Retraites : petite revalorisation, la durée de cotisation en question

 |   |  701  mots
(Crédits : © 2010 Thomson Reuters)
La Commission économique de la nation (Cen) devrait confirmer ce mardi la prévision d'inflation de 1,2% pour 2010 en France, ce qui entraînera une faible revalorisation des retraites du régime de base au 1er avril. Selon le Conseil d'orientation des retraites (COR), il faudrait faire grimper, progressivement, à 43,5 ans, la durée de cotisation pour obtenir une retraite à taux plein, à échéance de 2050, contre 41 années de cotisation nécessaires pour les salariés âgés de 60 ans en 2012.

La Commission économique de la nation (Cen) devrait confirmer ce mardi la prévision d'inflation de 1,2% pour 2010 en France, ce qui entraînera une faible revalorisation des retraites du régime de base au 1er avril. La Cen, qui se réunit dans l'après-midi, permet au gouvernement de confronter ses prévisions macro-économiques à celles d'économistes du secteur privé quatre fois par an. Celle de mars convient d'une prévision d'inflation qui sert de base pour la revalorisation des retraites et pensions, effective au 1er avril.
 

En 2009, l'inflation n'avait été que de 0,1% en moyenne alors que l'augmentation des pensions avait été calculée sur la base d'une inflation attendue à 0,4%.
Selon la presse, le gouvernement va du coup retrancher 0,3 point de la hausse des prix prévue pour 2010, ce qui conduira à un relèvement des pensions de 0,9 point. Dans un communiqué publié lundi, la CFDT a déploré que le gouvernement récupère ce "trop-perçu" de 0,3 point et que la décision ait été prise avant même la réunion de la Cen."Cela ne compensera même pas la hausse des mutuelles ! Et ceci alors même que l'inflation repart avec 0,6% pour le mois de février et qu'une augmentation du gaz entre 6 et 10% est prévue au 1er avril", regrette le syndicat pour qui "la paupérisation des retraités s'accentue, mesure après mesure".


FORME ALLÉGÉE
 

La réunion de la Cen, à laquelle sont conviés 28 économistes, coïncide avec l'organisation d'une journée d'action pour l'emploi et les retraites à l'appel des syndicats CGT, CFDT, FSU, Solidaires (Sud) et Unsa. Selon une source à Bercy, la discussion informelle se tient sous une forme allégée, le dernier cadrage macro-économique remontant à seulement deux mois avec la présentation du dernier projet de loi de finance rectificative.
 

Le PLFR a retenu comme principales hypothèses macro-économiques une croissance de 1,4% du produit intérieur brut et une inflation moyenne de 1,2%, chiffres qui devraient être confirmés par la Cen. "La discussion portera surtout sur la trajectoire pluriannuelle de croissance et de finances publiques, avec une présentation du programme de stabilité et des hypothèses macro-économiques qu'il contient", a-t-on précisé à Bercy. "Le cadre est volontairement pluriannuel, on ne se limite pas au cadre du PLFR."

Le relèvement de 0,9% attendu pour le 1er avril concernera les retraites du régime de base du privé. Les retraites complémentaires Arrco, qui concernent les salariés du privé, et Agirc, pour les cadres, augmenteront pour leur part de 0,72%, selon des informations parues dans la presse. Le minimum vieillesse, réservé aux personnes disposant de faibles ressources, passera lui de 677,13 euros à 708,96 euros, soit une hausse de 4,7% qui s'inscrit dans le programme de revalorisation de 25% de cette allocation durant la législature, conformément à une promesse du président Nicolas Sarkozy.

Dans un document qui sera discuté mercredi, le Conseil d'orientation des retraites (COR) évalue les conséquences de l'application de la règle fixée par la loi de 2003, à savoir le maintien constant, à sa valeur de 2003, du rapport entre durée d'assurance (cotisation) et durée moyenne de la retraite, compte tenu de l'espérance de vie.

Le COR en conclut qu'il faudrait faire grimper, progressivement, à 43,5 ans, la durée de cotisation pour obtenir une retraite à taux plein, à échéance de 2050, contre 41 années de cotisation nécessaires pour les salariés âgés de 60 ans en 2012.

Tels sont les deux paramètres sur lesquels voudrait jouer, principalement, le gouvernement, à en croire les experts. Mais les syndicats font pression pour une réforme tout autre. Notamment la CFDT. Dans l'interview qu'il a accordée à « La Tribune », François Chérèque souligne les nombreuses conditions de son soutien à la réforme que présentera le gouvernement.

Il vise une refonte profonde du système, visant à en corriger les inégalités. Ce qui n'est pas forcément le cas des autres organisations syndicales. Bernard Devy, le « monsieur Retraite » de Force ouvrière, estime qu'il « ne revient pas au système de retraite de corriger les inégalités existant au sein du salariat ». FO défend avant tout le pouvoir d'achat des retraités.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/04/2010 à 12:40 :
voilà la betise de la jalousie. Au lieu de mepriser les fonctionnaires sans connaitre leur travail, et leur conditions, vous feriez mieux de regarder là ou il y un veritable probleme. prenez un peu de hauteur...la critique est facile, mais essayez d'etre un peu constructif, et tentez d'apporter des solutions viables, et non pas de rapporter des paroles de tartuffes...sans comprendre le fonctionnement economique d'un systeme... S'il existent quelques nantis de la fonction publique, je doute qu'ils soient ceux que vous pouvez rencontrer dans nos administrations, mais plutot ceux qui logent dans nos palais...
a écrit le 31/03/2010 à 17:49 :
A sauros : Vous parlez de l'Allemagne qui n'est absolument pas comparable à la France, tant d'un point de vue économique que politique ou social.Vous pouvez aussi dire que puisque les sénateurs en France travaillent jusqu'à plus de 70 ans, pourquoi ne pas faire de même?Vous méprisez les fonctionnaires que ne l'ont pas toujours été toute leur vie, y pensez vous? J'ai personnellement travaillé dans le privé jusqu'à l'age de 35 ans avant d'être considéré comme inemployable (bac+4 en gestion!) et me retourner vers la fonction publique.Je travaille quotidiennement à faire rentrer l'argent dans les caisses de l'Etat pour que vous puissiez jouir des services publics (vous vivez sur une ile déserte?) Les plus de 5 millions de fonctionnaires que nous représentons consomment, font tourner l'économie, et font donc travailler votre entreprise. Mettez les donc au chômage, et demain vous irez pointer avec eux! Bien cordialement.
a écrit le 28/03/2010 à 13:29 :
La crise en Grèce ,la position de l'Allemagne démontre que ce pays a su gérer ses dépenses et oui ils sont à 67 ans de cotisation ,alors pourquoi ne pas faire de même.Nous allons encore bidouiller le système afin de stasfaire la populace. Quant aux fonctionnaires vous feriez mieux de vous taire ,si à prèsent vous découvrer le travail (réduction d'effectifs) c'est que vous avez passés des années à ne rien foutre. La SNCF présente 1 milliard de déficit ,j'espére que les syndicats reverront leur copie:conducteurs payés 35H faisant 25H ,les sédentaires prime pour absence de prime ? etc.. vos salaires c'est notre pognon
a écrit le 28/03/2010 à 8:23 :
réponse à la crinche:
vous êtes sur un nuage dans le privé. Regardez la voiture de vos patrons et vous verrez où passe votre salaire. Par exemple: Mercédes AMG 3L2 coupé, Audi Q7, Porche Cayenne, .... pour travailler!

Arrétez de nous faire rire, c'est un sujet sérieux les retraites et balayez devant votre porte.
a écrit le 26/03/2010 à 16:51 :
La crinche vous dites n'importe quoi. ca fait bien longtemps que nous ne sommes pas augmentés, nous ne pouvons cumuler les emplois pour nous en sortir, sommes constamment désignés du doigt comme des fainéants, alors que dans les services nous sommes en sous-effectifs, de moins en moins nombreux pour toujours plus de travail, et très bientot on pourra meme nous virer sans qu'on ait droit aux assedics! en attendant, on consomme nous aussi, on fait marcher l'économie et on paie même des impôts quand certains du privés ne déclarent pas tout ce qu'ils devraient...
a écrit le 23/03/2010 à 16:42 :
il faut l'egalite pour ces fameuses retraites.
egalite pour tous,du president aux ouvriers.
la meme base de secu pour tous.
4 trimestres par an pour tous.
tout le monde doit cotiser(meme les "employes" europeens).
a chaque fois que les fonctionnaires sont augmentes,c'est tout le monde qui paie,mais les entreprises sont mal et n'augmentent pas les salaries,donc ceux sont ces memes salaries qui paient pour ces fonctionnaires et qui voient leur pouvoir d'achat baisser.fonctionnaires,mettez vous au boulot....................merde.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :