La France, championne du monde des défaillances d'entreprises

 |   |  320  mots
Copyright Reuters
Selon une étude de l'OCDE, le nombre de faillites enregistré dans l'Hexagone est quasiment identique à celui observé...aux États-Unis. Et il est bien plus faible au Royaume-Uni et en Italie. En cause, la faible capacité d'autofinancement des entreprises tricolores.

Deux ans après le pic de la crise économique et financière qui a secoué la plupart des économies industrialisés, l?OCDE dresse un bilan plutôt intéressant, au-delà des commentaires classiques sur le resserrement de l?accès au crédit des PME pendant cette période tourmentée. Ainsi, selon la publication intitulée « Le Financement des PME et de l'entrepreneuriat : tableau de bord de l'OCDE » publiée ce jeudi, 115.813 entreprises, essentiellement des TPE et des PME, ont mis la clé sous la porte en France en 2009 et en 2010, soit un tout petit moins qu?aux Etats-Unis (117.119), pays qui compte qui près de 7 millions de sociétés employant des salariés, contre un peu moins de 2,5 millions en France.
 

Les taux de marge sont trop faibles en France

Si l?on compare la France avec des économies qui lui ressemblent davantage, l?écart est également flagrant. De l?autre de la Manche, « seules » 35.122 ont disparu. En Italie, le nombre de défaillances s?élève à 20.718. Si le nombre de faillites est assez comparable en Allemagne, il faut rappeler que l?on y recense 3,5 millions d?entreprises.

Comment expliquer ces différences ? Par l?efficacité des plans de relance nationaux ? Peut-être, mais la comparaison est assez délicate.
Le niveau de l?autofinancement est une autre piste. Selon une étude du cabinet Altares, l?autofinancement des entreprises britanniques et allemandes est double de celui des entreprises françaises, ce qui représente un écart de trésorerie d?environ 110 milliards d?euros par an.

Un autofinancement qui s?explique essentiellement par des taux de marge supérieurs à ceux observés en France. « En 2012, le taux de marge dans l?industrie européenne a quasiment retrouvé son niveau de 2007, mais reste encore inférieur de 5 points en France », explique l?institut COE-Rexecode. Il s?élevait à 38,3% en 2011 en zone euro, à 34,4% en Allemagne et 29,9% en France

 


 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/04/2012 à 9:58 :
Un taux de marge brute de 29.9% c'est ridicule si en plus les emprunts bancaires sont surreprésentés dans le bilan. Mais bien sur ceci explique cela. C'est vraiment mal barré.
a écrit le 21/04/2012 à 5:35 :
la question reste très sérieuse : comment se fait-il que la France se soit toujours posée sur le créneaux bas de gamme ? tous les autres pays ont fait le contraire : question donc : ne serait-ce pas l'enseignement et donc les prof qui seraient responsables ? qu'enseigne les écoles de commerce ? je ne sais pas n'ayant pas fait mes études en France, mais cela pose question !!!
Réponse de le 21/04/2012 à 10:19 :
bertrand, vous ne prenez pas en compte le droit du travail en France qui interdit de virer quelqu'un tant qu'il ne commet pas de faute GRAVE. A partir de là, vous êtes obligé de vous normaliser sur le travail du plus mauvais de l'équipe ! Dans ces conditions, il est difficile de produire de la qualité...
Réponse de le 21/04/2012 à 12:29 :
Yves : C'est faux il est tout à fait possible de virer quelqu'un en France, simplement cela coûte cher généralement entre un an de salaire.
a écrit le 20/04/2012 à 16:29 :
La véritable explication est qu'en France, l'élite et l'administration haïssent l'entrepreneur, qui pollue, exploite le travailleur et n'est bon qu'à payer, puisque par définition il est riche. Honte à lui quand, de plus, il dépose son bilan. Il ne lui reste rien, ni indemnité de quoi que ce soit. Des dettes. Bien fait pour lui ! Dans beaucoup d'autres pays, l'entrepreneur et l'industrie sont, au contraire, appréciés, aimés et favorisés. Je me demande comment il peut rester autant d'emplois en France
a écrit le 20/04/2012 à 8:43 :
Les auto-entrepreneurs n'ont rien à voir. Ce sont les PME qui produisent le plus de travail . En France le travail est trop taxé ,lorsque j 'étais chef d'entreprise en versant 1000 euros de salaire net ,l'entreprise payais 1800 euros soit 80% de plus ,c'est plus de de 15% que mon collègue Allemand. Les investissements en machines ce font en partie sous garantie personnelle ,qui d'autres en France paye pour avoir du travail. Gagner de l'argent en France est très mal vu et lorsque vous perdez vous êtes montrés du doigt Tant que l'on aura pas compris que l'Etat doit diminuer ses dépenses en supprimant des fonctionnaires ,revoir la prise en charge du système social ,la France ne pourra pas s'en sortir. En 1981 nous n'étions pas moins administrés et autant heureux sinon mieux.
Réponse de le 20/04/2012 à 11:39 :
Les mauvais entrepreneurs rabachent toujours les mêmes blas blas. Ce sont les entrepreneurs qui doivent se dépoluer l'esprit, oublier de produire de la merde pas cher, et s'orienter vers les produitsà très fortes valeurs ajoutées pourdégager des marges et du cash flow. En Belgique, Renault a fermé, AUDI continue de produire en faisant des énooorrmmeeess bénéfices. En France Renault et Peugeot ferment des usines, en allemagne AUDI vient d'acheter 40 hectares de terrains pour construire des extensions de production.
Réponse de le 20/04/2012 à 12:07 :
si c'est pour se faire spolier 100% de ses revenus et mépriser en prime ? Autant aller voir ailleurs ou cesser de s'activer : c'est nettement moins fatiguant et risqué.
Réponse de le 20/04/2012 à 21:29 :
@ bla bal machin : les "mauvais" entrepreneurs reste des entrepreneurs qui créent des emplois, ... et les beaux parleurs restent des commentateurs le cul sur leur chaise, qui critiquent, donnent des conseils et ne risquent pas un centime de leur poche pour créer un emploi !
Accessoirement, vous citez des entreprises côtées en bourse, mais ça ne représente rien en terme d'emplois : les emplois ce sont les petits entrepreneurs qui les créés en faisant de leur mieux
Réponse de le 20/04/2012 à 21:49 :
@lyon69: tout à fait d'accord. et dans cette catégorie, on peut aussi mettre les grandes entreprises dont le patron ne doit sa place qu'au copain du copain et qui dans tous les cas ne risque que l'argent du contribuable, sans oublier de pleurer pour d'autres subventions :-)
Réponse de le 21/04/2012 à 1:45 :
si les entrepreneurs nous rabachent toujours les même blas-blas, les "observateurs" nous racontent toujours la même chose : bosser pour augmenter mon salaire, mon rmi, mon rsa, mes allocs, et arrêter de vous plaindre: vous êtes patron donc riches et cons .J'vais vous donner des leçons, risquez votre argent: si ça marche, faut partager avec les salariés c'est eux qu'ont tout fait, si ça marche pas, démerdes-toi, t'es qu'un exploiteur !...!
Réponse de le 21/04/2012 à 14:34 :
@ lyon69 : tout à fait d'ccord. Nous sommes les bêtes à abattre, mais c'est nous qui créont les emplois quand d'autres restent le c..l sur la chaise à attendre qu'on risque tout. Notre problème c'est le medef et la cgpme, qui ne représentent rien de rien au niveau patronat PME.
a écrit le 20/04/2012 à 4:31 :
Enfin on est champion. Merci aux auto-entrepreneurs!
a écrit le 20/04/2012 à 1:13 :
Les entreprises françaises n'ont que 2 problèmes : Le plus gros problème, ce sont les délais de paiement. Lorsque le travail est fait, ou le produit livré, on ne devrait pas attendre plus de 3 jours avant d'être payé. Rien ne justifie des retards de paiement de 3 mois, rien ! Cela met à mal la trésorerie des entreprises, facilite les impayés et précipite leur chute. Le deuxième problème, c'est la complexité de l'imposition/taxation/ponction par les 2 657 876 organismes publics chargés de siphonner les sous.
a écrit le 20/04/2012 à 0:30 :
Comme quoi les entreprises françaises ne gagnent pas assez d'argent, contrairement à ce que la plupart des candidats aux présidentielles prétendent.
Il faudrait que ce constat soit davantage connu.
a écrit le 19/04/2012 à 23:43 :
c'est quoi une marge : c'est ce que l'état prélève dès que possible ???
Réponse de le 21/04/2012 à 5:20 :
ne confondez pas marge et benefice !!!
a écrit le 19/04/2012 à 21:58 :
Arrpetez de vous plaindre pour une fois qu'on est champion du monde de quelque chose en France ;-) Pauvre France, ou plutôt pauvres TPE/PME/PMI de France.
a écrit le 19/04/2012 à 21:14 :
Le titre sera décerné "encore" l'année prochaine que ce soit l'un ou l'autre des candidats...
a écrit le 19/04/2012 à 17:45 :
Les entreprises françaises sont poluées, plombées par des valeurs ajoutées trop faibles pour dégager des "cash flow" suffisants. C'est le modèle économique de Dacia Renault qui a tout tiré vers le bas, une pensée unique absurde mais adulée par nos énarques et par les gouvernements Raffarin, Vilepin Fillon. Un comble, un Etat de droite qui casse de la richesse !
Réponse de le 19/04/2012 à 18:17 :
Un Etat de droite ? Depuis De Gaulle, je n'ai vu aucun Etat de droite en France au gouvernement.
Réponse de le 19/04/2012 à 19:23 :
Valeurs..., N Sarkozy n'étant pas énarque, avec F Hollande, vous allez être comblé !
a écrit le 19/04/2012 à 17:36 :
On se demande encore pourquoi? La France a les prélèvements obligatoires les plus élevés qui ne suffisent même pas à payer toutes ses dépenses. La France dépense 30% de son PIB pour financer une protection sociale dispendieuse, inefficace et destructrice des entreprises et des emplois. Elle dépense 12.5% de son PIB pour donner des grosses retraites à des riches et des retraites de misère aux pauvres. Elle octroie des congés payés de plus de 10 semaines à ses fonctionnaires et les impose aux grandes entreprises qui exercent en France. Elle impose un code du travail dissuadant les embauches. Comment peut-on espérer que les entreprises qui exercent en France s'en sortent aussi bien que leurs semblables qui exercent ailleurs. Et ça ne va pas s'améliorer avec le changement de majorité qui s'annonce et qui va remettre au pouvoir ceux qui sont à l'origine de cette situation avec la retraite à 60 ans, les 35h et autres farfeluteries. Et on va continuer à supporter des candidats à la présidentielle qui vont nous saouler avec leurs explications disant que tout ça c'est la faute des patrons, de la finance, des banques et qu'il suffit de punir les riches en les taxant suffisamment pour les dégouter d'être riches pour que tout s'arrange. C'est pas demain la veille qu'on va pouvoir produire en France et que les plus démunis pourront l'être moins !
a écrit le 19/04/2012 à 17:18 :
La notion de "cash flow" est étrangère à beaucoup d'acteurs économiques, dont tous ceux du secteur public et à la plupart de nos fonctionnaires et hommes politiques qui, le plus souvent, n'ont jamais rien géré. L'enseignement de l'économie n'est pas plus performant (voir les sornettes de Mme N.Arthaud qui revendique néanmoins en être enseignante - pauvres élèves! - et celles d'autres candidats tout aussi incultes). Alors que les entreprises françaises soient surponctionnées (règlementations, normes, impôts et taxes, charges sociales, temps de travail effectif), sous capitalisées, dépendantes de donneurs d'ordre leur serrant la vis ou trop laxistes dans leurs paiements, et ainsi vulnérables, n'est pas sans racines profondes. Elles expliquent cette surmortalité, édifiante (inédite dans cette comparaison ?) et, à vrai dire, très inquiétante.
Réponse de le 19/04/2012 à 22:53 :
Ce n'est pas parce qu'une personne est candidate d'un parti d'extrême gauche qu'elle n'est pas compétente dans son métier.
Réponse de le 21/04/2012 à 5:27 :
si un prof est candidat extrême gauche en étant professeur d'économie, elle est peut-être pédagogue mais elle n'a rien compris au cours qu'elle enseigne !! d'une façon générale on peut dire que tous les professeurs d'économie sont assez nuls car dans le cas opposé, les chefs d'entreprise serait bien mieux formés ! : ils auraient quitté la France bien plus tôt !!!
a écrit le 19/04/2012 à 17:13 :
L'actif circulant est toujours le problème. Le total de la trésorerie et des stocks est souvent inférieur au passif exigible, et il se rééquilibre souvent par une augmentation des stocks, moins mobilisable, et dont l'échéance d'encaissement est plus lointaine que les échéances à honorer, qui elle sont intangibles : Urssaf, Cotisations de tous ordres, Impôts, TVA, etc. Comme les charges salariales et l'augmentation des coûts sont toujours en progression plus rapides que les prix, les marges s'effritent sur une trésorerie qui devient négative par la conjonction de ce qui précède. Que faire ? donner de l'air aux entreprises qui débutent, en augmentant les délais de paiement des prélèvements. Il y a une formule très simple, c'est la retenue à la source des encaissements, fixés pour chacune des 3 premières années. Il y a une seconde solution, qui est de surseoir à l'IS en le répartissant sur 5 ans, pour les 3 premières années. Il y a encore une solution qui est de créer des "bassins de trésorerie", liés aux "bassins d'emplois". Bref, on ne comprend toujours rien, en France, au monde des TPE/PME, tous nos dirigeants étant issus de l'ENA. Il suffit de voir les amis "chefs d'entreprise", de F HOLLANDE, qui n'ont d'entrepreneurs que le nom, car ils ne risquent rien, ils sont juste des salariés très très bien payés. C'est pourtant eux que les politiques écoutent. Et lorsque l'un d'entre eux reçoit des vrais patrons, qui risquent leur argent, au Fouquet's, la France bien pensante et ultra protégée s'insurge. Voila pourquoi les jeunes français quittent ce pays. A juste titre.
Réponse de le 19/04/2012 à 17:42 :
MAGISTRAL ENFIN JE NE SUIS PAS FOU
Réponse de le 19/04/2012 à 18:19 :
@rg06:pas d'accord sur le fait qu'on discrimine une entreprise par rapport a l'autre(nouvelles et anciennes)tout allègement doit etre unilatéral sinon c'est de la concurrence faussée.pas d'allègements de charhes suivant l'age.allègements identiques pour tous.sinon on aboutit a la distortion qui fait que celui qui travaille seul paye proportionellement plus de charges que celui qui débute ou qui recrute avec allègement de charges.ugh!!
Réponse de le 21/04/2012 à 5:31 :
magistralement incompréhensible : c'est sûrement un prof qui a pondu cela !!
francefra@aol.com
a écrit le 19/04/2012 à 17:10 :
Erreur de tir : ce commentaire est à relier à celui de pNv et des bricoles.
a écrit le 19/04/2012 à 17:08 :
Non. Et affirmatif. La France a des acheteurs qui ont bénéficié de Codes qui les protégeaient. Ceci n'existe plus par les profonds changements de la présidence qui va se finir, mais cela a impliqué que le vendeur a maintenant au contraire un pouvoir exagéré. Soit, la donne est plus grave que ce que nous pourrions imaginer.
a écrit le 19/04/2012 à 17:01 :
Comment s'en étonner. Un exemple personnel. Société unipersonnelle revenus 2011 36.000 euros après avoir tout payé - étant "stupidement" honnête - il reste 9500 euros. Chercher l'erreur.
Réponse de le 19/04/2012 à 18:20 :
chiffre d'affaire 36000,c'est pas pareil que revenu 36000
a écrit le 19/04/2012 à 17:01 :
Pour résoudre ce problème d'autofinancement et de trésorerie, Sarkozy a son idée :
fusionner les instances de représentation du personnel dans les P.M.E.
C'est sûr que nous avons un président-candidat au contact des réalités économiques.
a écrit le 19/04/2012 à 16:41 :
On se demande maintenant quand PSA et Citroen vont déposer le bilan...
Avec 30% de surcapacité par rapport à la demande et des vrai problèmes de liquidité et paiements aux sous-traitants, on se demande s'il y aura d'ici peu des appels aux subventions par les contribuables pour une industrie qui a trop de fabricants et trop de capacités.
a écrit le 19/04/2012 à 16:37 :
L'article est un peu court pour expliquer les faibles marges alors qu'un article récent expliquait que les délais de réglement étaient en France beaucoup plus longs que chez nos voisins.Un chef d'entreprise expliquait qu'ils pouvaient atteindre 10 mois !!! si sur cette durée l'entreprise paie des agios ou escompte des traites les frais bancaires viennent amputer sa marge nette .
La question à poser est de savoir pourquoi et comment il n'est pas possible de racousir les délais de paiement ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :