Silver économie : la fuite des retraités vers le soleil

 |   |  674  mots
(Crédits : reuters.com)
Portugal et Sénégal sont les nouvelles destinations phares des retraités partant vivre à l’étranger. Cette « expatriation silver » génère une multitude de services de conseil et d’accompagnement.

Depuis dix ans, mais avec une accélération récente, de plus en plus de retraités français partent vivre à l'étranger. Pour des raisons économiques. Ils sont installés au Maroc, en Tunisie et plus récemment en Thaïlande et à Bali, où ils bénéficient d'un climat ensoleillé et d'un coût de la vie avantageux.

La forte croissance de ce marché de l'«expatriation silver» suscite l'appétit de nouveaux pays qui développent en conséquence «leurs arguments». Cette année, ce sont le Portugal et le Sénégal qui tiennent la corde de la «silver attractivité» avec des programmes immobiliers intéressants et des dispositions fiscales avantageuses.

L'Île Maurice essaie aussi de se placer mais demeure réservée aux retraités plus fortunés, avec un immobilier qui, de l'avis des spécialistes, reste cher.Selon une étude Ipsos menée en 2010, 24% des Français souhaiteraient partir à l'étranger pour leur retraite. Sur les 1,6 million de personnes inscrites au registre mondial des Français établis hors de France, un bon tiers est constitué aujourd'hui de retraités.

Une petite partie de ces Français est née hors de France et a été naturalisée. Pour eux, il s'agit d'un retour dans leur pays d'origine. Mais au-delà, les Français de souche, nés en France, sont de plus en plus nombreux à s'installer hors des frontières hexagonales, après 62ans.

Bien sûr, il y a l'envie de passer ses vieux jours au soleil. Mais la motivation réelle est bien d'améliorer leur niveau de vie: le pouvoir d'achat de leur pension est en berne et sans réelles perspectives d'amélioration, bien au contraire. Alors, ces jeunes retraités vont chercher plus de confort dans des pays où le niveau de vie est bien inférieur à celui de la France. En Afrique du Nord ou au Portugal, ils gagneront de 30 à 40% de pouvoir d'achat, à pension égale. Un chiffre qui peut dépasser les 80% dans certains pays d'Asie et dans les Caraïbes.

Comparateur fiscal et palmarès en ligne

Mieux: pour attirer ces touristes à temps plein, les nouvelles destinations d'expatriation des seniors adoptent des programmes fiscaux avantageux.

Au Maroc et en Tunisie, des abattements de 40% sont appliqués sur les pensions des retraités français; au Portugal, ces derniers voient leurs pensions perçues en France exonérées d'impôt pendant dix ans. Ces pays se sont largement inspirés des pratiques fiscales du Panama et du Costa Rica, destinations retraite préférées des seniors en Amérique du Nord.

Dans l'expatriation silver, ce sont les Anglais et les Scandinaves qui ont été les pionniers dans les années1990, climat oblige. Ils ont développé des services de conseil et courtage afin d'assister leurs ressortissants dans des pays aux pratiques et aux devises différentes.

« Les Français s'y sont mis depuis dix ans et en ordre dispersé, plutôt pour des raisons économiques, remarque Louis Eudes, PDG fondateur de la société spécialisée dans l'accompagnement des retraites au soleil, Délocalia. Ils doivent bien préparer leur achat immobilier, car contrairement à celles de la France, les règles protègent le vendeur et non l'acheteur dans la majorité des pays. »

Pour accompagner les candidats à la retraite au soleil, Délocalia propose un service de réflexion sur les destinations ainsi qu'un comparateur fiscal en ligne.

D'autres services sont apparus depuis, comme le site Internet retraite-etranger.fr, fondé par Paul Delahoutre. En début d'année, le site a dressé son palmarès 2014 des meilleures destinations pour passer sa retraite, avec le Maroc, la Thaïlande, l'île Maurice, la Tunisie et le Portugal en tête.

Les critères retenus étaient le coût de la vie, mais aussi le climat et l'environnement, la culture et les loisirs, la qualité des soins médicaux, l'intégration, la sécurité et les infrastructures. Passer sa retraite au soleil, d'accord, mais pas dans n'importe quelles conditions.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/05/2016 à 15:24 :
Minorque !! Aux Baléares... Une île splendide et préservée, qui offre des prix de l'immobilier parmi les plus abordables en Méditerrannée.... On va y acheter une villa avec ma femme cet été... Je recommande le site ww.minorqueimmobilier.com qui est spécialisé pour les Français en recherche sur l'île, et a le plus grand choix ... ;)
a écrit le 24/02/2016 à 11:12 :
Pour compléter cette article, je suggère la lecture de cette article listant toutes les formalités à effectuer avec de partir passer sa retraite à l'étranger :

http://www.forum-expat.net/webzine/administratif/article-28-formalites-pour-passer-sa-retraite-a-letranger.php
a écrit le 13/09/2014 à 8:14 :
Félicitation, vous avez travaillé une vie entière en France et le pays vous remercie en vous obligeant a le quitter pour finir votre vie. Gardez nous une place car on va vite vous rejoindre...
a écrit le 29/08/2014 à 8:51 :
Compte tenu de la situation des caisses de retraite, toute pension supérieur a 4000 euros net devrait être plafonnée.
Réponse de le 02/09/2014 à 13:30 :
cher fred Plomb, vous oubliez l'alignement des retraites du public sur le privé et la suppression des régimes spéciaux...
Ces deux éléments feraient supprimer le déficit à venir des caisses de retraite.
Réponse de le 03/09/2014 à 23:13 :
"vous oubliez l'alignement des retraites du public sur le privé et la suppression des régimes spéciaux..." : L'éternel lancé de patate chaude entre public et privé quand ce sont des catégories entières de retraités du public et du privé qui gagnent mieux leur vie que les actifs...
La seule chose qui supprimera le déficit des caisses de retraite (il est là : 5 milliards), c'est de ne pas donner plus d'argent aux retraités qu'il n'en rentre sous forme de cotisation.
Seulement, il est tellement plus facile de voter pour des retraites indexées sur l'inflation (qu'on produit en se goinfrant dans l'immobilier) que sur les salaires des actifs.
C'est pratique : On a à l'abri des mauvais choix économiques! On peut demander à ce que la fiscalité oriente l'épargne dans l'immobilier plutôt que dans les entreprises, le pays plonge et on découvre la crise en 2012 quand la fête est finie.
a écrit le 28/08/2014 à 15:29 :
étant donné que l'argent viens des caisses de retraites, pourquoi ne pas prélever à la source pour ces dernières? (disons au moins une partie des impôts, sachant que les retraités bénéficient déjà de abattement de 10% pour " frais professionnels", ce qui est unique en Europe).

Il ne faut pas oublier non plus que ces générations ont été en partie responsable de la déroute actuelle en aggravant les déficits, enfin je suppose qu'au moindre pépin physique (courant à leur age) ils viendront rapidement à la maison si ils ne veulent pas payer.

Le problème est toujours le même les français sont des "individualistes collectifs", autrement dis chacun veut bénéficier d'une prise en charge maximale pour ses soins (spectacle assuré chez le médecin ou à la pharmacie toute les semaines) , sont éducation, sa retraite, la familles, la garde des marmots par l'école etc tout en essayant de s’exonérer des impôts car cela est possible de plusieurs manières(quotient familial, tranches d'imposition, location non déclarée, exonération fiscales pour les services), je ne parlerais pas non plus du travail au noir.

En bref le système va dans le mur et il serait grand temps de rappeler aux administrés le couts qu'ils peuvent accessoirement représenter pour la société. alors certes en termes de réformes il y a de la marge (fonction publiques, marchés publics, allocations, professions réglementés (dont on commence enfin à parler)) mais finalement le vrai cout n'est pas uniquement là où on le pense et parfois il suffirait de regarder dans une glace.
Réponse de le 29/08/2014 à 8:54 :
Vous qui savez beaucoup de choses, dites nous combien de millions d'euros sont envoyés vers les pays d'Afrique par les travailleurs étrangers?
a écrit le 26/08/2014 à 8:27 :
Il n'est même pas nécessaire d'avoir un projet immobilier délocalisé, on trouve des loyers extrêmement bas.
a écrit le 25/08/2014 à 20:40 :
Tres etonne que le meilñleur pays du monde reconnu par les Etats unis pour passer sa retraite ne figure pas dans votre article.Outre le climat merveilleux toute l annee ( pas comme au Maroc ),la flore, la faune ensuper abondance, les prix de l immobilier excessivement bas1 une ristourne systematique de 25 % est accorde aux femmes de plus de 58 ans t aux hommes de 60 ans! Qu attendent les francais pour se ruer dans ce pays ??
a écrit le 25/08/2014 à 17:53 :
Ils ont raison de mettre les bouts et d'en profiter un peu car, en dehors du facteur économique désastreux pour la France, dans notre pauvre pays, les seniors sont dépouillés et placés dans des maisons de retraite-mouroirs.
Réponse de le 29/08/2014 à 3:31 :
"dans notre pauvre pays, les seniors sont dépouillés et placés dans des maisons de retraite-mouroirs. " : Les séniors de 60 à 75 qui partent sont rarement en maison de retraite. En cumulant des pensions de retraite généreuse et des revenus immobiliers, ils ont de meilleurs revenus que les actifs. Rangez les violons.
a écrit le 25/08/2014 à 16:50 :
retraite par répartition payée par les actifs de moins en moins nombreux.
retraités qui dépensent 100% de leur retraite à l'étranger et qui ne participent pas à l'activité économique de la France.
1/3 des 1.600.000 étranger sont des retraités à metton 15.000€ par an cela fait 8 milliards; cela fait réfléchir
Réponse de le 31/08/2014 à 7:24 :
Je leur donne entièrement raison quand la France n'est plus capable de donner une retraite digne pour ce dernier parcours.
Réponse de le 13/09/2014 à 8:22 :
Ils ont raisons mais c'est une honte pour notre pays. Surtout quand on voit qu'il n'y a aucun effort de fait pour augmenter le niveau de vie des travailleur et retraité, alors que des crev... comme Gattaz s’octroie des augmentation faramineuse au nom des bénéfices... Soit c'est la crise pour tous cà c'est pas la crise pour tous... En temps de crise, ce sont normalement les patrons qui y perdent le plus et qu'en c'est l'opulence, c'est aussi eut qui y gagnent le plus, alors que là...
a écrit le 25/08/2014 à 10:56 :
comme quoi les journalistes sont aussi ignares que les politiques: la "silver économie" ca n'existe pas en francais, on parle depuis très longtemps et on l'apprend au lycée depuis 30 ans que l'on parle de "l'économie des grisonnants" qui est bien plus parlant pour un francophone. Au passage on remarquera le peu d'entrain que mettent les ministres pour défendre la alngue francais...lamentable !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :