La Tribune

Taxe sur les transactions financières : Berlin toujours en retrait de Paris

Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
latribune.fr, avec AFP  |   -  388  mots
Le président français et la chancelière allemande ont affiché, lundi à Berlin, leur accord sur le principe d'une taxe sur les échanges financiers, mais continuent à diverger sur la forme, Paris restant déterminé à forcer l'allure. Les deux dirigeants en ont appelé aussi à la Banque centrale européenne (BCE) pour qu'elle renforce l'efficacité du Fonds européen de stabilité financière (FESF).

"Ma conviction, c'est que si nous ne montrons pas l'exemple, cela ne se fera pas. L'idée de la France, c'est d'appliquer le projet de directive" de la Commission européenne, a indiqué ce lundi Nicolas Sarkozy lors d'une conférence de presse avec Angela Merkel. Cette dernière a jugé qu'il s'agissait "d'une bonne initiative pour passer de la parole à l'acte", mais a répété sa préférence pour une action concertée au niveau européen.

"Côté allemand, le but est d'avoir une déclaration d'intention des ministres des Finances (de l'Union européenne) d'ici début mars" sur une telle taxe. La chancelière a ajouté que "personnellement", elle pouvait "imaginer une telle taxe au niveau de la zone euro" seule, tout en précisant que cette option, qui exclut la City de Londres, n'était pas soutenue par l'ensemble de son gouvernement.

Pour le reste, le couple "Merkozy" a affiché son accord sur la marche à suivre pour tenter d'endiguer une crise de la zone euro toujours plus aigue. La France et l'Allemagne souhaitent ainsi que l'accord européen renforçant la discipline budgétaire, et sur lequel vingt-six des vingt-sept pays de l'UE se sont engagés début décembre, soit signé "pour le 1er mars", a déclaré le président français. Les deux dirigeants sont par ailleurs d'accord pour réfléchir aux moyens "d'accélérer le versement du capital" du futur mécanisme de secours européen (MES).

Angela Merkel et Nicolas Sarkozy ont aussi réitéré leur volonté de maintenir la Grèce dans la zone euro, à condition toutefois que le pays mette en oeuvre des réformes budgétaires. La chancelière a jugé "nécessaire" la mise en oeuvre d'un programme de restructuration de la dette grecque mais tenu à rassurer les marchés en affirmant que cette procédure resterait "une exception".

Les deux dirigeants ont aussi indiqué avoir sollicité l'expertise de la Banque centrale européenne pour renforcer l'efficacité du dispositif de secours provisoire FESF, qui peine à convaincre les investisseurs de son efficacité.

Enfin, tous deux ont insisté sur la nécessité d'accompagner les efforts de rigueur budgétaire d'initiatives pour la croissance et l'emploi, qui sont "la priorité" selon Nicolas Sarkozy, et un "deuxième pilier" pour Angela Merkel .

Réagir

Commentaires

philanthrope  a écrit le 10/01/2012 à 19:04 :

Souffrons nous de méconnaissance dans la communication que nous ne puissions connaître les prises de vues des autres pays en la matière, ou bien faut-il t voir encore une fois un dirigisme forcé. Le coéfficien de 10 entre les transactions en général, et les achats de titres continue à favoriser me semble-t-il la spéculation financière. Cela ne correspond pas aux propos tenus par le gouvernement qui parle d'équité. Mais le plus simple serait de connaître les autres avis, pour savoir à quelles difficultés se heurte la position Française. Est-elle maximaliste ou minimaliste. Le reste n'est qu'écran de fumée électoral.

européen  a écrit le 10/01/2012 à 16:32 :

La présidence Danoise de l?Union Européenne est contre cette taxe. Tout va bien pour cette brillante idée de notre président. Quel est le pied nickelé de son entourage qui lui a susurré cette stupide idée. A noter que l?on met toujours en avant les Scandinaves dans les idées progressistes en les singeant des années après qu?ils en aient fait de mauvaises expériences.

No Comment  a écrit le 10/01/2012 à 16:11 :

http://www.tsr.ch/video/info/journal-19h30/1466274-blanchiment-d-argent-selon-un-rapport-de-l-ocde-berlin-est-l-un-des-pires-eleves-en-matiere-de-lutte-contre-la-criminalite-financiere.html

jp  a écrit le 10/01/2012 à 15:54 :

Quand "on affiche son accord" on "ne diverge pas " sur la forme. La vérité est que Merkel n'a rien à faire avec les effets d'annonce de S. et elle sait très bien que rien de sérieux n'est envisageable si la City (Cameron et ses tories histériques)ne sont pas dans le même véhicule. Donc...

Criminalité financière  a écrit le 10/01/2012 à 15:51 :

Avant de taxer les honnetes gens qu'ils s'occupent de ceux-ci:

Selon un rapport de l'OCDE, Berlin est l'un des pires élèves en matière de lutte contre la criminalité financière Ces critiques plongent le gouvernement allemand dans l'embarras au moment où il fait pression contre le secret bancaire suisse. http://www.tsr.ch/video/info/journal-19h30/1466274-blanchiment-d-argent-selon-un-rapport-de-l-ocde-berlin-est-l-un-des-pires-eleves-en-matiere-de-lutte-contre-la-criminalite-financiere.html

citoyen  a écrit le 10/01/2012 à 10:17 :

Un exemple pour que tout le monde comprenne ce qu'est la taxe Tobin. J'ai un patrimoine de 100 euros que je prête à un taux annuel de 5%. Au bout d'un an, j'espère avoir 105 euros si mon débiteur ne fait pas faillite. Maintenant, considérons un certain nombre de débiteurs qui ont besoin de ces 100 euros, mais pour une seule journée et non plus pour une année complète. Admettons également que j'accepte de prêter chaque jour cet argent à ces différents débiteurs, à un taux annuel toujours égal à 5%. Dans ce cas, je vais faire 250 opérations dans l'année, donc 500 transactions. Avec la taxe Tobin fixée à 0,01% valant un centime sur chaque transaction, au bout d'un an, je serai taxé de 5%, soit la totalité du gain annuel espéré. Les esprits forts vont prétendre que j'ai fait pour 50000 euros de transactions, faisant croire aux faibles d'esprit que je suis riche de 50000 euros de patrimoine (salaud de riche !). Mais il n'en est rien. Mon patrimoine est bien toujours de 100 euros. Pensez-vous encore que cette taxe soit indolore ? Qui sera assez fou pour continuer de prêter à très court terme dans ces conditions ? Uniquement ceux qui demanderont 10% d'intérêts et non plus 5%. Et qui va payer cette surtaxe en vérité ? Vous, moi, et tous les consommateurs finaux, par la hausse des prix qu'elle provoquera. Mais comme nous sommes en situation de concurrence avec les autres pays, cette taxe va plus certainement assécher les sources de financement pour tous ceux, notamment les entreprises françaises, qui, par construction, ont des besoins financiers à très court terme (car elles doivent nécessairement dépenser avant de vendre). Comme toutes les taxes portant sur le patrimoine plutôt que les revenus, la taxe Tobin est extrêmement nocive, dangereuse, va détruire les entreprises, provoquer encore plus de chômage et entamer significativement le pouvoir d'achat de tous les Français.

broom  a répondu le 10/01/2012 à 10:51:

Précision utile , à mon avis:
Il ne s'agira pas que des opérations financières sur instruments à taux fixe (Votre exemple )
Quid de l'importance de l'entrée fiscale sur les autres transactions financières.
Et zut, si personne ne veut mettre la main à la poche alors jouons les autruches.

citoyen  a répondu le 10/01/2012 à 12:02:

La simplification de l'exemple n'a d'autre but que d'expliquer ce qu'est véritablement la taxe Tobin. Les situations réelles sont plus complexes mais les conséquences sont malheureusement toujours identiques. Heureusement, il reste quelques politiciens en Europe gardant la tête froide. Ainsi, la présidence danoise de l'Union européenne s'est dite mardi "très réticente" au projet de taxe sur les transactions financières actuellement discuté par les Vingt-Sept, pointant les dangers pour la croissance et l'emploi. Elle a fait valoir que les études réalisées par la Commission elle-même montraient qu'une telle transaction introduite seulement en Europe risquait de coûter un demi-point de croissance économique au continent et "des centaines de milliers d'emplois" du fait de la délocalisation d'activités bancaires et financières hors de l'UE.

gc54  a écrit le 10/01/2012 à 9:30 :

La taxe Tobin a été conçue pour prémunir les banques centrales de mouvements monétaires spéculatifs à l?époque des parités fixes, elle n?a aucun sens avec des parités mobiles. De plus, au-delà des mots, que recouvre exactement une taxe sur les transactions financières . Personne n?en sait rien. La zone euro entre en récession, l?euro/dol est à 1,28, notre protection sociale est un gouffre, seul 50 % des ménages paie l?IR et la seule idée est de rajouter une taxe dont les financiers se moquent. Que nos hommes politiques apprennent les leçons élémentaires de l?économie (pour les nuls). Soyons vigilants.

MATHEO  a écrit le 10/01/2012 à 9:29 :

SARKO VEUT faire plaisir au agences de notation pour temporiser jusqu'aux élections mais les agences veulent de vrais économies mais là c'est l'incompétence totale de notre gouvernement qui saute aux yeux

européen  a écrit le 10/01/2012 à 9:23 :

mais qui pourra nous expliquer comment sera perçue cette taxe (bien qu?à part les Français, personne ne l?appliquera) ? définition SVP des transactions financières car déjà les gros malins qui s?imaginent voir les gros poissons pris dans cette nasse imbécile ne seront pas touchés mais les petits porteurs qui épargnent de temps en temps en obligation et actions seront taxés. Un transfert bancaire sera t?il taxé ? j?envoie de l?argent à ma fille pour ses études par exemple et les coupeurs de route de Bercy vont le taxer ? qui doit prélever cette taxe ? les milliers de banques avec leurs millions de transactions ? et combien de nouveaux percepteurs va t?on embaucher pour vérifier le tout ? déjà que l?on est totalement incapable de contrôler les flux de déclarations de TVA entre états européens. Merci au super Mario qui éclairera notre lanterne.

broom  a écrit le 10/01/2012 à 8:22 :

L'incompétence notoire du français moyen en économie est évidente.
N' oublions pas les chi^ffres: La taxe est sur les flux immenses et non sur les marges et/ou bénéfices éventuels. Ce n'est pas la même chose.
Quitte à me répéter je reproduits ce que j'ai déjà écrit:
"Je suis d' accord avec bubu qui écrivait " Ce ne sera pas la mer à boire" Il n' y a qu'a comparer le taux de la taxe envisagée avec le pourcentage des plus values et/ou moins values réalisées en une seule petite journée de 8 H1/2 en bourse pour réaliser que la TAF c'est du pipi de chat. Je dis bien PV, mais aussi MOINS VALUES , car comme le disait celui qui m' a enseigné l' économie en 1952, alors que la TAF existait , " Il n'y a pas de raison que l'on ne taxe pas les imbéciles " en parlant de ceux qui avaient les moyens de spéculer, quitte à perdre en souriant."

Le retour du gaullisme  a écrit le 10/01/2012 à 7:38 :

Il y a beaucoup de désinformation autour de la taxation des transactions financières, lobbies et incompétence notoire des économistes ou autres experts à la noix oblige, ceux là mêmes qui n'ont rien vu venir. L' Occident est confronté à des enjeux de survie notoires, les USA pensent sauver leur peau en dynamitant l'Europe (à travers la fiscalité très réduite des multinationales et des très riches, les produits financiers pourris qu'ils ont exportés, le taux de change du dollar, la responsabilité de leur banque centrale dans l'endettement et la crise financière, le laisser faire des agences de notation irresponsables et coupables, et enfin et c'est pas rien en imposant sa domination sur l'industrie du net quitte a imposer au plan mondial bientôt (loi à voter par le Sénat US le 24.1) la censure à la carte des sites qu'ils jugeront à fermer pour toute raison et pas simplement pour des questions de protection de la propriété intellectuelle ou artistique). L'Europe et la France doivent réagir comme elles doivent réagir de façon beaucoup plus forte sur la réciprocité et la protection de nos marchés et sur les paradis fiscaux. C'est une question de survie et de liberté pour nous tous européens. Le gaullisme a donc de l'avenir.

Pauvre imbecile  a écrit le 10/01/2012 à 4:40 :

Taxe ou pas taxe, cela ne change rien.
Les banques, si taxées, vont forcement récupérer la taxe sur les clients, et pas sur ceux qui font des transactions, ces clients la sont sacrés, on n'y touche pas.
C'est le client "tout le monde" qui sera la victime, comme d'habitude.
En fait, Sarkozy fait du populisme et essaye de gagner des voix à gauche.

VERITE  a répondu le 10/01/2012 à 8:13:

@Pauvre imbecile, vu la situation politique, SARKOZY a de grande chance d'être le prochain Président! je le compare à un renard!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

broom  a répondu le 10/01/2012 à 8:14:

Je respecte toutes opinions, mais
STOP arrêtez de dire n'importe quoi.
Comment cette taxe sur tous mouvements de capitaux peut-elle échapper aux flux financiers dans les pays qui l' appliqueront
Dès lors écrire "C'est le client "tout le monde" qui sera la victime, comme d'habitude". et Les clients la sont sacrés, on n'y touche pas"

Bisounours  a répondu le 10/01/2012 à 8:56:

Comme disait ma grand mère: c'est évident comme le nez au milieu de la figure!
Comment pourrait-il en être autrement ?

Bisousnours  a répondu le 10/01/2012 à 9:51:

@broom: c'est très simple: si vous prenez par exemple l'assurance vie le placement chouchou des Français, basé sur des actions et ou des obligations.
Et bien au lieu de toucher par exemple 2,5 % de rendement par an, vous toucherez moins. Certaines assurances vie ponctionnent 3% au départ pour des frais de gestion, et bien ils ponctionneront un peu plus.
Une sorte de fiscalité indirecte où vous n'y verrez que du feu tout en pensant faire "cracher" les méchant spéculateurs.
Vous remarquerez d'ailleurs que depuis l'annonce de cette taxe, la bourse de Paris continue son bonhomme de chemin comme si rien n'était.
Je me demandai comment l'état allai bien pouvoir s'attaquer au pactole que représente l'assurance vie, je pense que nous y sommes.

Demagogie  a écrit le 10/01/2012 à 4:36 :

Y en a marre de la demogagie de Gauche au pouvoir ! A Pardon, Il est de droite Sarko !?

bouchy  a écrit le 09/01/2012 à 22:11 :

Nous aussi nous devions montrer l'exemple avec les 35 heures ! La France, phare de l'humanité ! On voit où cela nous a mené de vouloir toujours faire cavalier seul !
Londres et sa City se frottent déjà les mains! Lisez la presse anglaise, la city est prète à acueillir les marchés qui vont fuir la France!

DONT  a répondu le 10/01/2012 à 4:36:

@ bouchy +1

Tres bien  a écrit le 09/01/2012 à 22:05 :

Cette annonce de Sarkozy est bien-sûr totalement démagogique et à but electoral. Mais elle va dans le bon sens : taxer la finance, qui est la grande responsable de la crise, c'est à dire faire payer, au moins en partie, les responsables de la crise, et mettre en place des "freins" à la spéculation qui a causé cette crise. La finance est nécessaire, certes, mais il faut la brider pour en limiter les excès, et en cela cette taxe est bénéfique, et renflouera de plus les caisses de l'état. D'une pierre deux coups.

Lindo  a répondu le 10/01/2012 à 1:36:

En effet je suis d'accord avec vous mais il faudrait que l'Europe le fasse et pas seulement la France.

Rey64  a répondu le 10/01/2012 à 1:44:

Vous vous arrêtez aux conséquences et n'attaquez jamais les vraies causes.Ce n'est pas la finance la cause de la crise. La cause de la crise actuelle est le sur-endettement des états. Personne ne les a forcé à emprunter.
De même, en 2008, la cause de la crise n'était pas Wall Street mais bien l'intervention étatique qui a mené les banquiers à prêter à des gens qui ne pouvaient pas rembourser. Fannie Mae et Freddie Mac sont des entités étatiques.
Si vous voyez un problème dans la finance, regardez quelle règlementation étatique l'a créée. Il y a toujours une manipulation de l'état derrière les crises financières.

Très bien  a répondu le 10/01/2012 à 9:08:

@Rey64 : ben voyons, les banquiers n'y sont pour rien... A qui profite le crime ? Qui s'en est mis plein lesq poches, avec des bonus moyens de 242000 euros par trader en France, et plus encore aux USA et à Londres ? Ne pensez vous pas que quand on accepte un tel salaire on accepte la responsabilité qui va avec ? Et qui a créé les subprimes ? Qui a accepté de préter aux états grecs et autres à taux très bas, qui les a poussés à s'endetter en maquillant leurs comptes ? Les financiers bien-sûr. Et j'en oublie beaucoup au passage par manque de place.

Ben  a écrit le 09/01/2012 à 21:58 :

Taxe complétement dommageable à l'économie française en attendant nos dépenses vont je ne sais pas où: bonjours URSS

popolus  a écrit le 09/01/2012 à 21:43 :

Il me saoule ce type car toutes les semaines il en sort une!! Après ses critiques à la noix sur les anglais , ses voeux toujours aussi nuls ,jeanne d'Arc , La tobin... de toute façon il se moque du monde depuis 5 ans car il ne pense qu'a son image !!!

PNL  a écrit le 09/01/2012 à 21:39 :

Madame Merkel a heureusement les pieds sur terre et un certain bon sens :

Elle refuse de sacrifier les Banques allemandes pour quelques visées électoralistes à court terme.

joe41  a écrit le 09/01/2012 à 20:06 :

ah, pour créer une nouvelle taxe, notre président (de droite ???) sait bien faire... Quand se décide t il à baisser les dépenses ?

tard-dans-la-nuit  a écrit le 09/01/2012 à 18:35 :

Donc, notre Grand Agité revient les mains vides, la Chancellière a noyé le poisson. Merci, Madame. On n'attendait pas moins de vous.

Hum  a répondu le 09/01/2012 à 22:06:

Vous avez mal compris. Bloomberg titre : "Merkel donne son accord à Sarkozy pour la taxe Tobin en France".

bili hari  a écrit le 09/01/2012 à 18:19 :

Quand on a prévu de lever 150 milliards sur les marchés en 2012, on cesse de jouer la mouche du coche et de raconter n'importe quoi! Quele st le sens de tout cela? NS veut-il pratiquer la politique de la terre brûlée et casser ce qui marche encore en France: nos services financiers notamment? Il est plus que temps de changer de majorité Présidentielle avant que la France ne puisse plus se relever!

bouchy  a répondu le 09/01/2012 à 22:08:

Cette taxe faisait partie du programme socialiste ! Joli coup politique qui met la gauche dans l'embarras !

FREDDY  a écrit le 09/01/2012 à 16:46 :

La Taxe Tobin voulue par Sarkozy est un grand bluff destiné a priver Hollande d'etre seul a faire cette proposition électorale populaire.

Bisousnours  a répondu le 09/01/2012 à 22:50:

proposition popu___liste et démagogique

Sancho  a écrit le 09/01/2012 à 16:25 :

Tobin or not tobin ? ..... Nein !

cassis  a écrit le 09/01/2012 à 15:25 :

C'est bien beau d'obtenir, en mars, des déclarations d'intention. Mais, des déclarations d'intentions, cela fait des années qu'elles se font.

Cette mesure doit être mise en place ... de façon raisonnée, sensée et avec une programmation claire et nette pour que l'objectif soit efficace et constructif. Ce qui avec, le soudain retournement de Sarkozy quant à cette taxe et l'urgence dans laquelle il veut avancer (pour cause d'élection), n'est pas des plus réfléchi. Et ça, ce n'est, au résultat, jamais bien bon !

cassis  a écrit le 09/01/2012 à 15:24 :

C'est bien beau d'obtenir en mars, des déclarations d'intention. Mais, des déclarations d'intentions, cela fait des années qu'elles se font.

Cette mesure doit être mise en place ... de façon raisonnée, sensée et avec une programmation claire et nette pour que l'objectif soit efficace et constructif. Ce qui avec, le soudain retournement de Sarkozy quant à cette taxe et l'urgence dans laquelle il veut avancer (pour cause d'élection), n'est pas des plus réfléchi. Et ça, ce n'est, au résultat, jamais bien bon !