TTIP/Tafta : la France veut tout arrêter

 |   |  446  mots
Le TTIP est-il définitivement enterré ?
Le TTIP est-il définitivement enterré ? (Crédits : REUTERS/Francois Lenoir)
Cette nouvelle position de la France pourrait être fatale au processus de négociation avec les Etats-Unis.

Article publié le 30/08 à 08h54, mis à jour le 30.08 à 12h26, et 15h04

Le secrétaire d'Etat au commerce extérieur, Matthias Fekl, n'a pas manié la langue de bois sur le sujet du TTIP/Tafta, le projet de libre-échange entre l'Europe et les Etats-Unis. Interrogé mardi matin sur RMC, il a expliqué que le gouvernement français allait demander en septembre "l'arrêt" des négociations à la Commission européenne.

Selon lui, "il n'y a plus de soutien politique de la France" au processus de discussions. De fait, depuis la publication de documents confidentiels en mai 2016 par Greenpeace révélant l'état des négociations, le gouvernement français s'est montré de plus en plus réticent à poursuivre les pourparlers. "Il faut un coup d'arrêt clair et définitif à ces négociations pour repartir sur de bonnes bases" a encore assuré le représentant du gouvernement.

Lire aussi : Greenpeace pointe le risque de l'oubli du principe de précaution

Pas d'accord d'ici la fin de l'année

Un pessimisme partagé par François Hollande. "Les discussions en ce moment-même sur le traité entre l'Europe et les Etats-Unis ne pourront pas aboutir à un accord d'ici la fin de l'année", a déclaré le président de la République devant la conférence des ambassadeurs à l'Elysée.

"La France préfère regarder les choses en face et ne pas cultiver l'illusion qui serait celle de conclure un accord avant la fin du mandat du président des Etats-Unis", a-t-il ajouté.

Doutes en France et en Allemagne

En juillet, Matthias Fekl avait déjà émis de sérieuses réserves: "Je pense qu'un accord [sur le TTIP] en 2016 est impossible et que par ailleurs tout le monde le sait bien, y compris ceux qui à longueur de communiqués disent le contraire" expliquait-il alors dans un entretien à l'AFP.

Il y a deux jours, c'est l'Allemagne qui rajoutait un clou sur le cercueil des négociations via son vice-chancelier Sigmar Gabriel. "Les discussions avec les Etats-Unis ont de facto échoué car nous, Européens, ne devons bien sûr pas céder à leurs exigences" reconnaissait-il dans une interview, contredisant la position d'Angela Merkel estimant fin juillet que l'accord était "dans l'intérêt absolu de l'Europe".

Bruxelles dément

Mardi, en réaction aux remises en cause du gouvernement français et du vice-chancelier allemand, la commissaire européenne au commerce, Cecilia Malmström, a affirmé que les négociations sur le TTIP "n'ont pas échoué".

Les négociations "ont été difficiles, bien sûr, nous le savions depuis le début, mais elles n'ont pas échoué", a-t-elle affirmé lors d'un point presse à Bruxelles.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/09/2016 à 9:13 :
Il est à craindre que ce soit du pipeau pour les élections, je vous invite à le vérifier en allant ici : https://stop-ttip.org/fr/cetacheck/?noredirect=fr_FR
a écrit le 31/08/2016 à 17:00 :
le gouvernement français refuserait d'accepter que les négociations aboutissent avant la fin du mandat de B'O' mais aussi il ne veut pas grever davantage la position de FH lui aussi en période électorale.....Idem pour A.M. Non ???
a écrit le 31/08/2016 à 2:15 :
A bien lire l'article, le problème est juste la date butoir avant le départ de Obama ("Il faut un coup d'arrêt ... pour repartir sur de bonnes bases")
D'autant qu'on vote en 2017, vaudrait pas trop baquer les électeurs....
Après ce cap, ça reviendra au triple galop,
Tout ce qui réfère à un "enterrement" n'est que de l'enfumage !!
a écrit le 30/08/2016 à 15:11 :
Bon ben puisque tout le monde est d'accord, arrêtons de nous occuper de ce traité dont le peuple européen ne veut pas. Il sera tps de revoir si on veut le relancer après les élections allemandes, américaines et européens.

Il y a plein d'autres sujet sur lesquels passer notre temps: relance du projet européen (comment voit-on l'Europe ds 20 ou 30 ans et comment y parvenir?), sécurité et lutte contre le terrorisme en Europe, plan de relance économique, plan pour l'agriculture et l’élevage, plan pour la recherche, harmonisation de la fiscalité, plan d'accueil et de gestion des réfugiés, etc.
a écrit le 30/08/2016 à 14:04 :
Posture un an avant les présidentielles
a écrit le 30/08/2016 à 13:22 :
publier les textes reste secret
que l'on sache les magouilles des usa
avant les élections
a écrit le 30/08/2016 à 12:43 :
La France peut bien dire ce qu'elle veut elle n'a que le pouvoir de dire Amen au moindre froncement de sourcil de son patron direct (la commission européenne) ou du patron de son patron : OBAMA. Qu'on le veuille ou non le traité se fera ou alors on l'habillera d'un autre nom et on le verrouillera encore plus aux curieux.
Réponse de le 30/08/2016 à 17:17 :
J'ose espérer qu'"ils" ont encore un peu de bon sens
L'Europe souffre d'un déficit de démocratie (encore un exemple)
S'ils continuent, ils risquent un vote massif pour le FN
a écrit le 30/08/2016 à 10:20 :
rien n urge pour parvenir à un accord. Celui ci est nécessaire pour les 2 côtés de l'Atlantique, je n'en doute pas, mais mieux vaut le meilleur accord possible. Nous avons de toute façon un excédent commercial énorme avec eux et avec le Brexit possible, nous avons une position encore plus solide, me semble t il. Pas de bras, pas de chocolat. Ca l a fout mal pour les négociateurs US qu'on signe avec leur voisin en même temps, sans compter les déjà quelques 30 autres pays....
Par ailleurs, gain politique non négligeable pour l'exécutif française à peu de frais, ce n est pas fréquent... J'espère que l'Europe va aussi se montrer un peu grande gueule, ça ferait du bien à l'opinion publique européenne à son égard.
Réponse de le 30/08/2016 à 12:02 :
Les Américains doivent accepter toutes les exigences de la France car elles sont toutes vitales pour le pays.
Réponse de le 30/08/2016 à 17:12 :
Non, cet accord n'est pas nécessaire. Pourquoi accepter ce qui ne nous convient pas ? Pou aller dans le sens de l'Europe libérale ?.
Nous n'avons pas grand chose à y gagner
Réponse de le 31/08/2016 à 6:06 :
si nous avons beaucoup à gagner. Ne serait ce que l'accès aux marchés publics. Les USA contrairement à l'idée reçue sont très protectionnistes (avec des résultats horribles d'ailleurs). Mais à plus long terme, c'est la possibilité de peser sur les US plutôt qu ils se tournent encore plus vers le Pacifique ( ce sont les plus gros investisseurs en France depuis des années et des années, on sait qu'il nous en faut bien plus) et la possibilité, en représentant 50% du commerce mondial, de façonner nos normes (avantage énorme face à la Chine). Prenons le temps pour faire un bon accord, avec plus de transparence on a tous à y gagner. Cher Dominique, nous sommes la zone la plus ouverte au monde, celle qui réalise les plus grands excédents commerciaux et qui a la plus grande protection sociale. C est la voix européenne social démocrate.
a écrit le 30/08/2016 à 9:49 :
Depuis que les américains ont sanctionné lourdement et justement les tricheurs de chez VW il fallait bien se douter que cet accord était mal parti, l'hypocrisie et la mauvaise foi étant la recette principale des relations commerciales internationales ou non d'ailleurs.

Par contre que l'on se rassure la raison de cet abandon n'est certainement pas du au fait que les peuples du monde refusaient en masse cet accord c'est juste parce que les dirigeants européens et leurs deux neurones se sont enfin rendu compte qu'ils se feraient saigner à blanc.

Espérons que ces procès des états contre les multinationales étrangères vont se multiplier ça et là afin qu'un petit peu de justice soit injecté, enfin, au sein de l'énorme escroquerie qu'incarne le business mondial.
a écrit le 30/08/2016 à 9:28 :
Ils veulent "abandonner" les négociations juste avant les élections pour mieux les reprendre après et couper l'herbe sous les pieds des eurosceptiques!
Réponse de le 30/08/2016 à 10:27 :
Pas d'accord. Moi quand je lis les commentaires des Brexiters en GB, c'est leur top priorité d'arriver à un accord avec les USA. Les eurosceptiques voudraient commercer avec qui en fait svp? Ce que vous appelez vous un eurosceptique en fait, c'est un anti tout, un réac quoi. Ce n'est pas du tout constructif. Moi en tant que fédéraliste, je me réjouis que l'Europe montre ses muscles, pour une fois on sera presque tous content du coup (à part le réac râleur)
Réponse de le 30/08/2016 à 14:03 :
Oui! Ce n'est qu'une posture théâtrale pour calmer "les agités", pour reprendre ensuite les négociations, les élections passés!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :