L'OCDE s'alarme de la hausse du chômage de longue durée et des jeunes

 |   |  407  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
A la mi-2011, le nombre de chômeurs dans les pays développés était toujours supérieur de plus de 13 millions à celui enregistré avant la crise de 2008, montre l'OCDE dans un rapport. L'organisation s'alarme du niveau élevé du chômage des moins de 25 ans et du chômage de longue durée.

"Le chômage demeure obstinément élevé dans la zone OCDE [qui regroupe les pays les plus développés] et les dernières projections économiques indiquent que la création d?emplois devrait rester très faible à court terme", a annoncé l'organisation dans un rapport publié ce jeudi.

Ansi, à la mi-2011 le nombre de chômeurs dans la zone a diminué pour s?établir à environ 44 millions, "un niveau néanmoins supérieur de plus de 13 millions aux chiffres enregistrés juste avant la crise".

Fait marquant, le taux de chômage des jeunes (de 15 à 24 ans) s?est élevé à 17,3% dans la zone, contre 7% pour les plus de 25 ans. "Les jeunes déscolarisés et inactifs constituent une catégorie fortement exposée au risque de marginalisation et d?exclusion", s'est alarmée l'OCDE, qui a appelle les pouvoirs publics à agir rapidement dans ce domaine.

Autre symptôme de la crise économique, le chômage de longue durée (de plus d'un an) touchait au premier trimestre le tiers des chômeurs de la zone, cette proportion montant à 40% en Espagne Aux Etats-Unis, le nombre de chômeurs de longue durée a triplé en plus d'un an.

L'OCDE souligne que certaines politiques ont réussi à faire la différence, comme en Australie, au Japon, en Corée et aux Pays-Bas. L'Allemagne a notamment endigué la croissance de son chômage pendant la crise.

Mauvais bilan français

Concernant la France, la synthèse présentée par l'OCDE est assez sombre. Il apparaît que le taux de chômage français a baissé moins rapidement que celui de la zone euro entre fin 2009 et la mi-2011, passant de 10% à 9,7% (de 8,8% à 8,2% en zone OCDE).

L'OCDE note aussi que le nombre de chômeurs de longue durée s?est accru de près de 30 % en France et qu'un "nombre important d?entre eux n?a plus (ou n?a jamais eu) droit aux allocations de chômage et peut avoir besoin de se tourner vers l?aide sociale apportée par le RSA".

La France affiche également un taux d'emploi des jeunes (15-24 ans) et des seniors (55-64 ans) particulièrement faibles : 29% pour les premiers (38% en zone OCDE) et 40% pour les seconds (contre 54%).

Enfin, l'Hexagone se distingue par un écart toujours accru entre les salariés en emploi permanent et ceux en emploi précaire, auquel s'ajoute le sentiment exprimé par les salariés d'une sous-utilisation de leurs qualifications.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/09/2011 à 21:45 :
Qu'on vire tous les vieux corrompus des institutions diverses et variées pour les remplacer par les jeunes. Ce serait une chance pour la planète. Si on continue à donner les pouvoirs au vieux (pourris), la Terre mourra (et nous avec) dans la douleur à coup sûr.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :