La résurrection de Rio Tinto

 |   |  328  mots
(Crédits : Gael Vautrin)
Deux jours après avoir mis fin à son projet de joint-venture avec son compatriote BHP Billiton, le minier anglo-australien annonce un colossal investissement pour accroître sa production de minerai de fer dans l'ouest australien.

Dansant tel un funambule sur une corde raide depuis plus de deux ans, Rio Tinto semble enfin mettre un pied sur la terre ferme. L'information aurait pu passer inaperçue. Rien de spécial en soi. Un investissement de 3,1 milliards de dollars afin d'accroître sa production de minerai de fer sur le site de Pilbara dans l'ouest australien. Cela étant, cet investissement revêt quelque chose de symboliquement important. Il y a un peu plus d'un an pour échapper à l'étreinte toujours plus étouffante de son premier actionnaire chinois, Chinalco, le troisième groupe minier mondial se jetait dans les bras de son compatriote BHP Billiton auquel il avait précédemment fermé la porte sur les doigts à l'occasion d'une OPA hostile lancée un an plus tôt. A l'époque, outre le fait d'éviter de passer sous pavillon chinois, l'opération lui permettait de toucher du doigt la perspective d'être en partie renfloué par BHP à l'occasion du regroupement de leurs actifs dans le minerai de fer en Australie au sein d'une joint-venture. Bien entendu à l'époque, en pleine panique de désendettement, Rio Tinto n'avait pas un dollar australien en poche pour investir. Un an plus tard, à coups de milliards de cessions d'actifs, Rio Tinto a considérablement réduit le tour de taille de sa dette. Au dernier pointage cet été, celle-ci avait été ramenée à 12 milliards de dollars contre 39 milliards un an plus tôt. Amaigri, le groupe se sent pousser des ailes et a décidé d'augmenter l'an prochain ses investissements de 50 % pour les porter à 9 milliards de dollars. Et ce n'est pas un hasard si ses mines de fer en Australie vont être les mieux loties. Elles sont stratégiques pour alimenter l'appétit gargantuesque de la Chine. En soi après l'abandon du projet de joint-venture avec BHP Billiton il y a tout juste deux jours, le groupe semble enfin après trois ans reprendre son destin en main.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :