Les Français veulent plus de logements, mais loin de chez eux…

 |   |  660  mots
60 % des Français estiment que le nombre de logements construits depuis 10 ans est insuffisant.
60 % des Français estiment que le nombre de logements construits depuis 10 ans est insuffisant. (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Conscients de la crise du logement, les Français souhaitent pour une large majorité d’entre eux que davantage d'habitations soient construites dans l’hexagone selon un sondage… mais le plus loin possible de chez eux.

Quoiqu'on en dise, les maires bâtisseurs prennent toujours le risque de déplaire à leurs administrés. Même à l'heure où tout le monde s'accorde à dire qu'il faut alimenter l'offre de logements pour faire baisser les prix de l'immobilier, ils font face aux propres contradictions des Français. "Tout le monde en France souhaite que l'on construise plus de logements, mais pas à côté de chez-soi", résume simplement Patrice Pichet, le président du promoteur immobilier éponyme. Il a commandé en sondage à l'institut CSA qui vient appuyer ses propos.

Les Français veulent plus de logements, mais pas dans leur commune...

Celui-ci montre d'abord clairement que le logement est une source de préoccupation nationale. En effet, 60 % des Français estiment que le nombre de logements construits depuis 10 ans est insuffisant ; et 65% militent pour que la construction neuve soit une priorité. 

Mais lorsqu'il s'agit d'appliquer ces grands discours au tout un chacun, certaines velléités s'estompent. Car à l'inverse, 63% des Français jugent que le nombre de logements neufs construits dans leur commune depuis 10 ans est suffisant ; et seuls 46% voient la construction comme une priorité dans leur ville… 

Un double discours qui rend la mission des maires complexe

Les maires font donc face à un double discours qui leur rend la tâche impossible quand il s'agit de répondre aux enjeux nationaux et de satisfaire leurs administrés.
De surcroît, la politique du logement est scrutée par les Français : ils sont 59% à trouver importantes les propositions en matière de logement des candidats aux élections municipales.  Le logement est même l'un des quatre sujets qui les préoccupe le plus avec l'attractivité économique, la sécurité, et l'offre de services de proximité.

Les populations "fragiles" sont plus cohérentes dans leur discours

Il faut cependant noter que de fortes disparités existent entre les Français. Le sondage du CSA-Pichet montre effectivement que les populations les plus fragiles font preuve de plus de cohérence entre leur jugement de la politique nationale et de la politique locale.
En effets, les occupants des logements sociaux, les ouvriers, les locataires du secteur privé, ainsi que les 18-24 ans estiment en majorité (respectivement 61%, 57%, 56% et 54%) que la construction de nouveaux logements doit-être une priorité dans leur commune.

Cet état de faits paraît logique puisque ces populations sont les plus directement concernées par une amélioration de leur cadre de vie dans le cas où l'offre de logement viendrait à croître.
Au contraire, les populations plus aisés, notamment celles qui habitent en quartier pavillonnaires, sont davantage réticentes à accueillir des nouveaux logements à côté de chez elles. Dans les communes périurbaines, les ménages qui y emménagent le font en effet pour le confort de vie et pour fuir les tumultes des centre-villes. Ils ne voient donc pas d'un bon œil les opérations de densification.

Transférer les compétences d'urbanisme

Mais alors comment résoudre ce problème quasi insoluble du malthusianisme foncier des maires, qui découle de la crainte de l'arrivée de l'autre et de la disparition du sens du bien commun ? Une solution pragmatique est régulièrement évoquée : transférer les décisions d'urbanisme du niveau communal au niveau intercommunal.

Le gouvernement a d'ailleurs tenté dans la loi pour un accès au logement et un urbanisme rénové (Alur) de faire passer cette mesure pour les agglomérations de moins de 400.000 habitants. Mais les sénateurs, dont l'élection tient à 95% aux conseillers municipaux, ont donné une minorité de blocage aux maires s'ils représentent 25% des communes et au moins 20% de la population. Sans oublier que les maires gardent le pouvoir d'accorder ou non les permis de construire.

Dommage, car cette mesure séduit, une fois n'est pas coutume, une large majorité des Français : selon le sondage CSA-Pichet, ils sont 71% à estimer que niveau administratif communal n'est pas le meilleur pour mener une politique du logement efficace.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/04/2014 à 9:27 :
je fus atteré de lire cet article , apres les dechetteries , les centrales électriques nucléaire ou pas , maintenant les français veulent qu'on construisent des logements ailleurs que devant chez eux ? .. mais ils ont qu'a aller sur mars ou la lune pour nier l'évidence .. les pauvres n'ont pas fini d'être pauvre et les sdf n'ont pas fini de coucher sous les ponts avec de telles mentalités , effarant de voir comment l'égoïsme social s'érige , ensuite on vient se plaindre de taxes foncières et d'habitations élevées , de loyers incroyable , mais moins on peu se loger plus c'est cher et un luxe , incroyable la mentalité des français en ce moment , il faut élire un psychiatre d'urgence
a écrit le 03/04/2014 à 13:38 :
Les Français ne veulent pas de 'logement social' près de chez eux car ces logements et les populations pauvres qui les occupent dévalorisent de fait leurs quartiers... sans hypocrisie c'est la situation, il suffit d'interroger ses voisins.
Le 'logement social ' est une stupidité car il a empêché les populations de se mixer; au lieu de donner de l'argent aux bâtisseurs de logements sociaux pas cher à construire, il aurait mieux fallu donner des allocations aux gens pauvres pour accéder à des logements normaux.
a écrit le 03/04/2014 à 11:38 :
Les Français ne veulent pas de 'logement social' près de chez eux car ces logements et les populations pauvres qui les occupent dévalorisent de fait leurs quartiers... sans hypocrisie c'est la situation, il suffit d'interroger ses voisins.
Le 'logement social ' est une stupidité car il a empêché les populations de se mixer; au lieu de donner de l'argent aux bâtisseurs de logements sociaux pas cher à construire, il aurait mieux fallu donner des allocations aux gens pauvres pour accéder à des logements normaux.
a écrit le 03/04/2014 à 10:26 :
Simone Veil : "Les Français veulent tout, et tout le contraire".
Et le fait est que les routes et les parkings ne suivent pas et, donc, densifier conduit au bunker.
a écrit le 03/04/2014 à 9:25 :
Il est erroné de tout mélanger. Il me semble que les Français bien installés ne veulent pas voir construire près de chez eux du 'logement social', car il attire en effet une population pauvre, et donc dévalorise de fait les quartiers; on peut crier au scandale sur cette constatation, mais sans hypocrisie, c'est bien ce qu'on constate en interrogeant ses voisins,...
Il y a aussi la grande stupidité d'avoir inventé le 'logement social'; au lieu de donner de l'argent aux bâtisseurs pour la construction des ces logements, il aurait été plus facile pour mixer les populations de construire normalement et de donner des allocations pour y accéder... mais en France les décisions rationnelles sont rares.
a écrit le 22/03/2014 à 8:43 :
Dans un monde moderne, on pense au PARRAINAGE dans le neuf!
a écrit le 19/03/2014 à 22:12 :
cest fou le nombre d'acheteurs que je con ais qui ont acheté dan le neuf (certains immeubles partent comme du petit pain), puis qui reçoivent de leur promoteur une lettre comme qui ils pevent parrainer d'autres acheteurs en recevant en echange des milliers d'euros en cadeaux et le filleul reçoit pareil. Et la ils se disent: puta. n , si javais su!!!! pouruoi je nai pas été parrainé avant de signer comme un c..n?? jaurais gagné des miliers d'euros, mais que je suis c..n..

alors pensez y!! parainage!!!! pensez au parainage, avant de signer comme un fou furieux!! pensez y!!! apres on regrette !
Réponse de le 19/03/2014 à 22:48 :
Mais qu'en pense Virginie ?
Réponse de le 19/03/2014 à 22:57 :
S'il existe un parrainage cela signifie que les prix sont gonflés (parrainage compris)!
Réponse de le 20/03/2014 à 8:43 :
On a gagné près de 500 euros on tickets cadeaux , en étant parrainés! Donc je confirme que c'est une bonne affaire! On en achète des choses avec 500 euros et quand on doit remboursé les mensualités, on est toujours très heureux de gagner un peu plus! Et puis j'ai également parrainé un proche et gagné 500 euros de plus!
Réponse de le 20/03/2014 à 10:34 :
Bernadette, je n'y crois pas, je demande l'avis de Virginie.
Réponse de le 21/03/2014 à 9:32 :
le parrainage devient très généralisé! il ya orange et la fibre, les abonnements telephoniques, etc.. et aussi biensur l'immobilier, avec Bouygues, Nexity, etc..

Il faut profiter de toutes ces bonnes affaires en temps de crise!
a écrit le 19/03/2014 à 16:58 :
Je comprends pourquoi on ne veut pas + d'HLM prs de chez soi.Je vis dans une commune qui n'a cessé de construire du HLM: résultat: un revenu moyen en baisse des habitants. Bcp ne sont pas imposables et ne paient pas la taxe d'habitation. les solvables voient donc leur taxe d'habitation exposée. La délinquance s'est aussi développée et on n'a pas construit siffisamment d'école et de crèche pour accueuillir tout ce petit monde. Pour conclure la vie des habitants s'est dégradée depuis l'arrivée de tous ces logements sociaux!
Réponse de le 03/04/2014 à 10:18 :
@Nadia : ce n'est donc pas qu'un problème de logement mais surtout un problème de mixité sociale ! Autrement dit "on n'a pas envie de vivre avec des gens qui ne nous ressemble pas " . C'est bête mais c'est humain et cela touche tous les pays, toutes les classes d'âge, toutes les CSP. Alors au lieu de vouloir tout aseptiser, ce gouvernement ferait mieux d'arrêter d'injecter de l'argent dans les logements sociaux et libéraliser le marché de la construction (permis de construire au préfet et non aux maires), décentraliser les bassins d'emplois (Paris n'est pas le centre de la France !) et surtout procéder aux expulsions en cas d'impayés (tout Paris intra-muros est entrain de devenir un hôtel à ciel ouvert, il n'y a qu'à regarder sur Airbnb !).
a écrit le 19/03/2014 à 11:52 :
Achetez dans le neuf! La clef de la réussite!

Et pensez au parrainage!
Réponse de le 19/03/2014 à 12:14 :
c'est fini cette propagande?
Réponse de le 19/03/2014 à 13:14 :
Moi j'attends la réaction de Jérôme, quelqu'un qui a ce qu'il faut où il faut.
a écrit le 19/03/2014 à 10:03 :
Les français sont des grands "NIMBO = Not in my Neighborough = pas chez moi, chez mon voisin" .

Et puis moins le logement privé= plus de valeur de son propre logement = plus d'argent dans les poches en cas de vente... cqfd.

Quant au logements type "social" quand on voit les C******IES qui ont été faites par nos élus de tout bord on comprends aussi pourquoi les français sont extrêmement réticents (entre les barres d'immeubles, les zones de non droits, la mauvaise qualité des logements qui après 20 ans deviennent insalubre... etc etc...).
a écrit le 18/03/2014 à 22:54 :
Si je comprends bien, le passage a l'intercommunalité avait pour but de s'affranchir des règles du suffrage universel en confiant a des technocrates non élus la gestion des constructions..
Réponse de le 19/03/2014 à 9:56 :
Des technocrates pour certaines taches ce ne serait pas plus mal quand on voit la gestion catastrophique de nos élus (et ce à tout les niveau du mille feuille français !)

Qui plus tout est fait en France pour favoriser le clientélisme politique.
Il n'y a qu'à observer le nombre de maire de grande ville qui enchainent mandat sur mandat.
Réponse de le 19/03/2014 à 22:55 :
@Arowbase

C'est connu les technocrates de Bruxelles ne font pas de politique... ils entubent simplement les citoyens sans excuse. Combien de milliards pour l'Ukraine qui ne fait pas partie de l'UE?
a écrit le 18/03/2014 à 21:21 :
le francais est de gauche! il vote de lourds impots, justes et sociaux, mais pas pour lui car ' il n'en n'a pas les moyens'.... belle mentalite reenchantee !
a écrit le 18/03/2014 à 18:47 :
C'est d'une logique implacable! Lorsqu'on a du fric on contribue déjà lourdement à la construction de HLM pour des barbares aux passeports multiples en transit sur le territoire, si en plus il faut vivre avec eux... Merci l'UMPS!
Réponse de le 19/03/2014 à 15:53 :
Vous avez parfaitement raison c'est la double peine.
Réponse de le 04/04/2014 à 17:14 :
Quand vous etes de la classe moyenne , que vous vous etes adaptes aux changement de metiers , de ville , qu'apres des années de locations et d'épargne , vous avez pu acceder a la proprietée et au calme pour vos enfants et vos we , croyez vous que vous etes motives pour avoir a cote de chez vous , des logements sociaux avec des cas sociaux qui delabrent ce que vous leur avez payes sans effort avec vos impots et taxes , tout cela pour du clientelisme de la part de nos politiques locaux ou nationaux et pour soulager leur consciense ...
a écrit le 18/03/2014 à 17:52 :
"Le niveau administratif communal n'est pas le meilleur pour mener une politique du logement efficace". Le niveau communal est le seul qui prend en compte l'exigence des citoyens de la commune. C'est même le seul niveau, parce qu'il est proche de la population, qui est véritablement démocratique. Tous les autres niveaux ne sont que l'expression de volontés administratives, règlementaires, supra nationales, par essence anti-démocratiques. La commune, et il est heureux qu'il y en ait 36 000 en France, est le seul lieu capable d'offrir un modus vivendi acceptable. Il n'y a d'ailleurs pas assez de petites communes, la preuve, c'est que plus les communes sont grandes, plus les problèmes croissent de manière exponentielle. Vive les communes, la campagne et l'air pur.
a écrit le 18/03/2014 à 17:39 :
Heureusement que les maires ont le pouvoir d'accorder les permis de construire et que les sénateurs ont instauré des garde-fous. Les zones pavillonnaires n'ont pas vocation à voir leur environnement ceint de barres d'immeubles. Les gens qui se sont souvent endettés pour avoir la "tranquillité" n'ont pas envie de revivre l'enfer de ce qu'ils ont quitté. Transférer l'urbanisme à l'intercommunalité est d'ailleurs une décision arbitraire et anti-démocratique pour (il me semble) 7 agglomérations. C'est souvent un non-sens car les moyens de transports peri-urbain, l'environnement social et économique ne sont pas pas accessibles pour des ménages à faible revenu. Il n'y a pas de toutes façons de bonnes solutions et dans 10 ans, 20 ans le problème sera toujours le même, si on continue à vouloir que les villes enflent et centralisent l'activité économique.
Réponse de le 04/04/2014 à 9:31 :
les zones pavillonnaires dans des zones inondables c'est pas mal non plus ? , mieux vaut un couple qui travaille dans une roulotte ou encore sous les ponts aussi ? , enfin je vous rejoint sur une chose , tout cela va empirer vu la mentalité actuelle et le déni des population a avoir accès a un toit et inscrit dans la constitution mais non appliqué comme l'emploi d'ailleurs .. mais on a le principe de précaution , cherchez l'erreur
a écrit le 18/03/2014 à 17:17 :
Les français veulent de l'électricité bon marché mais pas de centrale près de chez eux, grognent quand ils ont pas d'interlocuteur physique mais se ruent sur les forfaits de free, voudraient plus de policiers et d'infirmières mais payer moins d'impôts, sont vent debout contre les pratiques de la grande distribution vis à vis des PME mais vont faire leurs courses à Leclerc, sont jaloux de certains avantages acquis par certains secteurs socio-professionnels mais ne voudraient surtout pas faire leur job... Bref, les français restent des français.
Réponse de le 18/03/2014 à 19:05 :
Mais tu as tout-à-raison : et ils votent UMP pour s'en mettre plein les poches sans travailler, en roupillant avec les subventions et niches fiscales en tout genre, au hasard, celles de l'immobilier , donc pour résumer, être entretenus par ceux qui bossent.
Réponse de le 19/03/2014 à 12:39 :
@tron: je ne connais pas beaucoup de personnes qui s'enrichissent en dormant. Tout du moins, cette classe doit représenter un pourcentage infime de la population comme certaines grandes familles ou héritiers industriels. Quant à l'immobilier, même s'il fait partie du bouquet d'investissements du bon père de famille, il serait dangereux et irresponsable de placer tous ses avoirs dans un seul secteur.
Réponse de le 19/03/2014 à 14:34 :
l'augmentation du prix du mètre carré ces dernières années a poussé pas mal de gens à investir la dedans : on était looser si on achetait pas.Du coup la spéculation de masse est rentrée dans les meurs, à présent que ça dégringole le discours change : il faut diversifier, lol.
Réponse de le 19/03/2014 à 15:52 :
Encore un jaloux de gauche qui vit de subventions.
a écrit le 18/03/2014 à 16:00 :
la ministre ecolo est très appréciée de ceux qui ne souhaitent pas plus de logement: en décourageant les propriétaires et investisseurs elle a réduit à portion congrue les programmes de construction
Réponse de le 18/03/2014 à 18:59 :
Tu n'as qu'à aller te remplir le poches et faire augmenter la demande, donc le prix du mètre carré, ailleurs
Réponse de le 19/03/2014 à 15:55 :
Je fais comme ton président je pense tous les matins en le rasant à me remplir les poches, les autres rien à faire.
a écrit le 18/03/2014 à 15:26 :
la mentalité française et il en dit long sur la crise économique et morale en France.
Réponse de le 18/03/2014 à 16:32 :
Pour le pseudo-merveilleux gaz de schiste, nombreux en veulent, le réclament,sauf si on leur apprend qu'on va faire des trous près de chez eux, avec les nuisances qui vont bien (voire qu'il va leur coûter cher). Temporaire ou pas, oui, mais pas ici. Heureusement que les politiques ou décideurs sont plus "sages", bien que......

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :