1.087 : c'est le nombre d'usines qui ont fermé en France depuis 2009

 |   |  268  mots
Copyright Reuters
Depuis 2009, plus d'un millier d'usines ont dû mettre la clef sous la porte. C'est le bilan inquiétant dressé par le cabinet de veille économique Trendeo.

En 2012, quelque 266 usines auraient disparu quand seulement 166 auraient été créées, selon la société de veille économique Trendeo. Au total, le rythme de fermeture se serait ainsi accéléré de 42%. Ce n'est pas loin de la triste performance enregistrée au plus fort de la crise en 2009 avec quelque 379 usines fermées. Résultat : ce sont 1.087 usines qui ont mis la clef sous la porte depuis 2009,

"L'économie française s'installe dans une tendance dépressive"

Alors que la tendance était incertaine en 2011, la conjoncture pour l?emploi se dégrade fortement en 2012, note l?étude. Les créations d?entreprises continuent à diminuer tandis que les suppressions ne cessent d?augmenter. ?L?économie française s?installe dans une tendance dépressive?, avertit le cabinet.

L'industrie manufacturière à la peine

C?est l?industrie manufacturière qui est le premier secteur touché, avec en première ligne l?industrie automobile (- 41.994 emplois depuis 2009), suivie de l?industrie pharmaceutique (-8.648 emplois). Au total 23.897 emplois ont été supprimés en 2012, soit 121.946 postes depuis 2009. Viennent ensuite les secteurs des Transports et de la logistiques et celui de l?Administration publique avec respectivement 60.854 et 57.790 emplois supprimés depuis 2009. En revanche, dans ce contexte de délitement du tissu industriel, la construction aéronautique et le luxe résistent plutôt bien, avec plus de 2.400 créations de postes.

Reste que le cabinet se montre pessimiste pour l?avenir. Avec les annonces de suppressions d?emploi chez Goodyear ou encore Renault, l?étude évoque notamment le mois de janvier 2013 comme étant ?le plus mauvais? depuis qu?il collecte des données.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/06/2013 à 20:15 :
Bonjour est ce quelqun peut me dire svp combien il y a d usine et d ateliers a paris????
a écrit le 15/02/2013 à 17:47 :
Vive l'Euro Fort et la dette publique pour le conforter
a écrit le 06/02/2013 à 18:17 :
Il y a aussi des regroupements de sites, plusieurs usines ferment pour fusionner l'activité dans une seule, mais plus proche du principal client pour ainsi réduire les frais de transport, à cause du prix du pétrole et de l'énergie en général. On a vu la même chose pour l'armée avec la création de bases alors qu'avant il y avait une myriade de sites militaires historiques créés depuis des siècles.
a écrit le 06/02/2013 à 16:56 :
1087 ok c est beaucoup, mais quelles usines??? Quels Secteurs??? pour beaucoup deja des sous-traitants de l industrie automobile Francais en surproduction et en sur-capacite..... Alors certes c est malheureux voir meme cynique si vous voulez mais le probleme de ces usine comme une partie de notre industrie (on va mettre de cote le pb fonction publique c est un autre debat) n'a pas prix le train de l innovation et ne s est pas rendu compte aussi que le monde a change, que la France marché mature a change..... On a attendu d etre au pied du mur pour "commencer a envisager de modifier notre industrie" avec tous le lots de casse que cela entraine..... Qui est coupable???? un peu tout le monde du Patron ou des Patrons/actionnaires qui n ont pas anticipé, les politiques qui ont subventionner a fond perdu, les syndicats et salaries qui se sont berce d illusion, les clients qui ont cru au mirage du miracle economique et social Francais...... Le reveil s amorce et il est incroyablement douloureux....... Maintenant que fait on???? On continue dans cette voix et on continue a creuser la tombe ou on se decide a faire les reformes, dans la douleur, pour remettre la france au premier plan?
a écrit le 05/02/2013 à 15:11 :
Il faut refaire de la France un athlète économique de 1er plan. Pour le moment c'est un obèse qui veut se présenter aux JO. Avec une dépense publique à 57% du PIB c'est l'état qui mène l'économie. Au vu des résultats c'est un échec. Les participations publiques ex FSI sont dans le rouge. Donc l'état doit passer le relais au secteur privé. En n'intervenant plus dans l'économie, et en desserrant la pression fiscale et règlementaire. On est en concurrence avec la Chine les états unis et même les autres pays d'Europe, qui font tout dans se sens. Croire que le secteur privé peut courir seul avec un boulet étatique au pied est illusoire. L'état doit vendre toutes ses participations, rembourser le plus possible sa dette, et se contenter d'assurer des services minimum prélevant 30% du PIB maximum.
a écrit le 05/02/2013 à 15:01 :
Ça ne serait pas un problème si dans le même temps on ne plombait pas aussi le commerce et les services...
La politique depuis 30 ans est une politique anti emplois et anti croissance.
a écrit le 05/02/2013 à 14:35 :
La question qu?il faut poser, c?est quand avons-nous décrété la fin de la France ? Nous avons un léger souci de salut public?
Réponse de le 05/02/2013 à 17:32 :
....et de non assistance à personnes en danger !!
a écrit le 05/02/2013 à 14:20 :
On est entrain de flinguer l?entreprise, c?est pas très malin?
a écrit le 05/02/2013 à 14:04 :
Bien fait!
a écrit le 05/02/2013 à 13:55 :

Faut arrêter les délires, on a trop fait la cigale ! Voyez l?Allemagne : ils exportent pour 170 milliards, nous avons un trou de 70+30, ils sont à l?équilibre nous avons un déficit gigantesque de 90, notre niveau de vie va plonger, ils font de la croissance, on fait de la récession, ils ont moitié moins de fonctionnaires et moitié moins de chômeurs, les instits sont payés double et ils ont de meilleures prestations sociales, ils sont compétitifs, pas nous, leur dette est stabilisée à 80, on continue de galoper à 92, ne parlons pas des déremboursements des médicaments et des trous des retraites, il serait temps de sonner le tocsin?
Réponse de le 05/02/2013 à 15:12 :
L'Allemagne n'est pas un EDEN.
Le régime sécu n'est pas aussi favorable que cela.
Le salaire,la pénibilité,les horaires et autres contraintes sont denses.
mais Eux ont des Syndicats,qui sont écoutés et respectés.*
là est la différence,car le nationalisme reste moteur.
Réponse de le 05/02/2013 à 15:27 :
L'Allemagne a aussi presque 4 fois moins de ministres que la France !!
Réponse de le 05/02/2013 à 19:50 :
Encore heureux qu'en Allemagne, ils aient moins de ministres fédéraux... vu les ministres de landers qu'il y a aussi.
Quite à comparer le nombre de ministres de la France avec d'autres pays ; vaudrait mieux ne pas choisir des pays fédéraux... qui ont un gouvernement fédéral et des gouvernement de province. Merci.
a écrit le 05/02/2013 à 13:36 :
Alors nous pouvons dire : c?est Waterloo morne plaine d?entreprises? on a 4 grandes entreprises et puis c?est tout, comme en 40. C?est un pays archaïque, on fait soit dans le Concorde, soit dans le papier. Les allemands ont fait un Mittelstand, 5 millions d?emplois qui nous manque, des entreprises de taille moyennes intensives en innovation et exportatrices. On fait dans l?occiput acrocéphale malin. La désindustrialisation on la trouve par exemple dans les cahiers français il y a une bonne dizaine d?années? La dépression certes, de la population aussi, sans oublier la courante ! Rémunération du capital faible, projets non rentables, non financement du risque, capitalisme sans capital, sous compétitivité, innovation niveau zéro, les japonais font un effort double et on parle dévaluation. Il existe une polémique sur la monnaie. Il se trouve que l?export a plongé depuis 2000, on pourrait incriminer l?euro, seulement la monnaie forte on l?a commencé avant. On a empêché par les politiques de faire de la productivité, donc des salaires. Dévaluer c?est baisser les salaires, c?est une escroquerie. Nous devons investir 2 points de pib supplémentaires. L?euro fort c?est bien puisque notre économie est fondée sur le pétrole, supprimons la TIPP et l?IS, impôt sur l?activité.
a écrit le 05/02/2013 à 13:07 :
Critique d'une mort annoncée.....
a écrit le 05/02/2013 à 13:06 :
Douce France", n'est plus !!!
a écrit le 05/02/2013 à 12:48 :
Merci Martine pour les 35 heures dont on voit le résulat aujourd'hui. Et cerise sur le gâteau les syndicats vont devenir co gestionnaires des entreprises. c'est le commencement de la fin.
Réponse de le 05/02/2013 à 13:35 :
Mes respects mon colonel,
permettez moi de vous faire remarquer que ce ne sont pas les 35 H qui posent problème mais le façon dont elles ont été mises en pratique. L'idée en soi n'était pas de refiler du temps libre aux prolos mais de partager le travail existant. Fallait bien trouver une parade à la révolution informatique qui a détruit, en quelques décennies, des millions d'emplois. Dont acte. Le patronat a totalement saboté la chose en ne se préoccupant, comme d'habitude, que des seuls profits et bénéfices à tirer de cette nouvelle donne, démontrant, une fois de plus, une absence totale de patriotisme. (la même que celle qui les amenés à collaborer sans états d'âme avec les nazis entre 1939/45.) Quant aux syndicats co- gestionnaires des entreprises, on n'y est pas encore... Hélas... Les entreprises retrouveraient peut-être un semblant d'éthique si elles étaient managées par ceux qui les connaissent le mieux.
a écrit le 05/02/2013 à 11:37 :
La désindustrialisation est un choix francais. C'est la CGT et CFDT qui doivent être content du travail accompli. L'industrie économique. Si celui-ci est fragilisé, c'est toute l'industrie, dont les grands groupes qui en souffrent.
Ce phénomene de désindustruialisation remonte aux années 80. A l'èpoque les politiques francais pétendait que la France était en voie de modernisation et se reconvertissait dans les services. On se tapait alors sur le ventre en vantant l'excédent commercial. Maintenant il est trop tard... Aujourd'hui cette mentalité politique francaise de taper sur le patronat et les créateurs d'emplois est ancrée au sein des jeunes générations. Si on veut réindustrialiser la France, il va falloir revoir nos valeurs et mettre en question l'ensemble du système social et fiscal francais.
a écrit le 05/02/2013 à 11:26 :
toutes ces fermetures sont un manque a gagner en charges sociales et en cotisation foncière des entreprises.il faut préparer les français au fait que tva et cotisation foncières vont devoir augmenter pour compenser.j'ai peur que les espritsne soient pas encores murs
Réponse de le 05/02/2013 à 13:23 :
C'est intelligent :comme suggestion : augmenter encore plus les taxes. Comme cela la consommation et la croissance chuteront encore plus, et on fermera encore plus d'usine ... Mais rassurez-vous : nos chers élus, quant à eux, seront toujours biens nourris et continueront de rouler dans de grosses berlines étrangères.
Réponse de le 12/02/2013 à 1:37 :
Voila bien un raisonnement socialiste, j'ai besoin d'argent donc j'augmente les impôts. Ils ne se rendent pas compte que faisant cela ils diminuent le pouvoir d'achat des citoyens qui achètent moins et donc payent moins d'impôts indirects. Idem pour les entreprises en payant plus d'impôts ou de taxes et charges diverses elles ne peuvent souvent pas répercuter ce surplus de charges dans leurs prix ou vendent moins si ceux-ci sont élevés et font moins de bénéfices donc payent moins d'impôts directs. Trop d'impôt tue l'impôt c'est toujours vrai en 2013.
Ces politiques (de droite ou de gauche) sont indécrottables, ils vivent dans une bulle et pas dans la vrai vie.
Ils n'arrivent pas à admettre qu'il faut baisser les dépenses, et je ne parle pas de dépenses utiles, maladie, retraite, éducation etc, etc ...mais combien d'argent gaspillé en bêtises ou de dépenses qui peuvent attendre des jours meilleurs. Un exemple: dans ma commune de 5000 habitants une piscine à 7 millions ? alors qu'il y en a une dans la ville d'à coté distante de 1,5km environ et que cette même ville va construire un centre aqualudique au prix de 25millions ? qui sera à environ 7km...pendant ce temps il manque des logements sociaux nous disent les élus de ces collectivités. Ou sont les priorités? dans le loisir ou dans le logement!
a écrit le 05/02/2013 à 10:25 :
et ca etonne qqun? attendez fin 2013, les experts auront de quoi s'interroger dans des commissions fraichement creees! la france va rire ;-)))
a écrit le 05/02/2013 à 10:25 :
Nos députés grassement payés, préfère débattre du mariage pour tous plutôt que du boulot pour TOUS !
Réponse de le 05/02/2013 à 10:49 :
Renoncements, reniements, trahisons "de gauche" : puisqu'on a décidé de ne rien faire sur le plan social, on braque les projos sur le sociétal. Les socialistes nous ont habitué à ce genre de manipulations. Faut massivement cramer nos cartes d'électeurs...
Réponse de le 05/02/2013 à 11:10 :
dans le cas du mariage pour tous c'est le gouvernement qui a fait la proposition de loi et qui est donc responsable. Les députés sont obligés d'en débattre maintenant. La stratégie du gouvernement est d'occuper l'assemblé sur des questions futiles, histoire d'éviter de procéder aux réformes structurelles et économiques. Triste affaire sachant que pendant ce temps la France se précipite toujours plus dans le gouffre du chomage et du déficit public.
Réponse de le 05/02/2013 à 11:21 :
c'est absolument ce que je pense personnellement !y en a plus que marre! mariage pour tous, changer les horaires des écoles, le nom...banalités, enfumage, gabegies! et le TRAVAIL? le POUVOIR d'achat que nous perdons jour après jour, la SANTE, la SECURITE, et tout le reste!! NON! on s'attache à d'autres problèmes moindres et non les plus URGENTS! mais c'est quoi cette foire ? Français, réveillez vous !! Arthur +UN !
Réponse de le 05/02/2013 à 11:25 :
mais pour "EUX", point de naufrage en vue, de déficit , de desespoir! pour eux, tout va bien Mme la Marquise????nous avons eu le progrès, mais nous sommes toujours sous des "règnes monarchiques " faut se réveiller, peuple de France !
Réponse de le 05/02/2013 à 13:46 :
Ah ben c?est la monarchie, on distribue des ipad à ses électeurs, mais pas aux autres?
a écrit le 05/02/2013 à 10:04 :
et si les 166 étaient plus productives que les 266 !! une fermeture n'est pas toujours une cata .... j'en connais ! et comme je dis souvent en été lors de sécheresses , "un arbre qui perd ses feuilles est un arbre prévoyant " mais nos syndicats préfèrent avoir les feuilles l'été , jouer les cigales et laisser mourir l'arbre après . les crises ont de bon , c'est qu'elles éradiquent les morpions ! et motivent les nouvelles pousses .. ainsi va le monde du progrès qui n'est pas fait que d'inventions nouvelles .
a écrit le 05/02/2013 à 10:03 :
C'était pas la peine de se battre contre les allemands pour en arriver là.
Réponse de le 05/02/2013 à 11:47 :
réduits à néant, qu'ils étaient.......et nous, à présent, on en est ou?.......
a écrit le 05/02/2013 à 10:01 :
Cela fait trente cinq ans que nous nous appauvrissons. Y a t'il une seule mesure prise pour redresser la barre ?
Réponse de le 05/02/2013 à 15:01 :
Non, se serait plutôt le contraire même : plus de taxes, impôts, règlementation qui fatalement asphyxie encre un peut plus l'économie française. Ex pour la bourse taxe sur les div, les achats, taxe Tobin, suppression de l'avoir fiscal, etc... tout ça dans un contexte de chute des marchés.Et alors que d'autre pays ne suivent pas dans cette voie. Bilan pas d'investissements privés. Comment s'étonner du résultat final d'une telle politique (gauche+droite).
a écrit le 05/02/2013 à 10:00 :
"l'économie française s'installe dans une tendance dépressive"

1. Ça n'est pas spécifique à la France : regardez donc ailleurs en Europe, aux USA, au Japon, et même en Chine
2. Qu'attendre d'autre comme résultat lorsqu'on applique dans toute l'Europe la même politique dépressive (stagnation des salaires, réduction des aides sociales, augmentation des impôts) appuyée par une monnaie surévaluée pour la plupart des pays de la zone ??
Réponse de le 05/02/2013 à 12:27 :
Tout à fait d'accord avec vous !!
a écrit le 05/02/2013 à 9:58 :
Pour l'instant tout va bien. Ne changeons rien !
Gardons ,notre code du travail, nos trente cinq heures,nos RTT, nos fonctionnaires pléthoriques,nos politiques intéressés (conseillers municipaux, maires,conseillers généraux,présidents de département, conseillers régionaux, présidents de région, députés,sénateurs,secrétaires d'état, ministres, président de la république),notre mille feuille administratif (communes,communautés de commune,cantons,communautés d'agglomération,départements,régions,etc..), notre trou de la SECU, nos déficits chroniques,nos subventions.
Attendons! nous sommes Français.Pourquoi changer un système qui est le meilleur au monde?
Mais le monde change,dans peu de temps la France sera un désert industriel
au grand étonnement de nos édiles.
Par pitié pas de reforme
Réponse de le 05/02/2013 à 10:51 :
si, des réformes, des tas de réformes... Mais pas n'importe lesquelles et surtout pas celles qui maintiennent en survie artificielle un système dont la décomposition avancée n'échappe plus à personne...
a écrit le 05/02/2013 à 9:28 :
Une véritable Hécatombe !! Pauvre Français !...et pauvre pays !
Réponse de le 05/02/2013 à 10:57 :
C'est vrai qu'au Bengladesh, ils sont mieux lotis...
Réponse de le 05/02/2013 à 11:26 :
mais si ça continue, nous y allons mon cher, tout doucement, mais sûrement, ça va le faire! bon appétit!
Réponse de le 05/02/2013 à 13:01 :
Merci (pour l'appétit !) Je crois que notre pays n'est pas "pauvre" au sens financier du terme. Il regorge même de richesses. A partir de ce constat, on doit bien se poser la seule question qui vaille : celle de la répartition de ces richesses. Comme les milliardaires (et les possédants en général, soutenu par les politiques qu'ils font croûter) ne brillent pas pour leur générosité, c'est au Peuple d'organiser la riposte et de s'occuper de cette répartition... Comment on appelle ça déjà ? Une révolution ? Ben oui, c'est ça : une révolution !
a écrit le 05/02/2013 à 9:23 :
Avec les parités de change actuelles c'est pas fini, y que les imbéciles et les allemands pour croire que nous avons besoin d'un euro fort, et pourquoi que les autres y zont une monnaie faible à commencer par les amerlocs?, Pasqu'ils ne sont pas aussi forts que les zallemands mais tseu là y finiront aussi par être pliés par les coréens et les chinois ou les japonais dans tous les compartiments de leur point fort principal la Bagnole pour évadés fiscaux ou pour enrichis esclavagistes ou banksters, truands ou mafieux. profesionnels.
Réponse de le 05/02/2013 à 10:27 :
vous avez oublie d'accuser sarkozy, le medef, l'europe les patrons voyous, etc... c'est curieux, d'habitude, vous ne les oubliez pas..... sinon, a part gemir vous pouvez aussi vous prendre en main tt seul, ca ne sera pas plus mal
Réponse de le 05/02/2013 à 17:42 :
comment voulez vous que nous nous prenions en main, sans nous faire "bouffer"? ! vous avez une tactique, ce serait vraiment interessant!nous sommes en bas de l'échelle, vous savez, le peuple, les malfrats", les travailleurs, les moins que rien, au dessus, nous avons "la puissance" qui taxe, écrase, anéanti, qui ne pense qu'à leurs payes et avantages auxquels on s'accroche becs et ongles, on nous réduit en miettes, on n'existe plus ou si peu, alors, on fait QUOI? et comment ? la manière forte, c'est tout ce qu'il nous reste! le bateau coule !!
a écrit le 05/02/2013 à 9:19 :
Au Gouvernement, il n'y a que des fonctionnaires. A l'Assemblée, il y a beaucoup de fonctionnaires. La France est une terre bénie pour les élus professionnels et des bataillons de fonctionnaires, le tout chapeauté par des médias qui leur cirent les chaussures.
Réponse de le 05/02/2013 à 9:51 :
Il est honteux en france de reussir : ce n est pas egalitaire . Gardons l isf qui est la spoliation pure et simple du fruit de la reussite ..y a même des gens qui ecrivent que les autres pays nous l envient.
Réponse de le 05/02/2013 à 9:58 :
Entièrement d'accord; la France est gérée par des politiques professionnels, c'est à dire qui ne connaissent rien d'autre et surtout pas le monde de l'entreprise, à gauche comme à droite , même ceux qui vous parlent de libéralisme en pantouflant allègrement !
Ils ne votent qu'en fonction des lobbys les plus influents , même dans l'agriculture; l'intérêt général n'est donc pas représenté: gens compétents de la société civile, présentez vous aux élections!
Réponse de le 05/02/2013 à 12:32 :
Non! car faire de la politique est un vrai cauchemar! pas assez hypocrite, fourbe trainant des casseroles, blablateur, traite et j'en passe, désolé, ça ne me concerne nullement !
a écrit le 05/02/2013 à 9:16 :
Obliger les universités à se rapprocher des entreprises ; défiscaliser la recherche , défiscaliser tout les dons aux universités et à la recherche , exonérer le capital humain de charges sociales en partie, développer la décentralisation des grands groupes vers la province pour créer des tissus régionaux plus fort, exonérer des implantation industriel de charges sur les 3 premiéres années sur toutes les régions , supprimer les priviléges syndicaux sur des métiers ( dockers ?) ...... bref révolutionner notre maniére d'appréhender la création d'emploi en poussant la société vers une vision plus entrepreneuriale et moins associative ou publique qui ne peut créer de l'emploi qu'au travers de financement public donc d'impot . Retrouver de la capacité d'initiative et arrêter de mettre l'état et son administration en Juge et arbitre de notre tissu industriel !!! vive une vraie révolution vers plus d'innovation et d'initiative , vive moins de poids du Public !!!
Réponse de le 05/02/2013 à 9:36 :
On voit bien à votre texto que vous ne pratiquez pas la recherche ! Salaire d'instituteur, horaires de dingues, pas d'aides techniques ou bien des étudiants à former et pour finir depuis de nombreuses années course aux crédits (car subventions d'état proche de 0) qui occupe la majeure partie du temps au détriment de la recherche en elle-même. En plus orientation de la recherche vers des secteurs rapidement productifs comme des expertises qui sont à des années lumière orientées vers de réelles innovations génératrices d'emploi. Bref, si vous voulez une université qui innove, il faut plutôt lui en donner les moyens. Savez vous que les enseignements universitaires (biologie et physique) sont moins bien dotés que les lycées et IUT.
Réponse de le 05/02/2013 à 10:02 :
Il faudrait réduire fortement le nombre d'étudiants et recentrer l'enseignement supérieur et la recherche sur les disciplines les plus utiles (sciences, langues, droit, médecine, gestion...), de même pour le CNRS. Nous n'avons pas besoin d'autant de sociologues et anthropologues, c'est un luxe anachronique dans la compétition actuelle. Cela permettrait d'offrir des conditions décentes de travail et de salaire. Il faut aussi mettre fin à l'inflation des diplômes, et par exemple recruter des instituteurs au niveau de la licence.
Réponse de le 05/02/2013 à 10:44 :
C'est quoi la recherche en Langues, en droit et en gestion ?
Les seules recherches à mon avis, c'est uniquement en science (Physique, Chimie, Biologie, Medecine, Math, Informatique ), le reste, c'est de la litterature.
Pourquoi continuer à former des chercheurs en sociologie, en anthropologie, en philosophie de l'histoire et en histoire de la philosophie ? des chercheurs en STAPS et en science d'enfumage ?
Je suis un peu dûr avec ces discipline, mais il est temps d'appeler un chat un chat, et une chatte une chatte.
Réponse de le 05/02/2013 à 10:55 :
Et un réac un réac... C'est vrai ça : pourquoi vouloir continuer à apprendre à lire à nos gosses ? Savoir compter suffit amplement dans nos sociétés...
Réponse de le 05/02/2013 à 11:34 :
C'est si difficile d'appeler un chat un chat, une chatte une chatte ?
Déjà, ils ne savent ni lire, ni compter, et surtout, compter c'est universel, lire depend d'une langue donnée.
Il faut leur apprendre à lire, à compter, et à reflechir surtout d'une manière cartesienne .
Le système les pousse plutôt à fair du par coeur, et devenir des chercheurs en enfumage. Ca ne rend service à personnes, et surtout pas au developpement economique et technologique, ca fera juste des gens qui viveront sur le dos du contribuable, pour esperer un jour prouver dans leur recherche d'enfumage que l'homosexualité de l'escargot est un choix et pas naturelle pour les escargots de l'himalaya.
Je ne suis peut etre pas tres objectif dans ce que je dis, vu que je ne suis pas un issu des sciences approximatives, mais bon, je m'attendais à avoir des protestations vu la dureté de mes propos.
Réponse de le 05/02/2013 à 12:08 :
définition de la politique réactionnaire : "politique prônant et mettant en ?uvre un retour à une situation passée réelle ou fictive, révoquant une série de changements sociaux, moraux, économiques et politiques" Je crois que cela s 'applique mieux à votre commentaire qu'à ceux qui veulent changer quelque point de notre société pour nous empecher de couler .
Réponse de le 05/02/2013 à 13:22 :
Ah ! mais pas question de vouloir garder la société telle quelle est. En cela, je ne me sens absolument pas réactionnaire... A propos d'universel, il existe une autre activité, à côté de celle des chiffres, qui ne connaît pas de barrières : la musique. Est-ce pour autant que vous estimez qu'il suffirait d'apprendre le solfège indépendamment de tout autre apprentissage pour qu'un être humain soit "complet" ? Ce qui me contrarie dans vos propos, c'est l'espèce de mépris que vous semblez éprouver pour des matières qui, si elles ne sont pas immédiatement productives, (philo, socio etc), participent quand même à la construction d'une personne et contribuent à le différencier de l'animal. Voyez vous, arrivé à un certain niveau, même les adeptes des sciences dites "dures" reconnaissent qu'elles ne peuvent pas se passer des autres disciplines... Quand, par exemple, on évoque "l'éthique" qui doit accompagner une avancée technologique, on "met de la philosophie autour des équations". Sans cela, tout pourrait très vite devenir...inhumain et dangereux...
Réponse de le 05/02/2013 à 19:01 :
Par ce que vous croyez vraiment que la nuée de sociologues des universités "mettent de la philosophie autour des équations" des avancées technologiques ??? Beaucoup trop d'universitaires et chercheurs du CNRS sont payés à parler et écrire des textes que personne ne lit hors de leur petit milieu. Les dirigeants des entreprises et fonds d'investissement s'en moquent éperdument, surtout si ces intellectuels sont Français.
Réponse de le 05/02/2013 à 20:17 :
Ne faisons pas une généralité de cas particuliers... Bien sûr que certains chercheurs ou universitaires "pondent" à tort et à travers des textes que personne ne lira jamais et qui ne servent à rien...Parallèlement à ça, d'autres, vrais chercheurs eux, travaillent sérieusement et font avancer les choses. Je persiste à penser que nous avons besoin d'eux, de leur réflexion et de leur recul... Ne noyons trop vite pas les bébés avec l'eau du bain...
Bonne soirée.
a écrit le 05/02/2013 à 9:09 :
Pas de soucis à se faire ce clown de montebourg s'occupe de tout
Réponse de le 05/02/2013 à 9:25 :
Rappelez moi, en 2009 il n'était pas aux commandes ?! "j'ai la mémoire qui flanche, je m'souvient plus très bien".....
Réponse de le 05/02/2013 à 16:44 :
@ mauvaise mémoire: alors là, "Montebourg serait aux commandes"! Excellent. Montebourg n'est pour rien, rien du tout, absolument RIEN. Zéro, Nulle. En 2007, 2009, en 2012, en 2013 et nous attendons sa démission.
a écrit le 05/02/2013 à 9:07 :
cette information est insuffisante pour évaluer les choses. il faudrait que vous donniez également le nombre d'usine créées, le CA et le nombre de personnes employées dans les 2 cas pour avpoir une bonne vue de la réalité.
Réponse de le 05/02/2013 à 10:03 :
Vous pouvez chercher à positiver : cette bouteille n'est pas à moitié pleine...
Réponse de le 05/02/2013 à 10:05 :
Tout a fait d'accord, cette information seule est inexploitable.
Réponse de le 05/02/2013 à 10:46 :
tout cela et voulu rien n'est du hazard ceux qui tirent les ficelles sont bien informes le pouvoir de l'argent est l'element moteuret c'est eux qui decident
Réponse de le 30/11/2014 à 3:19 :
8 millions de chômeurs vous trouvez pas que c'est suffisant!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :