Avec ses ampoules LED, Lucibel veut illuminer le monde depuis la Chine

 |   |  430  mots
« Nos trois lignes d'assemblage et nos machines-outils sont prêtes, notre nouveau directeur général pour l'Asie démarrera le 15 novembre. » En trois mois, Frédéric Granotier, le PDG de la société Lucibel, spécialiste des LED, ces ampoules à diode électroluminescente à basse consommation, a concrétisé son rêve chinois. D'ici à quelques semaines, son usine de 2.800 m2 - le premier étage d'un ancien supermarché - démarrera ses opérations à Shenzhen. Son objectif : réaliser dès 2011 un chiffre d'affaires d'1 million d'euros en Chine et à Hong Kong, sur un total attendu d'environ 15 millions d'euros, après 2 millions d'euros en 2010. En Chine, Lucibel emploiera bientôt 70 personnes, contre 20 actuellement et 15 en France, avec pour ambition de fournir le marché européen mais aussi les entreprises françaises présentes dans le pays. « C'est surtout un marché destiné aux professionnels car une ampoule LED coûte entre 30 et 50 euros mais consomme huit fois moins qu'un spot halogène pour la même puissance d'éclairage et une durée de vie sept à dix fois supérieure», explique le PDG qui a créé sa société en 2008, après avoir cofondé le fournisseur d'électricité Poweo. L'installation de Lucibel en Chine a été accélérée par une rencontre au début 2010 : celle de Jean-Laurent Houot, un inventeur qui après avoir tenté sans succès de faire fabriquer en France l'ampoule LED qu'il avait créée voilà sept ans, s'est tourné vers la Chine. «Mais son partenaire chinois n'a pas respecté leur clause d'exclusivité et des millions de ses produits ont été copiés et commercialisés dans le monde », explique Frédéric Granotier. Les deux hommes d'affaires français se sont depuis associés et ont commencé en juin à chercher une implantation pour leur usine chinoise «appartenant à 100 % à Lucibel». Ils songent désormais à créer une usine en France d'ici à dix-huit mois, « pour les produits de dernière génération », afin de limiter la contrefaçon. Les brevets seront déposés dans chaque pays de commercialisation et c'est là que seront poursuivis les éventuels exportateurs pris en faute. Lucibel, qui attend un feu vert administratif imminent pour sa production, ne craint pas la concurrence locale. « Près de 7.000 entreprises chinoises fabriquent des LED, mais il s'agit des mêmes modèles, car elles pâtissent d'un déficit d'innovation », assure le PDG. Malgré sa complexité, « le marché chinois et sa main-d'oeuvre sont fabuleux et nous souhaitons réaliser entre 20 et 50 millions d'euros de ventes en Asie d'ici à cinq ans », affirme le responsable. E. C.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :