Vidéo : Hervé Novelli présente les 15 ans de la loi Madelin

 |   |  121  mots
Découvrez notre nouvelle émission : "le rendez-vous de la protection sociale et patrimoniale La Tribune - AG2R La Mondiale". Avec le Secrétaire d'Etat chargé du commerce, de l'artisanat, des petites et moyennes entreprises, du tourisme et des services.

Dans le cadre des "rendez-vous de la protection sociale et patrimoniale La Tribune - AG2R La Mondiale", retrouvez notre émission vidéo dédiée aux quinze ans de la Loi Madelin pour la protection sociale des indépendants et des professions libérales.

Avec la participation exceptionnelle d'Hervé Novelli, le Secrétaire d'Etat chargé du commerce, de l'artisanat, des petites et moyennes entreprises, du tourisme et des services, auprès de la ministre de l'économie, de l'industrie et de l'emploi.

Egalement avec André Renaudin, le directeur Général -d'AG2R La Mondiale et avec Jean-François Lequoy, Délégué Général de la FFSA, la Fédération Française des Sociétés d'Assurances.


 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/10/2009 à 8:46 :
Que de blabla pour faire croire à une conquète sociale alors qu'il ne s'agit que d'une opération financière.

Après 10 années de cotisations, mon capital s'lève à 54 000 euros.
On me propose un taux technique de 2,5% sans m'expliquer ce que ça signifie, et sans me proposer un taux autre.
Un taux de 2,5% signifie que la revalorisation annuelle de ma rente sera de 0,5% au lieu de 3%.
On me propose 3 rentes :
Sans réversion : 215,83 euros (2590 / an)
Avec réversion 60% : 2274 / an - 189,50 mois
Avec réversion 100% : 2103 / an - 175,25 mois

Pour vous donner un exemple comparatif, le même montant emprunté auprès d'une banque sur 20 années coûte 400 euros par mois.

Prenez votre calculette et compté ce que cela signifie en terme de rendement financier de prêter 55 000 euros sur 20 ans et ce que cela rapporte au rentier.

Voilà ce que le système par capitalisation propose aux rentiers : utiliser leur argent pour s'en foutre plein les fouilles !
écart : 400 (prêt) - 215 (placement) = 185 X 12 X 20 = 44 400 euros dans la poche du banquier.

Etonnez-vous qu'après ça les banques rembourse des milliards les doigts dans l'nez !

Si ça ce n'est pas un scandale !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :