La DGSE en panne de recrutement

 |   |  326  mots
Faute d'aligner ses rémunérations sur celle du marché, la Direction générale de la sécurité extérieure, DGSE, rencontre des difficultés de recrutement de personnels aux compétences rares. En 2007, 80 postes sont restés vacants.

La Direction générale de la sécurité extérieure (DGSE) a connu à nouveau cette année des "difficultés" de recrutement, a révélé la semaine dernière devant les députés le directeur des affaires stratégiques du ministère de la Défense Michel Miraillet. La direction de la DGSE a eu dû mal "à réaliser son schéma d'emploi 2007 en raison des difficultés récurrentes pour le recrutement de certains spécialistes (linguistes rares et spécialistes des techniques informatiques et des systèmes d'information)". Et d'insister sur le fait que ce service "continue à rencontrer des difficultés pour trouver des personnels aux compétences rares dont il a besoin".

Dans ce cadre, il en résulte en 2007 "la persistance de 80 emplois vacants" au sein de la DGSE, a précisé l'amiral Anne-François de Saint-Salvy, le directeur adjoint de la Direction des Affaires Stratégiques (DAS). Selon lui, les difficultés de recrutement sont en partie "liées" par les "salaires proposés". La DGSE qui compte 4.406 salariés (dont 2/3 de civil) au 1er fevrier 2007 "a donc choisi de limiter les recrutements tout en maintenant la masse salariale afin de dégager des moyens lui permettant d'aligner ses offres de rémunération sur celle du marchés". C'est la DGSE "elle-même" qui a fait, explique-t-il, "le choix de ne pas recruter à hauteur de 80 postes vacants pour embaucher des spécialistes mieux payés".

Pour 2008, le budget a donné "une marge de recrutement supplémentaire à la DGSE et qu'en contrepartie, d'autres entités, notamment l'état-major des armées et la direction du développement international de la DGA (Direction Générale pour l'Armement), se sont vues imposer des réductions d'effectifs l'an prochain", explique-t-il. Cela concerne en tout et pour tout 16 postes pour poursuivre "la montée en puissance" de la DGSE "dans certains domaines", souligne Michel Miraillet. Sans précision sur lesdits domaines.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :