élections municipales

 |   |  451  mots
(Crédits : Décideurs en région)
Premier poste de dépense des français, le logement est un des sujets prioritaires pour les élections municipales.

Le logement reste une des préoccupations principales des Français, dont les candidats aux second tour des élections municipales doivent tenir compte. Selon un sondage CSA pour le promoteur immobilier Pichet, 59% des français estiment en effet que les propositions faites par les candidats en matière de logement seront importantes au moment de voter. On peut voir dans le cadre du débat pour la mairie de Paris notamment, que les candidats l'ont bien compris.

Les électeurs se projetant sur le long terme arrivent d'ailleurs à identifier les problématiques en matière de logement : interrogés sur les réformes à mener pour faire de leur commune la ville idéale dans 10 ans, 31% des sondés jugent qu'il faudrait pour cela engager un grand programme de rénovation des logements ; et 25% pensent qu'il faudrait construire plus.
Ces mesures relatives au logement sont les plus souvent citées dans les ingrédients de la ville idéale derrière les questions d'attractivité économique (55% des sondés), de sécurité (44%) et de développement de l'offre de services de proximité (34%).

Un locataire sur cinq dépense plus de 40% de ses revenus pour se loger

A noter que plus la commune est grande, plus les attentes des Français relatives au logement sont importantes. Dans les villes centres, le coût du logement est en effet un problème qui concerne une grande partie de la population, notamment les locataires du parc privé : selon l'Insee, un sur cinq dépense plus de… 40 % de ses revenus pour se loger ! Des spécificités que doivent considérer les candidats aux élections.

Au global, l'Insee relate qu'en incluant "loyers, charges, taxes, remboursements d'emprunts, dépenses d'eau et d'énergie, un ménage sur deux consacre plus de 18,5 % de ses revenus à son habitation principale". Par ailleurs, un ménage sur deux consacre plus de 19% de ses revenus pour se loger.

Le taux d'effort augmente peu... pour les plus aisés

Heureusement, depuis quinze ans, ce taux d'effort global augmente peu, car les ménages solvables ont bénéficié des conditions avantageuses. "Le taux d'effort des accédants s'accroît faiblement, notamment parce que les emprunts se font sur des durées plus longues et le profil des accédants évolue", indique l'Insee.

En revanche, l'envolée des prix de l'immobilier a accru le taux d'effort de manière "plus sensible pour les ménages modestes et les locataires du parc privé. L'accès à la propriété devient en effet plus difficile pour les ménages modestes", explique l'Insee.
Preuve que les politiques du logement menées dans chaque ville, et sur lesquelles les maires peuvent en partie agir, entrainent des conséquences bien différentes.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/03/2014 à 0:12 :
Effectivement comme le souligne cet article , on en parle à chaque fois au moment des élections et point barre !
a écrit le 29/03/2014 à 17:12 :
faire du logement,mais avec quelles normes????En France plus de 400000 sont inutiles!!!!
faire du logement sur des terrains à dépolluer?Qui paie?
faire des logements en propriétés,avec quelles charges et impôts??
faire des logements un vrai casse-t^te pour les promoteurs,bâtisseurs,vendeurs,
quand à l'acheteur avec quel argent?
a écrit le 28/03/2014 à 22:29 :
On est dans les municipales, prenons un exemple Vierzon: la droite est majoritaire de façon fractionnée, cependant en triangulaire, elle est perdante: 38,8 à gauche, 27,4 en divers droite, 20,5 en FN et 8,6 en divers droite, avec 6,6 d'extrême gauche... voila une bonne question qui se pose aux 18000 habitants de la ville. Mis à part les triangulaires perdantes, il y aurait une veste... et le gouvernement renverse la sienne par un remaniement, avec les mêmes personnes? Ne devrait-on pas dissoudre? La tradition est à la veulerie, on manque de bac+5 et 5 ans d'expérience en équarissage!
a écrit le 28/03/2014 à 13:22 :
En augmentant les impôts locaux et les droits de mutation, le gouvernement se tire une balle dans le pied ou plutôt dans celui des locataires et futurs propriétaires une fois de plus défavorisés.
Mais dans ce domaine , y a-il un pilote dans l'avion ?
a écrit le 28/03/2014 à 12:06 :
Attention forte augmentation des impôts locaux à venir après les municipales. Révision des bases locatives et prise en compte des revenus pour le calcul de la taxe d'habitation.
Les socialistes nous mentent en prétendant que la fiscalité ne bougera pas.
Réponse de le 28/03/2014 à 13:39 :
un socialiste ça ment pas ! ca se trompe ou ne sait pas ou pire ca joue sur les mots : la dotation de l état aux communes va baisser et donc les communes seront dans l obligation d augmenter les impôts locaux .
Réponse de le 28/03/2014 à 18:34 :
Allons allons. Déjà elle ne touchera que les logements pour lesquels la valeur locative n'a pas été réévaluée. Ensuite le cas échéant l'augmentation sera étalée dans le temps, voire même compensée en partie par une baisse de l'assiette.
Réponse de le 28/03/2014 à 23:58 :
faudrait quand même corriger les irrégularités ! depuis 1970 pas d'ajustement des valeurs locatives ! je m'explique : un proprio de seine et marne ou de montreuil paie plus cher pour sa petite maison qu'un parisien bld haussmann ou bld st germain pour son bien de plusieurs millions d'euros !!! normal ?????
Réponse de le 29/03/2014 à 0:24 :
Les dépenses d'équipements sont plus récentes en banlieue qu'en centre ville donc plus chères que le simple entretien.
Réponse de le 29/03/2014 à 11:42 :
Le point génial : Les dépenses en équipement génèrent des PV immobilières, ceux qui bénéficient de ces PV immobilières en tant que vendeur net sont bien souvent exonérés. Bilan : Les générations suivantes vont devoir payer d'une part la villa sur la côte des papi boomers via les PV, mais aussi ce qui a permis ces PV. Vive la gérontocratie!
Réponse de le 01/04/2014 à 13:34 :
Et la LIBERTE de ne pas payer des impôts qui servent de rente à plus riche que moi, je l'ai eu, moi ?? Quand on voit tout le fric versé en subventions par l'Etat sur le marché, oser écrire comme vous le faites est une HONTE ! Stimuler la demande dans un marché en surchauffe, y a que des politiques français pour faire ça, et des français pour s'en féliciter ! Pendant ce temps, nos entreprises crèvent...Et leurs salariés avec !
a écrit le 28/03/2014 à 10:20 :
Commençons par rééquilibrer les droits en faveur des propriétaires, et ces derniers seront moins exigeant en terme de garantie : tu paie ton loyer, tu reste... tu paie pas, t'as viré !! Di coup, ceux qui sont un peu limite ne seront plus systématiquement refoulés comme c'est le cas aujourd'hui !!!
Réponse de le 28/03/2014 à 11:04 :
rappellons tout de même que nous avons mme duflot qui nous a promis 500 000 logements neufs de plus par an ..Hélas on assiste à un effondrement des permis de construire en 2013 et pire en 2014 ( moins 20%) ..et pourtant les bobos continuent de dire que c est la faute aux aides fiscales ..Mme duflot a renforcer les droits aux locataires et à cela j ajoute la norme écolo rte2012 , tout le contraire de ce qu il fallait faire ..qiand aux loyers que quelqu un me dise si les loyers hlm ont augmenté moins vite que dans le privé ?
Réponse de le 28/03/2014 à 13:25 :
Le problème, c'est que ce gouvernement gère les logements comme les entreprises : il veut décider à la place des propriétaires !! Comme pour la Loi Florange, le conseil constitutionnel ferait bien de rappeler à la Gauche ce 1er mot inscrit sur le fronton de nos mairies : LIBERTE !! Il faut rappeler ainsi à la Gauche ce que propriété privée et liberté d'entreprendre veulent dire !!
Réponse de le 28/03/2014 à 18:18 :
Donner des devoirs au locataires ? Vous avez bien raison et plus particulièrement concernant les impayés de loyers mais vu la politique en terme d'expulsion locative, cela ne se fera pas avant des lustres (DALO, DAHO et non Dahu, CCAPEX etc...).
Pour travailler dans le milieu, autant vous dire qu'il y'a de quoi être découragé par les abus concernant les impayés, mauvaise foi, et le comportement des "élites" qui protègent ces gens et n'ont aucun respect du propriétaire et même des bailleurs sociaux...Sans parler des Services Sociaux complètement déphasés et hors des réalités... Mais pour cela, il faut qu'ils se rendent sur le terrain ...
Réponse de le 28/03/2014 à 18:39 :
Vous êtes un expert dans tous les domaines mais sur les retraités vous dites quoi!
a écrit le 28/03/2014 à 9:42 :
La politique du logement cher (voulue il faut pas se le cacher. dans certains pays comme la RFA ca n a pas eut lieu et rien n empechait notre gouvernement de ne pas subventionner l immobilier via PTZ ou Scellier) fait une belle fracture generationnelle.
Pepe ne paie pas de loyer car proprietaire, mieux il peut louer au prix fort et s il vend il fait une plus value. Son petit fils lui va devoir engloutir 40 % de ses revenus pour se loger et donc se serrer la ceinture. ceci n a bien sur rien a voir avec le poids electoral des retarites
Réponse de le 28/03/2014 à 10:15 :
voulez vous dire qu il faut que la russie annexe la france?
Réponse de le 28/03/2014 à 10:23 :
surtout pas
Réponse de le 28/03/2014 à 14:21 :
RFA = Republique Federale d Allemagne... c est chez Merkel, pas Poutine ;-)))

Faut pas abuser de la Vodka le matin ;-))))
Réponse de le 28/03/2014 à 15:52 :
@@bobo : le commentaire de @cdg est pas clair : la vodka n est pas bonne l apres midi non plus ..il est archi faux et voir curieux de dire que l allemagne ne subventionne pas le locatif ..vous reprenez un petit blanc?
a écrit le 28/03/2014 à 8:49 :
Vous oubliez de nommer tous les cadre avec enfant qui mettent 40% de leurs revenus a Paris en loyer
On les entend moins, ils n'ont pas le temps ils bossent...
Réponse de le 28/03/2014 à 9:23 :
En effet,
20÷ est une moyenne et pourtant 1 foyer sur 5 ne paye pas le vrai prix (logements sociaux).
40÷ pour les gens qui travaillent serait en effet plus coherent

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :