Les consommateurs à nouveau optimistes sur leur futur pouvoir d'achat

 |   |  400  mots
François Baroin, ministre de l'Economie Copyright Reuters
François Baroin, ministre de l'Economie Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
L'indice de confiance des consommateurs calculé par l'Insee a connu une amélioration spectaculaire en mars. Les Français parient sur un assagissement des prix, qui doperait leur pouvoir d'achat

Le prix de l'essence bat des records, mais les Français se veulent optimistes sur leur pouvoir d'achat. C'est la surprise qu'apporte la dernière enquête de l'Insee auprès des ménages. Interrogés sur leur niveau de vie futur, ils se montrent de plus en plus confiants dans leur capacité à acheter. Ce qui a suffi à faire gagner cinq points à l'indice synthétique mesurant le degré de confiance des ménages. Une hausse d'une ampleur très rare. Même si l'indicateur reste en dessous de son niveau de moyenne période.
Comment expliquer cette embellie inopinée? Parce que les salariés s'attendent soudain à des hausses substantielles de leur rémunération? Les sondés n'ont pas été intérrogés sur cette question, à l'occasion de cette enquête. Nul doute qu'ils ne rêvent pas d'une amélioration soudaine de leur fiche de paie. A l'origine de cet optimisme sur le pouvoir d'achat à venir, il y a le sentiment que la hausse des prix va s'apaiser. Il est vrai que les tarifs des carburants semblent avoir atteint un plateau. Et que les prix des autres biens et services sont plutôt sages. Ainsi, les prix des produits manufacturés n'ont-ils augmenté que de 0,7% sur un an. Les services progressent, eux, de 1,6%.

L'apaisement de la crise de la zone euro contribue au moral
Le moral des ménages en mars "est beaucoup plus élevé que prévu", note l'économiste de HSBC Mathilde Lemoine. "L'apaisement de la crise de la zone euro a redonné le moral aux ménages français, qui n'ont pas adopté une attitude attentiste avant l'élection présidentielle, comme ce fut au contraire le cas lors du précédent scrutin présidentiel" de 2007, estime-t-elle. "Cette amélioration de la confiance des ménages français confirme notre prévision selon laquelle la hausse de la consommation des ménages devrait se maintenir et continuer de soutenir la croissance du produit intérieur brut (PIB) au premier semestre 2012", poursuit-elle dans une note d'analyse. En effet, la consommation est souvent corrélée avec l'indice de confiance des ménages. Les dernières prévisions de l'Insee, rendues publiques jeudi dernier, tablaient sur une stagnation de la consommation au deuxième trimestre.
Cette embellie arrive après d'autres : le moral des industriels a lui aussi progressé en mars, retrouvant son niveau de novembre....
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :