Espionnage : les Européens demandent aux Etats-Unis de s'engager sur "un code de bonne conduite"

Après la France et l'Allemagne, l'Espagne a annoncé vendredi la convocation de l'ambassadeur américain à Madrid pour lui demander des explications. Un total de 35 dirigeants de la planète, dont la chancelière allemande Angela Merkel, auraient été écoutés.
Nous allons essayer d'avoir un code de bonne conduite avec les Etats-Unis, sur ce qui est acceptable et sur ce qui ne l'est pas, en matière d'espionnage, a indiqué le Premier ministre luxembourgeois, Jean-Claude Juncker, vendredi 25 octobre..
"Nous allons essayer d'avoir un code de bonne conduite avec les Etats-Unis, sur ce qui est acceptable et sur ce qui ne l'est pas", en matière d'espionnage, a indiqué le Premier ministre luxembourgeois, Jean-Claude Juncker, vendredi 25 octobre.. (Crédits : Bloomberg)

Le scandale de l'espionnage américain a continué à s'étendre vendredi et a poussé les dirigeants européens, pour la plupart indignés, à demander à Washington de s'engager sur "un code de bonne conduite".

De leur côté, l'Allemagne et le Brésil travaillent à la préparation d'une résolution à l'ONU sur la protection des libertés individuelles dans le contexte des révélations sur le programme d'espionnage international des Etats-Unis, ont annoncé vendredi des diplomates onusiens.

Après la France et l'Allemagne, l'Espagne a annoncé vendredi la convocation de l'ambassadeur américain à Madrid pour lui demander des explications.

Cette décision du Premier ministre Mariano Rajoy fait suite à de nouvelles révélations de la presse indiquant que l'Agence nationale de sécurité américaine (NSA) aurait espionné des membres du gouvernement espagnol, dont son prédécesseur José Luis Zapatero.

Un total de 35 dirigeants de la planète, dont la chancelière allemande Angela Merkel, auraient été écoutés, a affirmé jeudi le quotidien britannique The Guardian.

Coïncidence ou pas, le site internet de la NSA est resté inaccessible plusieurs heures vendredi, alimentant les rumeurs sur une attaque informatique, démenties par un porte-parole qui a parlé d'erreur technique interne au cours d'une mise à jour.

Les services secrets américains ont par ailleurs été soupçonnés par la France d'être à l'origine d'une attaque informatique ayant visé en mai 2012 la présidence française, a dévoilé vendredi le quotidien français Le Monde.

Ces révélations qui se succèdent depuis juin "ont créé des tensions considérables dans nos relations avec certains de nos partenaires étrangers les plus proches", a admis Lisa Monaco, la conseillère de Barack Obama pour la sécurité intérieure.

Mais, au delà des protestations, les chefs d'Etat et de gouvernement de l'UE réunis à Bruxelles n'ont pris aucune mesure de rétorsion envers les Etats-Unis.

"Il ne s'agit pas de commencer à faire monter la pression inutilement" avec Washington, a déclaré le Premier ministre belge, Elio Di Rupo, en résumant l'état d'esprit général.

Les 28 ont donc affiché une unité de façade pour "prendre note" de l'initiative lancée par la France et l'Allemagne pour "engager des discussions bilatérales avec les Etats-Unis dans le but de trouver d'ici à la fin de l'année un accord sur leurs relations mutuelles dans ce domaine", selon le communiqué du sommet.

"Nous allons essayer d'avoir un code de bonne conduite avec les Etats-Unis, sur ce qui est acceptable et sur ce qui ne l'est pas", a précisé le Premier ministre luxembourgeois, Jean-Claude Juncker.

Dans leur texte commun, les Européens reconnaissent que "la collecte de renseignements constitue un élément essentiel de la lutte contre le terrorisme", la justification sans cesse mise en avant par Washington. Mais "un manque de confiance pourrait porter préjudice à la nécessaire coopération" dans ce domaine, préviennent-ils.

"Tout le monde peut comprendre que l'on prenne des mesures exceptionnelles tant les menaces terroristes sont importantes (...) mais nous ne sommes pas dans une situation où l'un doit espionner l'autre", a souligné M. Di Rupo.

Le président français François Hollande a pour sa part relevé qu'"on ne contrôle pas les portables des personnes que l'on rencontre dans les sommets internationaux".

Le dilemme des Européens

Le chef du gouvernement finlandais, Jyrki Katainen, a résumé le dilemme des Européens: "nous devons à la fois préserver la relation transatlantique et affirmer que cela (l'espionnage) n'est pas acceptable".

Ils se sont ainsi refusés à envisager une éventuelle suspension des négociations de libre-échange qui viennent d'être lancées entre les deux blocs.

Plusieurs pays, comme la Grande-Bretagne ou l'Espagne, ont également décidé de ne pas froisser Washington en adhérant à l'initiative franco-allemande. L'Espagne reste un "partenaire et allié" des États-Unis, a affirmé M. Rajoy.

Pour sa part, le Premier ministre britannique David Cameron a refusé de commenter le scandale, insistant plutôt sur le fait que les questions de renseignement relevaient des compétences nationales et "non de l'UE".

La difficulté à faire front commun à 28 dans ce dossier est illustrée par le blocage, depuis des mois, d'un projet de la Commission européenne visant à renforcer la protection des données privées face aux géants de l'Internet et aux services de renseignement.

Alors que la commissaire européenne à la Justice, Viviane Reding, appelait à "passer aux actes" et adopter la réforme "d'ici au printemps 2014", les 28 ont décidé de "se donner une marge de manoeuvre" jusqu'en 2015.

Le leader des socialistes au Parlement européen, l'Allemand Hannes Swoboda, a vigoureusement critiqué l'attitude des dirigeants de l'UE. Ces derniers "semblent uniquement préoccupés par les écoutes inacceptables de leur téléphone portable, laissant de côté la protection des données des 500 millions de citoyens européens", a-t-il dénoncé.

Hors Europe, le ministre mexicain des Affaires étrangères, José Antonio Meade, a convoqué jeudi pour la deuxième fois en deux mois l'ambassadeur des États-Unis à Mexico, Anthony Wayne "pour discuter du thème de l'espionnage supposé" de l'ex-président mexicain Felipe Calderon (2006-2012) et de l'actuel, Enrique Peña Nieto, a indiqué à l'AFP une source du ministère des Affaires étrangères.

De son côté, l'ex-numéro 2 de la CIA, Michael Morell, a jugé dans un entretien que les fuites dues à l'ex-consultant de la NSA Edward Snowden étaient "les plus graves" de l'histoire du renseignement américain".

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 51
à écrit le 28/10/2013 à 16:12
Signaler
ne jamais oublier qu' "on est jamais trahi que par ses amis!".

à écrit le 28/10/2013 à 16:04
Signaler
La seule réponse crédible est de généraliser le chiffrement de toutes les communications, courriels, internet,et stockage en nuage. Et éviter le téléphone pour tout échange confidentiel. Le chiffrement peut être réalisé localement par des logiciels ...

le 28/10/2013 à 16:35
Signaler
Effectivement, un collaborateur ingénieur-parano me demande systématiquement d'utiliser un logiciel sous linux qui fonctionne avec une clé lorsque nous échangons des documents concernant des systèmes pas encore brevetés. Le code est visiblement connu...

à écrit le 28/10/2013 à 15:13
Signaler
Il n'empeche que cette histoire a mis a jour l'espionnage a grande echelle effectuée par les américains. A chacun de deviner s'il s'agit de la partie immergée ou non de l'iceberg. Chacun gouvernement commet des méfaits en faisant la vierge effarouché...

à écrit le 27/10/2013 à 19:04
Signaler
la domination (occidentale... bémol ... chinois et russes .. ne sont pas en reste) "ne faites plus ça "... .. "il ne faudra pas recommencer " ... dans les bureaux de la NSA, CIA, ... ... ils doivent se marrer !!!!!!!!!...

à écrit le 27/10/2013 à 16:04
Signaler
après la "frappe dure de toumou" Obama doit être vert de trouille dans ces petite souliers

à écrit le 27/10/2013 à 16:03
Signaler
Du général Alexander, patron de la NSA: "C'est promis, demain j'arrête".

à écrit le 27/10/2013 à 15:54
Signaler
Après mure réflexion , en tant que 1ère puissance mondiale , pourquoi "big brother" ne pourrait-il pas superviser les faits et gestes plus ou moins bien inspirés de personnalités éminentes afin de les conseiller , réprimander , voir sévir , et les re...

à écrit le 27/10/2013 à 13:58
Signaler
En tout cas NONO Hollande est enchantante,quelqu'un veut bien l'ecouter.

à écrit le 27/10/2013 à 11:52
Signaler
Comment Snowden a t' il pu avoir accès à de si importantes informations ? Et si toute cette histoire n'était qu'un coup monté destiné à provoquer le désordre ? Comment expliquer tellement d'apathie de la part de nos gouvernements ? Pourquoi tant d'in...

à écrit le 27/10/2013 à 10:54
Signaler
Pour moi bien sûr !... car, à l'origine, les américains ont créé la téléphonie satellitaire pour leur propre compte. Le monde entier s'est évidemment jeté sur le produit pour l'aspect pratique et pas du tout en pensant à l'écoute permanente. Il me se...

à écrit le 27/10/2013 à 10:37
Signaler
La chanceliére ne réglé pas les problémes économiques de son pays à l'aide de son portable, mais les espions américains voulez savoir sa vie intime - Ils prétendent qu'ils ont des valeurs - dORMEZ BRAVES GENS IL EST MINUIT.

le 27/10/2013 à 10:59
Signaler
Emporté par le sujet, la vigilance peut parfois faillir. Cela s'est déjà produit !... des marchés ont été perdus par le passé.

à écrit le 27/10/2013 à 4:02
Signaler
quand Snoden disait que les citoyens français etaient espionne par la NSA personne n'a moufté a la tete de l'Etat ; maintenant que l'on apprend que des hommes politiques sont ecoutes par les USA c'est le branle bas de combat ..... encore une grande l...

à écrit le 26/10/2013 à 21:27
Signaler
Yes we can.

à écrit le 26/10/2013 à 21:24
Signaler
La vraie question ici est de savoir si comme les soviétiques lorsqu'ils ont fait main basse sur les archives nazies, ils ont utilisé ces écoutes pour non seulement pousser leurs pions mais faire chanter une partie de la classe politique pour ce faire...

à écrit le 26/10/2013 à 19:45
Signaler
C'est bien ce vendredi-samedi que Dilma et Angela ont élaboré un document pour L?ONU contre les ricains pour établir de nouvelles règles d'espionnage entre pays alliées Le Brésil et Allemagne réunis , l?Europe va se coucher et les ricains aussi car q...

à écrit le 26/10/2013 à 18:42
Signaler
Ah le fameux code de bonne conduite : quand on ne veut surtout rien faire mais donner l'impression que l'on fait quelque chose, on fait un code de bonne conduite. Exemple : le code de bonne conduite sur la rémunération des dirigeants fait par le mede...

à écrit le 26/10/2013 à 17:50
Signaler
Réaction digne d'une cour de récréation, les américains doivent se bidonner devant tant de naïveté !

le 26/10/2013 à 18:17
Signaler
Les américains sont des gens qui escroquent la planète entière avec leur monnaie PQ , ce qui entraine déjà des cas de famine dans certains pays sous-développés. Voilà , c'est ça , les américains.

le 26/10/2013 à 18:30
Signaler
+1, Paul. Mais je sens qu'ils vont nous créer une "charte" histoire de faire tout de même façade. C'est tout simplement ridicule lorsque l'on sait que les US connaissent TOUS les mouvements bancaires en Europe par le réseau SWIFT des banques. Soit TO...

à écrit le 26/10/2013 à 17:42
Signaler
A un tel délit , c'est de filer une baffe en public au noir.

le 26/10/2013 à 18:08
Signaler
Offrez-lui plutôt un bretzel qui aura plus de chance de passer sa garde rapprochée contrairement aux chaussures.

à écrit le 26/10/2013 à 17:31
Signaler
Nous sommes vraiment gouvernés par des naifs. Croire que les portables de nos gouvernants europeens ne sont pas écoutés. Ils feraient bien de plutot demander aux services ou aux industriels competents de leur fournis des portables sécurisés.

le 27/10/2013 à 8:45
Signaler
Vous dîtes naïfs? Moi, je les trouve lâches et au-delà! Comment accepter le silence et l'inaction de l'Elysée alors qu'en 2012, toutes les composantes de la gouvernance française avaient été visitées? F.H. dit détenir plusieurs pistes, mais ne dit pa...

à écrit le 26/10/2013 à 16:59
Signaler
"Ces derniers "semblent uniquement préoccupés par les écoutes inacceptables de leur téléphone portable, laissant de côté la protection des données des 500 millions de citoyens européens", a-t-il dénoncé." Ben oui il est la le vrai scandale !!!!

à écrit le 26/10/2013 à 16:57
Signaler
Code De Bonne Conduite : les americains donneront ils le code source du code bonne conduite ???

à écrit le 26/10/2013 à 16:56
Signaler
C'est vrai qu'en 40 on avait pas voulu prolonger la ligne Maginot a la frontiere Belge pour ne pas les vexer , on a peut être eu tort

le 26/10/2013 à 18:35
Signaler
Et entrer dans l'otan, vous croyez que c'était une "bonne" idée..??? A QUAND UNE DEFENSE EUROPEENNE.???

le 27/10/2013 à 8:50
Signaler
L'Europe n'existe plus, vu la soumission que l'on constate! Elle a été vendue aux États-Unis! En France, on s'est même gardé, lâchement, de parler de l'espionnage qui s'est produit au niveau de l?Élysée, juste pour en préserver les auteurs!

à écrit le 26/10/2013 à 16:55
Signaler
et si les americains espionnaient les francais simplement parce qu'ils savent facilement traduire le francais , alors que pour le Chinois c'est une autre histoire

à écrit le 26/10/2013 à 16:52
Signaler
Messieurs de la NSA ,nous souhaiterions donc edicter un code de bonne conduite 1) si vous n'etes pas pris , pas de problème 2) si vous êtes pris une fois, on emet une petite critique 3) si vous êtes pris deux fois , on emet une deuxieme petite cri...

à écrit le 26/10/2013 à 16:46
Signaler
c'est vraiment dommage pour les roms qu'ils ne soient pas traités avec autant de bienveillance par les autorites . Plus t'es petit plus on te pate dessus , plus t'es gros plus on s'ecrase , ils sont minables nos politiques , quand je pense qu'ils von...

à écrit le 26/10/2013 à 16:15
Signaler
Pour les américains, qui n'ont aucune morale, tout est marché, donc tout ceci est à considérer comme un jeu, d'offre-demande, de bouclier-épée; et donc il faut répondre en conséquence, les américains nous montrent qu'on ne protège pas assez nos donné...

à écrit le 26/10/2013 à 16:14
Signaler
Et si l' espionnage ne provenait pas de la NSA mais du fidèle allier le Mossad....bras droit des Us . Récemment la France a subi une cyber attaque en provenance de Jérusalem...oups! de la part de nos médias...

le 26/10/2013 à 16:54
Signaler
je voudrais pas te vexer @roro mais le Mossad doit avoir des choses plus importantes a faire .

le 26/10/2013 à 17:45
Signaler
@ ronron ; Au risque de te surprendre je suis d'accord avec toi....la question, c' est sur quel sujet ? je t' aide . Qu' elle est la préoccupation principale de Benyamin Netanyahou....?

à écrit le 26/10/2013 à 15:26
Signaler
Le NSA, nous la masse des Français (ceux qui payons les IMPÔTS LOCAUX), ça ne nous dérange pas d'être espionnés. L'ensemble du PEUPLE FRANçAIS n'en a rien à faire

le 26/10/2013 à 15:52
Signaler
@34 ...vous êtes courte vue ... et si votre entreprise est pillée ... que ce pillage informatique vous envoie à Paule Emploi puis à la CAF 2 ans après ... vous ou vos enfants ... vous n'en n'avez rien à faire ?

à écrit le 26/10/2013 à 14:56
Signaler
C'est un secret de polichinelle. Cela fait des années que l'Europe est espionné et très probablement en accord avec nos dirigeants. En effet, nous n'avons pas les moyens techniques et financier pour surveiller nos réseaux. Et nous en savons plus que ...

le 26/10/2013 à 15:56
Signaler
Il est exact que de Chirac à Hollande en passant par Sarkozy, le régime coupe faim est imposée à l'Armée Française pour engraisser les CRS et les fonctionnaires du mille feuille ... se traduit par l'anorexie de notre défense nationale ...

à écrit le 26/10/2013 à 14:53
Signaler
A comparer niveau code de bonne conduite nous on s'y connais quand il s'agit d'espionnage ex : Raibow Warrior. Franchement ils doivent bien se marrer les américains, surtout qu'ils doivent être au courant plus que nous des errements français en la ma...

à écrit le 26/10/2013 à 14:39
Signaler
Rien de tel pour ressouder la population autour de soi de se présenter comme "malin" ou "victime" le système marche pour toutes les parties. On ne se laissera pas prendre à ces pièges grossiers destinés à faire passer le temps. L'espionnage existe, i...

à écrit le 26/10/2013 à 12:02
Signaler
Code de bonne conduite, à mon avis les américains s'en foutent et la sécurité dans ce domaine est illusoire. La seule chose qui peut les faire reculer, c'est de toucher à leur portefeuille. Les moyens ne manquent pas, il suffit d'une volonté politiqu...

le 26/10/2013 à 16:50
Signaler
Combat, c'est le bon terme. Le souci c'est que les européens ont rien de plus que des couteaux émoussés. C'est pas comme les USA ou la Chine qui ont une vraie vision du combat depuis un petit moment déjà...

à écrit le 26/10/2013 à 11:59
Signaler
Si on est écouté, c'est peut être que ce que nous disons intéresse!! Alors noyons les par notre intelligence! Pour l'instant nous leur facilitons le travail de tri en jouant les perroquet!

à écrit le 26/10/2013 à 11:44
Signaler
Bof, c'est comme pisser dans un violon! ça date pas d'hier...

le 26/10/2013 à 15:00
Signaler
Effectivement je vous rejoins, comme si subitement les européenns découvraient la vérité...bref encore du pipo...

à écrit le 26/10/2013 à 11:24
Signaler
La première leçon à tirer de ces espionnages qui seront SANS FIN, c'est qu'il est urgentissime et requis de poser nos illusions sur le "cloud computing" et de faire marche arrière toute sans jamais y revenir. QU'EST-CE le "cloud computing" ? Ce n'est...

le 26/10/2013 à 12:18
Signaler
Toucher le portefeuille américain, il n'y a qu'à rendre illégal le "coud computing" ... tous les serveurs "maîtres" du "cloud computing" sont américains ... ce sont eux qui ont inventé cette supercherie qu'est le "coud computing"... arrêtons d'êtres ...

à écrit le 26/10/2013 à 11:17
Signaler
Ils auront sûrement le code mais il reste la conduite!

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.