Les encours des Perco atteignent 3 milliards d'euros en 2009

 |   |  344  mots
Les entreprises ont continué à offrir des compléments de retraite à leurs salariés en 2009 malgré la crise financière.

Depuis sa création en août 2003, le Perco (plan d'épargne retraite collectif) ne cesse de séduire les entreprises et les salariés. Fin 2009, l'encours total géré au sein de ces produits s'établissait à 3 milliards d'euros, témoignant d'une forte progression annuelle de l'ordre de 63%, selon les chiffres publiés par l'Association française de la gestion financière (AFG). Cette croissance des encours s'explique en partie par la hausse des marchés financiers, les salariés optant dans ce contexte de crise davantage pour la prudence en choisissant d'investir massivement dans le monétaire.

En 2009, le nombre d'entreprises disposant d'un Perco a augmenté de 41 % à près de 111.500. Si la plupart des grandes entreprises, notamment celles du CAC 40, se sont équipées très tôt, la progression s'explique principalement par le segment de la très petite entreprise (TPE). Les chefs d'entreprise des TPE ayant également accès à ce dispositif, ils l'utilisent à la fois comme un outil de gestion patrimoniale et de fidélisation de leurs collaborateurs. En revanche, les Perco rencontrent des difficultés à s'imposer sur le segment des moyennes entreprises. Si le nombre de salariés ayant accès à un Perco a progressé en 2009 à 2,5 millions de personnes, cela ne concerne ainsi qu'à la marge les salariés des PME (petites et moyennes entreprises). Pourtant, cette solution de retraite collective intéresse les salariés qui privilégient actuellement l'épargne à la consommation.

Ainsi, sur les 2,5 millions de salariés couverts, plus de 557.000 ont effectué des versements, ce qui correspond à une hausse de 26% en un an. Cette progression est intervenue malgré le changement réglementaire prévoyant la mise en disponibilité de la participation. Les salariés ont continué, en dépit du fait qu'ils pouvaient percevoir directement la participation, à la placer en partie dans les Perco lorsqu'ils en avaient la possibilité. Les sources d'alimentation du Perco sont restées de ce fait stables l'an dernier et se répartissent de la manière suivante : la participation (21%), l'intéressement (13%), l'abondement des entreprises (45%) et les versements volontaires des salariés (21%).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :