La Tribune

Le retour en grâce des obligations spéculatives

latribune.fr  |   -  436  mots
Le retour sur investissement conféré par les obligations pourries ("junk bonds") atteint 3,63 % sur 12 mois glissants au 10 mars dernier. Avec une progression de leurs cours de 1,93 % en février, les obligations à haut rendement émises par des sociétés ne disposant pas d'une notation suffisament forte pour être admises en catégorie d'investissement enregistrent pour la première fois cette année une performance supérieure à celle de la dette "investment grade" qui doit se contenter d'une modeste gain mensuel de 0,07 %. La prime a fondu Les investisseurs se sont montrés prêts à financer ces entreprises à risque en acceptant de moindres primes par rapport aux taux sans risque dans un environnement marqué par une reprise de la confiance dans l'économie américaine. L'écart de rendement exigé par les investisseurs est revenu à 6,15 %, alors qu'il était remonté à 7,03 % le 12 février dernier en réaction à la crise affectant les obligations souveraines grecques La parcours des obligations spéculatives a épousé celui de la détente de la volatilité des actions de l'indice S&P 500. L'indice VIX , souvent présenté comme le prix de la peur, est ainsi revenu sensiblement en dessous de sa moyenne historique, à 18,34 %.Afflux massif Tout comme ceux investis sur les places émergentes, les fonds d'obligations à haut rendement ont réussi à attirer plus d'un milliard de dollars lors de la semaine close le 10 mars, selon EPFR Global. Ce qui constitue le plus gros montant de souscription depuis que ce cabinet de recherche spécialisé a commencé à collecter ces données, il y a une dizaine d'années. L'appétit du marché s'est manifesté sur tous les types de risques comme l'a démontré l'excellent accueil réservé à l'émission d'obligations à trois ans de l'agence hypothécaire Fannie Mæ, désormais dans le giron de l'Etat américain : 6 milliards ont été levés sa plus grosse émission depuis avril 2009 à un taux de 1,803 %, soit une prime de seulement 31 points de base (soit 0,31 points de pourcentage) sur le rendement offert par les emprunts d'Etat de même échéance.Plus bas de l'annéeLa compagnie de distribution électrique de HongKong a de son côté levé 500 millions de dollars à 10 ans en payant un surcroît de rendement de seulement 125 points de base sur les emprunts d'Etat américain de même échéance. Selon la Réserve Fédérale, les encours de papier commercial américain ont progressé de 11,2 milliards de dollars à 1 400 milliards de dollars le 10 mars. En moyenne, la prime des obligations privées des entreprises est revenue à 158 points de base, son plus bas niveau de l'année relève Bank of America Merrill Lynch.
Réagir