La consommation des ménages en baisse de 0,4% en janvier

La consommation des ménages recule de 0.4% en janvier en volume, après avoir baissé de 0.2% en décembre, selon l'INSEE.

2 mn

Copyright Reuters
Copyright Reuters

La consommation, pilier de la croissance française contrairement à l'Allemagne, est-elle en train de se gripper durablement ? Selon l'INSEE, la consommation -en volume- des ménages français a de nouveau baissé de 0,4% en janvier, après avoir reculé de 0,2% en décembre.


Ce nouveau recul de la consommation des ménages est imputable au repli des dépenses en biens fabriqués et plus particulièrement à la forte baisse des achats d'automobiles, a précisé l'Insee.

Dans le détail, les dépenses en biens durables ont sensiblement fléchi en janvier (-4,3% après +3,0% en décembre), entraînée vers le bas par les achats d'automobiles (-7,6% en janvier, après +2,8% en décembre). Les ménages pourraient avoir anticipé leurs achats de voitures face au durcissement du bonus-malus au 1er janvier 2012, analyse l'Insee.

Le textile en net repli

Les achats en équipement du logement reculent dans une moindre mesure (-1,5%) après une forte croissance en décembre (+4,3%). Les achats de textile-cuir diminuent en janvier (-2,3%), après un mois de décembre déjà morose (-1,7%). Les dépenses de consommation en "autres biens fabriqués" sont en revanche stables en janvier. Le repli des dépenses de quincaillerie-bricolage est compensé par la croissance de la consommation en biens de santé.

La consommation en produits alimentaires augmente de 1,4%, après trois mois successifs de recul (dont -1,0% en décembre). Quant aux dépenses d'énergie, elles sont en hausse après quatre mois de baisse consécutifs. Ces dépenses augmentent de 2,0% en janvier (après -2,4 % en décembre), soutenues notamment par les achats de fioul.

La révision du chiffre de décembre à -0,2% contre -0,7% annoncé un mois plus tôt est imputable notamment à l'intégration de données nouvelles sur les produits informatiques et électroniques, ainsi qu'à l'actualisation des coefficients de correction des variations saisonnières (notamment des achats d'automobiles), précise encore l'Insee.

2 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 1
à écrit le 02/03/2012 à 15:56
Signaler
il n' y a pas besoin de faire polytechnique pour savoir d'où ça vient !

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.