Acheter un logement occupé devient moins intéressant

 |   |  207  mots
La décote liée au fait d'acheter un logement occupé devient moins intéressante. C'est la surprise de l'étude menée par le Conseil supérieur du notariat et Ad Valorem.

Depuis 2005, la part des appartements occupés par un locataire dans le total des ventes ne cesse de baisser. En 2008, celle-ci s'est élevée à 6,7%, contre 7,4% en 2007 selon une étude réalisée par le Conseil supérieur du notariat et la société Ad Valorem qui s'est spécialisée dans la vente à la découpe. Même phénomène en Ile-de-France où la proportion passe de 5,5% à 5% ainsi que dans les grandes métropoles de Province : les logements occupés représentent entre 8% et 10% des transactions, contre 20% en 2004 à Toulouse par exemple.

Principales explications : la crise de l'immobilier qui laisse un plus vaste choix aux acquéreurs, la raréfaction des investisseurs locatifs, ainsi que le désengagement des institutionnels et des marchands de biens.

Côté prix, les logements occupés restent bien sûr moins chers que les biens vides. Mais, étonnamment, la décote est plus faible qu'auparavant : elle est passée de 17,7% en 2007 à 14,4% en 2008 et même 11,1% au quatrième trimestre.

Les investisseurs qui souhaitent acheter pour louer ont donc un peu moins intérêt qu'auparavant à préférer un appartement déjà occupé pour doper le rendement locatif.

Retrouvez tous nos articles sur vos finances au www.latribune.fr/Finances.html

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :