La Belgique en panne de croissance... s'impose encore plus d'autérité

 |   |  235  mots
Elio di Rupo, premier ministre belge, au moment de son serment devant le roi (Copyright Reuters)
Elio di Rupo, premier ministre belge, au moment de son serment devant le roi (Copyright Reuters) (Crédits : REUTERS)
La Belgique devra combler un trou de 2 milliards d'euros dans son budget 2012 et faire de nouvelles économies afin de respecter ses engagements, indiquait samedi la presse belge, citant un rapport d'experts qui doit être présenté dimanche lors d'un conseil des ministres.

Ce rapport rédigé par l'instance chargée de définir les objectifs budgétaires du pays a mis en évidence que le gouvernement d'Elio Di Rupo devra trouver environ 2 milliards d'euros pour atteindre un déficit budgétaire de 2,8% du PIB en 2012, comme il s'y est engagé auprès de la Commission européenne. Le chiffre est susceptible d'évoluer dimanche, jour où le document sera présenté officiellement lors d'un conseil des ministres restreint à Bruxelles.

Selon les médias belges, le rapport montre que la Belgique doit trouver 1,5 milliard d'euros, une somme rendue nécessaire par la détérioration de sa conjoncture. A cette somme, s'ajoute un matelas de 500 millions d'euros à mettre en réserve, pour parer tout nouveau recul de la croissance. La Belgique devrait connaître une croissance quasi nulle en 2012, avec une hausse du PIB de 0,1%, contre 0,8% envisagé initialement, selon l'organisme chargé de conseiller le gouvernement belge. C'est en se fondant sur une croissance de 0,8% que le gouvernement avait élaboré son budget fin 2011, qui comprenait déjà des mesures d'économies pour plus de 11,3 milliards d'euros.

Compte tenu de ces éléments, un nouveau plan d'économies était attendu. Reste que la croissance belge pourrait encore se dégrader: la Commission européenne, qui vient de publier de nouvelles prévisions pour les 27 pays de l'UE, table elle sur un repli de 0,1% du Produit intérieur brut belge en 2012.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/02/2012 à 12:56 :
Pour les antiSarko, il n'y a qu'en France que tout va mal.
a écrit le 25/02/2012 à 20:39 :
di rupo ft tt pour decourager les investisseurs, ca va pas etre facile pour lui; les strategies ' a la francaise', ( qui consiste a decourager les gens en hurlant qu'on ne comprend pas pq ils ne viennent pas), ca ne marche pas trop
profil bas et projets, c'est mieux qu'arrogance et fenaeantise...
a écrit le 25/02/2012 à 11:20 :
Que la Belgique commence à taxer normalement les riches. En Belgique, et il faut donc être belge pour accepter ça, ce sont les pauvres et les classes moyennes qui paient pour les riches évadés de France et d'ailleurs.C'est ça qui ne va pas ( le dumping fiscal-, ce genre de connerie qui fout le m...dans tous les pays européens, ce que font la Suisse, le Luxembourg, la Grande Bretagne, l'Irlande et j'en passe et des meilleures comme les Pays Bas pour les holding de participations.
a écrit le 25/02/2012 à 10:57 :
Comment peut on penser que des mesures d'austérités n'auront aucun impact sur la croissance ? nos dirigeants ne connaissent pas les bases des modèles économiques ou quoi ?
Réponse de le 25/02/2012 à 20:42 :
keynes ca marche a court terme, en cas de pbs; sinon ca envoie dans le mur, surtout quand c'est applique ' a la francaise'
la rigueur c'est le contraire, ca envoie dans le mur a court terme, et ca rend les equilibres soutenables a long terme ( je dirais en rigolant qu'on passe des economies non walrasiennes aux walrasiennes :-))) avec 'le grand lyapounov' qui va bien, en qques sortes...)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :