Les mines de charbon africaines de Riversdale sont très convoitées

 |   |  317  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2010. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Des surenchères sont attendues après l'offre de 3,9 milliards de dollars du géant Rio Tinto pour les mines de charbon africaines de Riversdale.

Les grandes man?uvres autour du minerai de fer et du charbon sont de retour. Après l'échec de son projet de rapprochement de ses mines de fer avec son grand rival BHP Billiton en octobre dernier, le géant anglo-australien Rio Tinto repart à l'offensive. Il a lancé jeudi une offre de rachat de 3,9 milliards de dollars (3 milliards d'euros) sur l'australien Riversdale, propriétaire de mines de charbon à coke en Afrique.

Face à la reprise de la demande d'acier dans le monde, Rio Tinto escompte ainsi accroître ses réserves de ce charbon destiné à la production d'acier. S'il parvient à ses fins, ce serait sa première acquisition depuis qu'il a mis la main fin 2007 sur le canadien Alcan, repreneur du français Pechiney.

Mais plusieurs autres majors semblent intéressés par les deux mines de charbon en développement au Mozambique et la mine souterraine d'anthracite d'Afrique du Sud, détenues par Riversdale. A commencer par deux des trois principaux actionnaires du groupe australien, qui détiennent ensemble 51% du minier. Le sidérurgiste Tata Steel, qui possède 24% de Riversdale, est d'ailleurs le seul administrateur a n'avoir pas approuvé ce projet de rachat. Selon la presse australienne, il pourrait proposer une contre-offre avec son partenaire brésilien, le géant minier Vale, qui a beaucoup investi au Mozambique.

Le numéro 3 de l'acier brésilien CSN, autre actionnaire de Riversdale (à 13,2%), pourrait également prendre par à la bataille pour contrôle ces ressources de charbon à coke dont il consomme trois millions de tonnes par an. Le numéro un mondial de l'acier ArcelorMittal serait également intéressé

Le gouvernement indien a par ailleurs demandé au consortium public International Coal Ventures (ICVL) de s'intéresser à Riversdale. Selon Reuters, le groupe viendrait de recruter une banque d'affaires pour examiner le dossier. Enfin, les autres géants du charbon comme Anglo-American et Xstrata pourraient également lancer une contre-offre. A suivre.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :