Le « green taxiing » limite la consommation des avions au sol

 |  | 229 mots
Lecture 1 min.
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
easyJet va tester le système mis au point par Honeywell et Safran, qui permet aux appareils de rouler sans utiliser leur moteur.

Biocarburants, matériaux composites, réorganisation du ciel européen pour réduire les kilomètres inutiles...autant de pistes explorées par les constructeurs aéronautiques et les compagnies aériennes pour limiter la consommation en kérosène et les émissions de gaz à effet de serre du secteur. Evaluées selon les sources entre 2 et 4 % du total, elles sont sinon promises à une explosion proportionnelle à celle attendue pour le trafic aérien, d'environ 4 à 5 % par an pour les 20 prochaines années.
easyJet vient d'annoncer qu'elle serait la première compagnie à tester à compter de 2013 un nouveau système de roulage électrique au sol. Le « electric green taxiing system » (EGTS), mis au point par Honeywell et Safran, permet aux avions de rouler sans utiliser leur moteur, grâce à un « groupe auxiliaire de puissance » qui produit de l'énergie dans les roues motrices. Les pilotes conservent la maîtrise de la vitesse, du freinage et de la direction pendant les appareils de roulage grâce à une électronique de puissance.
Le green taxiing, qui pourrait permettre d'éliminer tout recours aux remorqueurs pour quitter ou rejoindre les points de stationnement, intéresse tout particulièrement easyJet qui effectue de nombreux vols courts et consomme 4 % de son carburant au sol.
Le système mis au point par Honeywell et Safran pourrait équiper aussi bien les avions en service que les appareils neufs à compter de 2016.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/02/2012 à 10:22 :
Quant est' il du roulage par tracteur afin d'économiser le carburant? Le supplément de poids du système décrit est' il compétitif? Surprenant.
Réponse de le 14/02/2012 à 12:36 :
Rares sont les avions qui sont emmené du parking en bout de piste par tracteur. Perso je n'en connais pas.
De plus il consomme aussi du carburant, peut-être autant qu'avec les réacteurs (supposition).
Le supplément de poids semble être pris en compte dans le calcul des économies car le "green taxiing" est une piste de recherche d'économies sur laquelle beaucoup d'avionneurs travaillent depuis longtemps et des innovations apparaissent maintenant. De plus, je pense qu'EasyJet a déjà fait le calcul.
Réponse de le 14/02/2012 à 21:56 :
Un pushback (véhicule qui tracte ou pousse un avion) consomme beaucoup moins que deux réacteurs. Par contre, il n'est pas envisageable d'avoir des pushback qui se baladent partout sur les taxiways pour amener les avions jusqu'au seuil de piste. Concernant le supplément de poids, il est certainement compensé par la baisse de la quantité de carburant utilisée pour le roulage. Enfin, autant à l'arrivée, passer en mode électrique ne pose pas de difficultés particulières, autant au départ, il est risqué de démarrer les moteurs peu avant le décollage car si un des moteurs ne démarre pas c'est retour immédiat au parking.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :