Frédéric Lefebvre veut intensifier la chasse à la "paperasse"

 |   |  275  mots
Copyright Reuters
Lundi, le secrétaire d'Etat chargé des PME lance la « Commission de réduction de la paperasse »

Le terme est un peu cavalier mais il résume assez bien l?une des tares de l?économie française : la paperasse. Lundi, Frédéric Lefebvre, le secrétaire d?Etat chargé des PME lancera la « Commission de réduction de la paperasse ». Celle-ci réunit les chefs d?entreprises, les organisations professionnelles et les représentants de l?administration.

Faire appliquer la loi

Elle sera chargée de proposer de nouvelles pistes de réduction de la charge administrative imposée aux entreprises et d?assurer le suivi des mesures de simplifications engagées notamment dans le cadre des Assises de la simplification. Organisées en avril, celles-cu avient débouché sur le vote de la loi de simplification du droit et d?allègement des démarches administratives au Parlement.

Dès lundi, la Commission présentera l?état d?avancement des principales démarches de simplification engagées dans le domaine de la simplification du bulletin de paie, de l?armoire sécurisée numérique entre autres. Cet outil devrait voir le jour d'ici 2013. Elle doit permettre progressivement aux chefs d'entreprise de fournir leurs informations une fois pour toutes à l'administration alors qu'ils sont actuellement obligés de fournir jusqu'à 70 fois par an les mêmes informations pour remplir les déclarations exigées par différents organismes

Un coût de 460 millions d'euros chaque année

Pour mémoire, les Assises de la simplification avaient débouché sur 600 propositions permettant d?alléger la charge administrative des entreprises. Selon les calculs de l'OCDE, celle-ci coûte chaque année 460 millions d'euros environ, soit 3,5% du PIB à l'économie française.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/03/2012 à 5:48 :
Les PME ont du mal voter pour avoir hérité d'un tel secrétaire d'état....
a écrit le 18/03/2012 à 20:38 :
Encore de l'agitation pour pas grand chose si ces prétendues économies de paperasse se traduisent par un rôle accru de l'informatisation pas sûr qu'au final les entreprises soient gagnantes vue les rigidités des services administratifs. Si cet article est aussi sérieux que la proportion annoncée par l'OCDE sur les économies de 460millions à 3.5% du PIB on peut craindre le pire comme toujours avec l'ami Zadig de Voltaire! et dire qu'en plus il va être candidat des français de l'étranger aux States étant incapable de se faire élire en France!
a écrit le 18/03/2012 à 20:07 :

il est temps d y penser !!!apres 5 ANNEES.. c est un peu tard........
a écrit le 18/03/2012 à 19:22 :
Cette paperasse vous sert ... elle sert votre violence administrative ...
a écrit le 18/03/2012 à 18:59 :
Quand on change en permanence les règles fiscales et sociales comment voulez vous que l'on diminue la charge administrative des entreprises?Et dans le domaine la France UMP est la championne.
a écrit le 18/03/2012 à 18:08 :
Ne serait il pas temps que le ministre se mette au travail ?
a écrit le 18/03/2012 à 17:03 :
mais que que va devenir l'industrie du papier , du bois, de la pâte à papier et tous les gisements d'emploi qu'elles recelent en France. ils sont fous, ils vont encore casser un bastion de l'industrie française .
a écrit le 18/03/2012 à 17:02 :
Un peu de sérieux ce secrétaire d'Etat est en fonction UNIQUEMENT parce qu'il adule le M. Sarkozy il est dans la droite ligne de Mme Morano c'est àdire des personnes inutiles mais quis ont là que par le bon vouloir du bon roi Président.
Il est parti faire camapgne pour son élection de député des expat aux US mais au a fait avec quel argent celui de son ministère ou des deniers de l'UMP. Ce Monsieur fait parti de toute cette clique de secrétaire d'Etat ou minstre type relation avec le parlement ou de la solidarité COMPLETEMENT INUTILE mais qui sont la pour remerciement d'avoir été les porte flingue du Roi ou du premier ministre?
D'ailleurs ce Monsieur à comme les autres y compris le Président refusé la CLASS ACTION pour une vraie défense des consommateurs loi essentielle si les politiques respectaient les citoyens mais non ils sont à la botte du MEDEF qui refuse cette loi ce qui prouve bien des choses. N'est ce pas le Président qui souhaite copier l'Allemagne alors qu'il commence par nettoyer son gouvernement de 40 personnes une honte et il nous parle d'économie, il est risible et peu sérieux.
a écrit le 18/03/2012 à 16:51 :
Autant de gain que la future taxe de 75% d'hollande :O
a écrit le 18/03/2012 à 16:42 :
la création de commission, c'est la plus grande tare de notre république monachique d'ancien régime
a écrit le 18/03/2012 à 16:08 :
créer une commission pour régler un problème , c'est
- donner des places de planqués à ses copains
- un réflexe d'énarque qui croit que les problèmes de ...... se résolvent avec des ministères de ..... , des observatoires de .... des commissions de ...., des comités de .... des groupes de ... .....les corps intermédiares sont inutiles et parasites .....
- pour traiter un problème on pond une loi, et surtout on la fait respecter
-le symptôme d'un manque profond d'imagination
-d'hommes politiques usés et à bout de souffle !!
- un goût refoulé pour l'expansion de la machine étatique
a écrit le 18/03/2012 à 16:01 :
460 millions d'euro soit 3.5% du PIB!!!...certains parlent d'economie mais ne perçoivent pas les proportions absurdes qu'ils annoncent... pour faire simple, souvenez vous Mr Piliu que le PIB Français fait approximativement 2000 Milliards d'euro et que 3.5% représenterait environ 70 Milliards d'Euros... un peu loin des 460 Millions d'Euro que coute cette paprasserie aux entreprises... Le sujet est pourtant important et je voterai pour qui proposera la simplification de la fiscalité et de l'administration... passant par l'elimination des niches fiscales et ...
a écrit le 18/03/2012 à 15:52 :
un ministre peu vu un rigolo a sarko et qu'il ne fasse rien comme depuis 2007 en mai ont le vire

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :