Déficit public : quand Hollande plombe la première année de Macron

 |   |  742  mots
Selon la Cour de comptes, la France ne parviendrait pas à tenir ses engagements en matière de réduction de déficit public. Une fois de plus.
Selon la Cour de comptes, la France ne parviendrait pas à tenir ses engagements en matière de réduction de déficit public. Une fois de plus. (Crédits : © Charles Platiau / Reuters)
Selon la Cour des comptes, le déficit public atteindrait non pas 2,8% du PIB, comme l'anticipait le dernier gouvernement de François Hollande, mais 3,2 % du PIB cette année. Si ce scénario devait se réaliser, la France ne parviendrait pas à atteindre son engagement vis-à-vis de Bruxelles.

On comprend mieux la volonté de Bruno Le Maire, le ministre de l'Economie de donner un nouveau tour de vis budgétaire.

Selon l'audit des comptes publics publié ce jeudi par la Cour des comptes, la France peine, encore et toujours, à assainir ses finances publiques.

Sur la période 2011- 2016, la réduction du déficit public en France s'est effectuée à un rythme moyen de 0,3 point de PIB par an. Un rythme moins élevé que dans l'Union européenne, alors même que les finances publiques tricolores étaient dans une situation plus dégradée.

"La lenteur de cet ajustement est en partie imputable à la faiblesse de la croissance économique", indique la Cour.

Au cours de la seule année 2016, la dette publique a augmenté de près de 50 milliards d'euros pour représenter 96,3 points de PIB, soit 0,7 point de plus qu'en 2015. "L'amélioration du solde et de la dette des administrations publiques a été moindre en France que dans les autres pays européens. Avec une amélioration de 0,2 point de PIB en 2016, la France a moins réduit son déficit que l'ensemble des pays de l'Union européenne (- 0,7 point) et de la zone euro (- 0,6 point)", indique le rapport.

De fait, la France est, après l'Espagne (4,5 points de PIB), le pays de l'Union européenne dont le déficit rapporté au PIB est le plus élevé. De plus, la France et l'Espagne sont les deux seuls pays dont le déficit ne respecte toujours pas le seuil de 3 points de PIB fixé par le Traité de Maastricht.

Un objectif difficile à tenir en 2017

L'objectif d'abaisser le déficit public en 2017 à 2,8% du PIB devrait être raté. Pour plusieurs raisons. Pour l'atteindre, il faut, selon la Cour, que le scénario macroéconomique du Programme de stabilité se réalise, que la prévision de recettes soit réévaluée à la baisse car elle jugée irréaliste. La Cour estime que ces recettes ont été surévaluées de 2 milliards d'euros.

Il faudrait aussi que les dépenses des administrations publiques soient stabilisées. Ce serait inédit. Elles ont en effet crû de 0,9 % en moyenne entre 2011 et 2016. "Si l'effort en dépenses était équivalent à celui effectué entre 2011 et 2016, le déficit 2018 ne se réduirait pas mais serait seulement stabilisé au niveau atteint en 2017 ", indique la Cour qui, en mai, avait déjà émis des doutes sur la capacité de la France à atteindre cet objectif.

Il manque 9 milliards d'euros à l'appel

Concrètement, il manquerait 9 milliards d'euros dans les caisses de l'Etat pour permettre à la France d'afficher un déficit public à 2,8% du PIB, conformément à ce que prévoyait le dernier gouvernement de François Hollande et la loi de finances 2017.

Plusieurs éléments expliquent cet énième dérapage. Citons la recapitalisation à venir d'Areva, que l'opposition avait déjà mentionné lors des débats sur le projet de loi de finances (PLF) 2017 au Parlement, et qui pourrait s'élever à 4,5 milliards d'euros ;  le décalage entre les prévisions et la situation actuelle, des dépenses sous-budgétées, comme les emplois aidés, ou des recettes moins importantes qu'attendu dans la lutte contre la fraude fiscale au niveau du service qui gère les "repentis fiscaux", le service de traitement des déclarations rectificatives (STDR) ; la remontée attendue du prélèvement sur recettes en faveur de l'Union européenne ; la montée en charge de certains engagements pris par l'État en matière de masse salariale (recrutements, protocole "parcours professionnels carrières et rémunérations") ou d'autres dépenses (lutte contre le terrorisme, dépenses d'investissement en infrastructures de transport, soutien aux énergies renouvelables...)... entre autres dépenses notamment décidées lors de la dernière année du quinquennat Hollande.

Que faire ?

Dans ce contexte, la Cour des comptes dégaine son arsenal classique de mesures, mesures déjà maintes fois avancées mais jamais vraiment mises en application en raison de leur impopularité. Les années et les rapports de la Cour des comptes sur la gestion par l'Etat de ses finances publiques se suivent et se ressemblent. Ainsi, la Cour propose à l'Etat de maîtriser sa masse salariale, de contrôler la dépense locale, de rationaliser la dépense fiscale, de moderniser la gestion des administrations, de rendre plus efficace et moins coûteuses les politique de l'emploi, de la formation professionnelle et de l'assurance chômage. Notamment.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/07/2017 à 14:34 :
arrêtez_moi si je dis une bétise, mais ce n'était pas un certain Macron (vous savez, celui qui tenait absolument à faire passer la loi MEDEF) qui était ministre de l'économie dabs le gouvernement Hollande ? et il n'était pas au courant de cette "erreur" ???
a écrit le 01/07/2017 à 11:18 :
Il est clair qu'Hollande a eu de très mauvais conseillers et ministres de l'économie
Réponse de le 02/07/2017 à 17:54 :
Dommage qu'aujourd'hui l'un d'eux soit devenu Président de la République !
a écrit le 01/07/2017 à 0:04 :
On sait où sont les variables d'ajustement et ce n'est pas dans le privé
a écrit le 30/06/2017 à 18:19 :
La presse en son temps a pourtant parlé de ces arrangements concernant le report des dépenses sur 2017 voir 2018.Si les journalistes savaient ,les membres des ministères , les fonctionnaires de Bercy tout le monde savait. on fait semblant de découvrir.
Réponse de le 02/07/2017 à 14:07 :
he oui c'est la que les questions se posent n'est ce pas ?
a écrit le 30/06/2017 à 17:57 :
L'augmentation de la CSG payé par les riches retraités à partir de 1200 e par mois pour compenser la suppression de la cotisation chômage des actifs devrait aussi s'appliquer aux riches fonctionnaires à partir de 1200e par mois par solidarité tout comme pour les retraités même s'ils ne sont pas concernés par le risque du chômage...
a écrit le 30/06/2017 à 17:57 :
L'augmentation de la CSG payé par les riches retraités à partir de 1200 e par mois pour compenser la suppression de la cotisation chômage des actifs devrait aussi s'appliquer aux riches fonctionnaires à partir de 1200e par mois par solidarité tout comme pour les retraités même s'ils ne sont pas concernés par le risque du chômage...
a écrit le 30/06/2017 à 17:54 :
un exemple les fonctionnaires et les haut fonctionnaires pour leur 3e enfant touchent 6 % de leur en allocations familiales ,,,,,,,,pendant ce temps on va piquer 1,7 sur les
retraites
a écrit le 30/06/2017 à 17:15 :
"Enfumage"....le mot intemporel, qui ne vieillit pas !
a écrit le 30/06/2017 à 17:05 :
.... Et encore, s'il n'avait "plombé" que ça ....!
a écrit le 30/06/2017 à 15:52 :
Le titre de LT est totalement faux et dénote une certaine manière pour le moins douteuse et tendancieuse de présenter l'information... ou, en tout cas, la désinformation. Ne revenons même pas sur les pseudo-constats de la cour des comptes qui s'étonne à chaque changement de présidence. C'est tellement régulier, systématique et prévisible que c'en devient risible et, en tout cas, plus du tout crédible. La cour des comptes, au service des pouvoirs en place et avec autant de rigueur qu'une girouette politique, condamne toujours le prédécesseur afin de laisser la voie libre à tous les abus fiscaux, sociaux et économiques du nouveau pouvoir, toutes tendances politiques confondues. ce qui est plus important à souligner, c'est que c'est macron, en tant que "conseiller" puis en tant que ministre de ... l'économie (ah oui, vraiment ?) qui a plombé le budget français, avec une gestion catastrophique de l'ensemble. ce qui donnait déjà une juste idée de la valeur, de la rigueur et des compétences du bonhomme. Gageons que maintenant, en ayant en plus détruit sciemment toute opposition démocratique, il fera encore pire ! Oui, il en est capable !
a écrit le 30/06/2017 à 15:19 :
Et si on touchait à la retraite des hauts fonctionnaires de l'Etat ?
Si on supprimait nombre de leur privilège : cabinet et membre de personnels mis à leur disposition alors qu'ils ne sont plus en fonction, enveloppe pour frais de représentation qui n'est ni contrôlée ni dépensée en intégralité, et qui finie par se transformer en épargne personnelle (c'est de l'argent public !!!)..., sans parler du Sénat dont le Général de Gaulle avait déjà envisagé la suppression. Chambre Haute "très âgée", Chambre de "mise en pré-retraite", qui coûte extrêmement chère et ne sert à rien. Les textes ne sont-ils pas suffisamment débattus à l'assemblée nationale ???
Pourquoi augmenter toujours les "postes" du privé (aggravation des charges, allongement de la durée de cotisation, allogement de la période de référence, etc). Les premières économies doivent intervenir au niveau des représentants de l'Etat : retraite, avantages en nature à supprimer, appartement de fonction à restituer ou loyer "au cours du marché" à payer, utilisation de se spropres moyens de locomotions, etc.
Le problème en France, c'est l'approche qu'ont nos fonctionnaires de l'Etat et de l'argent public : ils en usent et en abusent (confer. Fillon pour ne citer que lui).
a écrit le 30/06/2017 à 15:02 :
Octobre 2015,la Banque de France prevoit pour 2016 une croissance de 1.4/1.5 % .Le budget de l'état qui depend pour une trés grande part des previsions de croissance se cale dessus .En effet les rentrées fiscales de l'état dependent de la vigueur de l'économie donc de la croissance .En réalité la croissance 2016 ne serra que de 1.2 % il manque donc 0.3/0.4 % ce qui appliqué au PIB d'environ 2200 milliards d'€ donne à peu pret le deficit constaté .Il n'y a donc aucune '''''insincérité ''''' de la part du gouvernement ,à moins de considerer '''''incessere '''''les previsions de croissance de la Banque de France .Mais qui est la Cours des Comptes face à la Banque de France .La Cours des Comptes n'est rien d'autre qu'un ordinateur qui additionne les recettes/ depenses de l'état .N'importe qui peu faire ça ,par contre prevoir la conjoncture économique est autrement difficile et il n'y a pas photo au niveau QI entre les pantouflés de la Cours des Comptes et les bosseurs de la Bnanque de France ;Dire que les médias ne disent rien de ça est lamentable et dire qu'il y a des gens qui ont un ordinateur et qui ne sont pas capable d'aller chercher les chiffres fondamentaux de la France est tout aussi lamentable .......
a écrit le 30/06/2017 à 14:49 :
La cour des... contes finit par en perdre toute crédibilité si elle en possédait encore un peu... A chaque changement de présidence, elle s'aperçoit - ô effroi - que le psdt précédent et ses ministres ont fait exploser la cagnotte étatique. C'est d'ailleurs comme cela que l'on avait appris (mais cela n'a pas été une surprise) que sarko avait creusé le plus important déficit de toute l'histoire du pays. Totalement inféodée au pouvoir en place, la cour des contes permet à micron et à ses sbires de "justifier" (ou au moins tenter de...) des mesures "d'économie" (tiens ? c'était pas macron qui était ministre de l'économie sous hollande ???? - on voit le résultat qu'il a obtenu !!) et des hausses de prélèvements. "C'est pas nous, c'est à cause des prédécesseurs". A chaque changement de locataire élyséen, c'est la même rengaine. Aucune crédibilité. Ce qui a tendance à prouver, si besoin était encore, que macron et sa clique sont issus et totalement installés dans le système qu'ils ont manipulé pour arriver à leurs fins et détruire toute opposition démocratique.
a écrit le 30/06/2017 à 14:48 :
ENTIÈREMENT D'ACCORD AVEC DÉFICIT DE VÉRITÉ : LE CANCER DE NOTRE ÉCONOMIE ET DE LA DETTE EST BIEN LÀ FONCTION PUBLIQUE ET SES A COLIQUES ! !
Réponse de le 01/07/2017 à 14:40 :
on pourrait déjà
supprimer les avantages scandaleux que les députés se sont auto-attribués
supprimer le sénat
supprimer le doublon conseil régional/ conseil départemental
supprimer les instances européennes (assemblées, conseil) inutiles et à la botte des lobbies financiers et économiques
Je suis sûre qu'on arriverait à l'équilibre budgétaire
a écrit le 30/06/2017 à 13:09 :
Ce n'est pas l'ETAT qui doit réduire son budget, ce sont les Régions, Préfectures, Départements et Communes. Allez faire un tour et voir ce que font les gens de ces services. Ils sont payer une fortune à ne rien faire. Le canard enchaîné pourrait faire un article dessus non ?
a écrit le 30/06/2017 à 12:54 :
cette gagnotte peut servir a renbourser un peut vite de la dette, ce gouvernement n est pas oblige de vouloir non plus de renboursez cette dette RAPIDEMENT dans la mesure ou la france et encore solvable; qu ILS sen tiennent a leurs programmes est tout iras bien . C EST TOUT CE QUE LEURS DEMANDE LEUR ELECTEURS???// LAISSE DU TEMPT AU TEMPT/// MICHEL ROCARD///
Réponse de le 30/06/2017 à 14:16 :
"laisse du tempt au tempt Michel Rocard", mais laisser du temps au temps c'est de François Mitterand
a écrit le 30/06/2017 à 10:35 :
Une bande d'autruches comme les précédents gouvernements un remake. Le gouvernement d'Edouard Philippe renoncera aux dépenses les plus dispendieuses que sont les fonctions publiques et territoriales en refusant la restructuration et fermeture d'administrations nécessaires et la réorganisations des fonctionnaires. Edouard Philippe et son gouvernement n'affrontera pas les syndicats du publics achètera la paix que la réalité et l'intérêt général de notre pays par manque de courage et de vérité. Didier Migaud, le premier président de la Cour des comptes pourra continuer à faire le pingouin...
a écrit le 30/06/2017 à 10:14 :
Personnellement je trouve que c'est une belle performance de la part de l'ancien gouvernement socialiste d'avoir jugulé la dette à 3,2 il me semble que le barre des 3% n'est pas loin, surtout que ce 3% est un chiffre déclaré par les hauts fonctionnaires de Bruxelles sur un zinc de comptoir, rappelons nous qu'aux US la barre est à 4% avec 18500 milliards $ de déficit pour l'état fédéral, mais la presse fait ses choux gras de 0,3%
a écrit le 30/06/2017 à 9:13 :
Il serait intéressant de publier EN DÉTAIL les retraites de nos chères politiciens et celles des veuves et veufs, juste pour voir ou trouver 1/2 milliard d'économie annuelle ...
a écrit le 30/06/2017 à 9:10 :
On reporte toujours sur les autres les excuses pour vous duper! Toujours des promesses a la légère! De toute manière il ne serve qu'un maitre, c'est l'administration de Bruxelles!
a écrit le 30/06/2017 à 8:38 :
Pour 2017, on va arriver à être à 3%, la conjoncture est plus porteuse et le gap n'est pas "immense", annulation de crédits pas ci par là en essayant de préserver les dépenses d'investissement ça devrait le faire.
Non le problème c'est 2018 couplée à la nécessite de mettre en oeuvre le programme, notamment les baisses d'impôts...Je pense qu'on va avoir des privatisations et/ou la vente de participations de l'état sinon tout une partie du programme sera retardée.
a écrit le 30/06/2017 à 8:21 :
Macron a encore du travail:
Recettes 2017: 247.7 MM
Dépenses 2017: 322.4 MM
Déficit : 2017: 63.1 MM
En plus de cela ces chiffres sont exagérés par le précédent gouvernement.
Je crois qu'il y a encore du chemin avant l'équilibre qui devrait être le but de chaque gouvernement sensé.
Réponse de le 30/06/2017 à 13:11 :
Dans les dépenses 2017 de 322M€ comptez 200M€ uniquement pour payer les salaires des fonctionnaires
Réponse de le 30/06/2017 à 15:07 :
Vous connaissez un gouvernement censé sur terre !Regardez donc les dettes et deficits des autres pays occidentaux meme les plus riches sont endétés !USA 140 % ,Japon 250 % ,Allemagne 90 % ext ................
a écrit le 30/06/2017 à 8:19 :
Les pistes d'economie : rabotter de 10% les 35 milliards d'euros d'aide au logement...qui financent une bulle spéculative et enrichissent des rentiers bailleurs
Idem sur les 65 milliards d'aides sociales qui créent un effet d'aubaine funeste
Lutter efficacement contre la fraude fiscale qui nous coûte 70 milliards d'euros
Supprimer les niches fiscales inutiles
Ne plus venir au secours d'ÊtrE et d'Areva
Et nos comptes sont à l'équilibre
a écrit le 30/06/2017 à 7:45 :
Parce qu'en tant que conseiller économique de François Hollande, puis ministre des Finances de celui-ci, il n'a pas plombé la politique économique et budgétaire de la France pendant 5 ans, M.MACRON ? Il faudrait tout de même se souvenir de "qui a fait quoi"... Il n'y a pas de différence entre la politique menée par Hollande et l'activité d'Emmanuel MACRON durant le précédent quinquennat. On comprend que ça puisse gêner tous ceux qui le soutiennent en essayant de nous faire prendre des vessies pour des lanternes...
a écrit le 30/06/2017 à 2:21 :
Franchement, quels sont les gogos qui ont pu croire un instant qu'on était redescendus sous la barre des 3% sur la base d'estimations de croissance de PIB inatteignables de nos jours en France ???
Réponse de le 30/06/2017 à 7:56 :
Avec une sphère publique moins boulimique on aurait une meilleure croissance... comme le prouvent tous les exemples étrangers.
a écrit le 30/06/2017 à 1:11 :
C'est toujours bien quand la presse écrit le titre que la cour dicte.

Pour ma part j'accorde aucun crédit à la cour des comptes qui à montré son incompétence depuis des années.

Alors leur audit en juin, cela me fait presque rire quand on sait à quel point les prévisions sont incertaines!

Ils devraient appeler cela un pronostic pas un audit!
a écrit le 29/06/2017 à 23:37 :
Macron à quitté le Gvt fin août 2016....il était ministre des finances.....10 mois plus tard : il joue les vierges effarouchées.....encore un qui se moque du monde.....
a écrit le 29/06/2017 à 23:04 :
Pensant perdre le pouvoir au profit de la droite ,le PS a miné le terrain en espérant revenir aux commandes dans 5 ans. Il n'avait pas prévu d'exploser en vol .Macron a maintenant l'excuse pour ne pas tenir ses promesses en matière de réduction d'impôts
S'il fait comme ses prédécesseurs il n'y a rien à espérer en matière de baisse du chômage ou d'augmentation du pouvoir d'achat .La reprise se fera en Europe mais pas chez nous.CQFD.
Réponse de le 30/06/2017 à 7:58 :
Il y aurait un moyen de s'en sortir, c'est de mettre en oeuvre la promesse de Fillon de suppression de 500000 emplois de fonctionnaires ce qui redonnerait quelques marges de manoeuvre.
a écrit le 29/06/2017 à 22:27 :
Tous les commentaires sont lucides: ceux qui craignent une dépression et une perte de leur pouvoir d'achat, et ceux qui veulent que ces pratiques changent enfin, et que l'on s'attèle aux vrais problèmes: la dette qui est un cancer.
a écrit le 29/06/2017 à 21:38 :
En gros, revenez au velo, aux lampes basses consommations...dans la pénombre, et aux lentilles en repas, bon au moyen age quoi. Pendant que l’Asie se met au 4x4 à fond, aux éclairages 400 watt et à la vie économique qui explose.Des civilisations bien différentes et au évolutions opposées. Ou la attention ! réchauffement climatique ! ben oui quand on a plus de perspective faut bien trouver un justificatif de régression.
Mais toute l'humanité n'est pas en régression, loin de la !
Réponse de le 30/06/2017 à 7:59 :
Toutes les lampes LED sont produites en Asie...
a écrit le 29/06/2017 à 21:38 :
...Sauf que le "gouvernement précédent" a laissé une cagnotte de 13 milliards d'euros.
Pour 2017, le "nouveau gouvernement" peut puiser dedans et maintenir l'objectif des 3%. Mais il ne le fera pas. Il préférera évidemment faire de l'austérité ( Pour faire plaisir à Bruxelles et aux banquiers) et espérer que les mesures qu'il pense mettre en oeuvre porteront leurs effets pour 2018. Ce sera donc en 2018 qu'on verra au pied du mur le Macron.
Réponse de le 30/06/2017 à 8:00 :
Quand on a 70 milliards de déficit et 100% de PIB de dettes le terme de cagnotte est surréaliste.
a écrit le 29/06/2017 à 20:59 :
La sangsue du pays c'est sa fonction publique , 6 millions plus 3 de retraites . C'est la qu'il faut faire une grande lessive en commençant par la territoriale ce puits sans fond de là magouille . En second vient le mammouth inépuisable source du chômage de masse . Vive le Bacc pour tous débouchant sur la Fac au sort .
a écrit le 29/06/2017 à 20:19 :
Il n'était pas ministre de l'économie sous hollande monsieur Macron?
Réponse de le 29/06/2017 à 20:33 :
Oui, mais pas du Budget. Nuance.
a écrit le 29/06/2017 à 20:18 :
Ce n'est pas un scoop : à chaque début de septennat, on reparle des déficits qui dérapent et de l'endettement abyssal de l'Etat, mais on sait déjà tout ça depuis longtemps.
Le plus affligeant, c'est ces rapports de la Cour des Comptes qui ne servent à rien, apparemment, et tous ces commentateurs qui glosent à l'infini.
Et depuis tellement longtemps...
a écrit le 29/06/2017 à 20:12 :
Trop facile. Critiqué seulement Hollande relève de la mauvaise foi. C'est le gouvernement qui a menti, maquillé, dissimulé. Et Macron en était l'un des plus imminentsreprésentants et acteur jusque fin aout 2016. A l'époque le budget 2017 était déjà sacralisé, les député n'ont eu qu'a voter pour un budget insincère !!!
Le locataire de l'Elysée a une fâcheuse tendance a s'exonérer de toute faute. Il est vrai qu'une république de traîtres ne peut être transparente !
a écrit le 29/06/2017 à 20:05 :
- un taux de TVA unique à 35%
- une CSG unique à 50% pour tous
- un CRDS unique pour tous à 30%
- fiscalisation du livret A avec un taux de 10%
- le loyer fictif pour les propriétaires
- une contribution sociale écologique et humaniste assise sur le logement, la voiture, la santé avec un taux de 30%
- doublement des impôts locaux pour tous
...
il n'y a pas d'autre choix si l'on veut chercher la croissance avec les dents.
Réponse de le 29/06/2017 à 23:13 :
Un impôt sur la bêtise à 30% et un sur les œufs brouillés à 32%.
a écrit le 29/06/2017 à 19:58 :
Hollande, Sapin et Eckaert doivent être présentés devant la Cour de Justice de la République pour trahison vis à vis de la nation. Le sabotage économique n'est pas acceptable. Ils ne peuvent pas s'en sortir sans sanctions, c'est bien trop grave cette fois (d'autant plus que cela a été fait sciemment). Je propose également une saisie sur les retraites de ces 3 personnages avec un minimum vital de 470€ (équivalent du RSA).
a écrit le 29/06/2017 à 19:50 :
Et sinon, la baisse du nombre de cadres de la cour des comptes qui est devenue lla planque de tous les hauts fonctionnaires et politiques à prix d'amis ? Ce qui est "amusant" dans cette volonté de réduire le nombre de fonctionnaires, c'est que c'est ceux qui effectuent le travail réel que l'on élimine. Résultat : de plus en plus de chefs qui font des statistiques, de l'audit et qui commandent à de moins en moins d'agents. Pour une masse salariale identique puisque les chefs coûtent plus chers...
Réponse de le 30/06/2017 à 13:15 :
Je suis d'accord avec vous. On supprime les postes des gens qui travaillent réellement et on garde les fainéants (familles et entourages des élus) !!!
a écrit le 29/06/2017 à 19:38 :
Mr Hollande est un menteur-manipulateur. . .Ces gens là devraient être punis pour non conformité des comptes de l'état. Que vaut donc la parole du (comique ) politique ?
En conclusion, ils font comme ils veulent en toute impunité !
La moralisation, on peut en parler , ce ne sont que de belles paroles....
Ce qui est grave, c'est que les français vont encore davantage mettre la main au portefeuille sans que nos chers politiques soient inquiétés et la vie continue de plus belle .
a écrit le 29/06/2017 à 19:04 :
L'utilisation de l'argent relève du mépris à l'endroit de chacun d'entre nous. Ils se croient tout permis.
a écrit le 29/06/2017 à 18:54 :
la ficelle est un peu grosse:on gonfle le déficit du gouvernement précédent pour instaurer des mesures d'austérité supplémentaires.on prend les citoyens pour des idiots.faisons payer les riches puisqu'il y en a de plus en plus
a écrit le 29/06/2017 à 18:48 :
on attend avec intérêt la diffusion publique chiffrée des mesures d'économies que va prendre le Gouvernement .
après les vacances , l'actualité aura changé de sujet et le Gouvernement aura oublié sa promesse . le déficit public sera probablement encore supérieur à 3% du PIB .
a écrit le 29/06/2017 à 18:48 :
La faute a Hollande oui c'est sur mais il était son Ministre sinistre de l'économie et des finances me semble t'il.
a écrit le 29/06/2017 à 18:46 :
il faut bien se justifier.... les promesses ! hélas aucune crédibilité
a écrit le 29/06/2017 à 18:30 :
Il faut créer une tranche de 50% sur le revenu à partir de 4000 €. les classes moyennes et supérieures doivent réduire leurs trains de vie luxueux. Les travailleurs pauvres ne doivent pas le rester. Il faut augmenter le smic de 50%..La réduction du déficit passe par la confiscation de toute somme qui dépasse 100000€ sur le compte en banque ou l'assurance vie.Avec de telles mesures nous seront le bon exemple pour l'Europe voire le Monde
Réponse de le 29/06/2017 à 18:38 :
Il faut aussi vendre les biens immobiliers luxueux des CCI Chambres de Commerce et d'Industrie qui se sont avérées contre-productives et in finé inutiles ces 15 dernières années,

sans oublier de récupérer les milliards d'euro que les CCI détiennent ... par prélèvement de dîmes et de subventions ... pour payer des fonctionnaires impotents inutiles ...
Réponse de le 29/06/2017 à 18:47 :
Il faut aller encore plus loin ...
Il faut supprimer tous salaires et obliger les français a travailler gratuitement sous peine de sanction pouvant aller jusqu'à l'internement dans des camps de travail .

Les salaires seront versé à l'état qui pourra rembourser la dettes . de plus en prêtant ou en donnant a des états pauvres la France rayonnera dans le monde entier .
Il faudra aussi supprimer la propriété tel quel soit démolir toutes les habitations pour les remplacer par des habitations tous identiques appartenant a l'état et interdire tous les transports pour enfin mettre fin a la pollution .

Voilà un monde de rêve qui sauvera la France!
a écrit le 29/06/2017 à 18:21 :
Cette non sincérité inavouée (mais volontaire) dans la présentation enjolivée des finances publiques, par les derniers locataires (indélicats) de Bercy, doit être sanctionnée. Cour de justice pour les ministres (voire l'ex Président de la République), renvoi ou mise au placard des +/- hauts fonctionnaires impliqués dans l'opération. M. F.Fillon qui avait, en son temps de candidat, alerté les électeurs sur ces dérives a été mis en examen pour bien moins que celà. Alors, à République en marche "exemplaire", mesures pour l'exemple.
Réponse de le 29/06/2017 à 23:15 :
Fillon a fait 600 milliards de dette en plus sous son règne de...collaborateur.....il n a pas de leçon a donner a qui que ce soit.....
Quant a nos gouvernants actuels.....ils connaissaient parfaitement la situation.....
Donc la mauvaise foi continue....
Je pense que le quinquennat macron sera pire...que les précédents....et le dieu de l olympe va redevenir un simple humain pathetique
a écrit le 29/06/2017 à 18:04 :
Il manque surtout environ EUR 60 Mia jusqu'à l'équilibre des comptes qui devrait être l'objectif de tout gouvernement sensé.
Le fait que Hollande et sa bande nous a menti, n'est pas un scoop et Macron le sait très bien.
a écrit le 29/06/2017 à 17:40 :
il faut réformer et restructurer la fonction publique et territorial fermetures administrations, licenciement secs de fonctionnaires, gel de l'indice des rémunérations, etc . Canada, Suède, Angleterre on réformes l'état et ses administrations aujourd'hui ils vertueux. comme depuis 40 ans avec tout ces pingouins sans courages faudra attendre que la France soit dans le mur pour réformer cette caste de nababs de 6 millions fonctionnaires !
Réponse de le 29/06/2017 à 18:50 :
cela créera encore plus de déficit car il y aura une récession.je penche plutot pour le loyer fictif et le doublement de l'ISF.la tva peur etre montée de 1%sans influer sur les prix.la hausse des carburants est aussi un excellent levier qui permet de lutter contre la pollution
a écrit le 29/06/2017 à 17:34 :
la recette pour faire des économies on la connaît : fermeture des administrations publiques ou territoriales sans utilités ou en doublons, licenciement sec des fonctionnaires en sur effectifs, 3 jours de carences pour résorber l'absentéisme, augmentation du temps du travail qui plafonné à moins 32h chez les fonctionnaires voir moins chez les enseignants avec 28h sans parler de l'absentéisme scandaleux des malades imaginaires, gel de l'indice des rémunérations,... Macron ou Le maire des enarques auront il le courage de réformer cette caste de nababs qui mettent nôtres pays à la faillite ? la réponse faudra attendre que la France soit dans le mur. la canada, la Suède, l'Angleterre ont fait courage de réformer leur administration aujourd'hui ces pays sont vertueux !
Réponse de le 29/06/2017 à 19:47 :
déficit d'intelligence dans ce commentaire plutôt...
a écrit le 29/06/2017 à 17:30 :
Déficit public : quand Hollande plombe la première année de Macron

reformulons : quand Hollande et surtout le gouvernement VALLS plombent la première année de Macron

Macron ne pouvait pas ignorer, alors pourquoi avoir fait réélire Valls et de sucroit pourquoi lui faire un lit douillet dans les LREM ?

Quelle hypocrisie et in finé ca continue comme avant, Macron Edouard Philippe sont de vrais clôwnes de SarkozyFillon et HollandeVallsAyrault
a écrit le 29/06/2017 à 17:23 :
Pas uniquement Hollande, Macron en tant qu'ancien Ministre des finances socialiste a largement contribué au creusement des déficits et de la dette publique.
Réponse de le 29/06/2017 à 18:52 :
Désolé de vous décevoir mais M. Macron n'a jamais été ministre des finances, ce ministère inédit puisqu'il couvrait les finances et les comptes publics était celui de M. Sapin. E. Macron était ministre de l'Économie, de l'Industrie et du Numérique. Ce qui n'est pas la même chose. Les responsable du déficit sont bien MM. Hollande et son ami de plus de 30 ans M. Sapin qui ont creusé e déficit avec la distribution inconsidéré de l'argent de l'État au cours des mois précédant les élections.
Réponse de le 29/06/2017 à 22:59 :
Comme Ministre de l'économie, il devait connaître le montant des déficits publics. Un gouvernement est solidaire, c'est pas moi, c'est lui, pas très crédible ce raisonnement. Un peu comme si on disait, c'est pas Valls mais Hollande qui est responsable d'une décision.
a écrit le 29/06/2017 à 17:22 :
Le HOLLANDE BASHING plein pot continue ; lors de la passation de pouvoir de 2012, personne n'avait fait remarquer que le déficit était celui hérité de la période SARKOZY / FILLON, et que c'est ce déficit que HOLLANDE, malgré la faible croissance, a quand même réussi à diminuer.


En 2012, il manquait exactement la même somme (0.4 % du PIB) pour atteindre 4.8 %, du PIB, (ce qui a été fait fin 2012), alors que la prévision de SARKOZY / FILLON était de 4.2 % du PIB.
Je n'ai pas vu le même titre. En plus, HOLLANDE a dû recapitaliser PEUGEOT, et STX en catastrophe. Et il y a eu notre condamnation dans l'affaire du trop perçu d'impôts sur les valeurs mobilières à l'étranger, qui a coûté 10 milliards d'euros.

Tout ceci (et d'autres) est passé comme une lettre à la poste, sans aucun commentaire désobligeant.

En ce qui concerne AREVA, LR a raison de demander que les conséquences des mauvaises idées qu'elle a eu (FLAMENTVILLE et réacteur finlandais), soient budgétées par HOLLANDE.
(Remarquez, vu le départ du réacteur d'HINCKLEY POINT, une prochaine catastrophe s'annonce).
a écrit le 29/06/2017 à 16:09 :
il faudrait que la cours des comptes change son disque il est rayé c'est toujours les mèmes recettes,on sait que hollande a été un mauvais gestionnaire mais laissons macron gérer nos comptes il n'a pas besoin des conseils de didier MIGAUD
Réponse de le 29/06/2017 à 17:18 :
Cet audit n'est pas à l'initiative de la cour des comptes mais du nouvel exécutif. Qui tient maintenant une bonne raison de renvoyer ses promesses coûteuses aux calendes grecques. Espérons au moins que cette majorité-là aura l'intelligence, pour la première fois, de ne pas mettre ça sur le dos de l'Europe, mais sur celui d'une dépense publique qu'on n'a jamais daigné réduire, à un point tel qu'elle a atteint un niveau délirant.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :