Les jeunes diplômés toujours plus freinés à l'embauche

 |   |  762  mots
L'obtention d'un diplôme n'est que le début d'un long chemin semé d'embûches pour les jeunes avant de parvenir à décrocher un premier emploi. /Reuters
L'obtention d'un diplôme n'est que le début d'un long chemin semé d'embûches pour les jeunes avant de parvenir à décrocher un premier emploi. /Reuters (Crédits : Reuters)
Les jeunes diplômés rencontrent des difficultés lorsqu'il s’agit de trouver un premier emploi et font face à plusieurs obstacles : bas salaires, manque d’expériences, études trop longues... sans oublier les filières dites bouchées et les disparités entre hommes et femmes. La Tribune revient sur ces principaux freins à l’emploi des jeunes.

Il n'est pas simple d'aborder un premier emploi, même lorsqu'on est "sur-diplômé". Parmi les premières déceptions : le salaire. En effet, selon une étude publiée mardi par la Conférence des Grandes Ecoles (CGE), les salaires à l'embauche des jeunes diplômés de grandes écoles ont diminué.

Cette tendance s'observe pour les managers et les ingénieurs qui, à la première embauche, ont vu leurs rémunérations moyennes diminuer ces dernières années : de 7% pour les managers et de 2% pour les ingénieurs entre 2005 et 2014. Depuis leur sortie d'école en 2013, un manager et un ingénieur gagnent un peu plus de 29.000 euros (brut annuel, hors primes) contre respectivement, 31.500 euros et 29.500 euros en 2005.

Un temps de recherche qui s'allonge

En plus d'un premier salaire en baisse, "on propose moins d'emploi aux jeunes diplômés, qui décident plus vite d'accepter ou pas une offre ", souligne Bernard Ramanantsoa, directeur général de l'école de commerce HEC.

80,5% des élèves diplômés en 2013 d'une grande école de commerce ou d'ingénieur décroche un emploi 12 à 18 mois après la sortie d'école, contre 81,5% l'année précédente, selon l'étude.
Une baisse du taux notable qui reste cependant assez élevé au vu du contexte général pour les jeunes diplômés. Les ingénieurs et managers restent donc une branche isolée assez bien lotie.

En revanche, les jeunes diplômés de moins de trois ans, toutes branches confondues, sont encore 49% à rechercher un premier emploi contre 45% l'année précédente selon un rapport publié sur "l'humeur des jeunes diplômés" fin janvier par le cabinet Deloitte.

En 2014, la durée de recherche dépasserait cinq mois, soit sept semaines de plus qu'en 2013. La part de jeunes en recherche s'est même accrue de quatre points en un an.

Un manque d'expérience handicapant

Toujours selon cette étude réalisée en partenariat avec l'Ifop, le manque ou l'absence d'expériences serait, pour un jeune sur deux, le frein principal à leur employabilité. Cette dernière donnée concerne spécifiquement les titulaires d'un diplôme de niveau Bac à Bac+5 depuis moins de trois ans en poste, ou en recherche d'emploi dans le secteur privé. La principale explication résiderait dans le manque d'opportunités de réaliser des stages à l'université, ce qui empêcherait les étudiants d'acquérir de l'expérience.

Aujourd'hui, être moins diplômé serait même plus avantageux lors de la recherche d'un travail. Un jeune titulaire d'un Bac+2 aurait en effet plus d'opportunités qu'un titulaire d'un Bac+5.
La raison est simple : les jeunes les moins diplômés auraient d'avantage d'offres d'emploi réparties dans les différentes régions et dans les différents secteurs, selon le baromètre du moteur de recherche d'offres d'emploi Adzuna publié mardi 10 juin par le magazine Challenges.

Des études orientées vers des filières "bouchées"

Des études plus courtes mais aussi mieux orientées seraient le mariage parfait pour décrocher un premier emploi. Privilégier les filières manuelles, souvent délaissées, serait le meilleur choix pour résoudre les problèmes d'emploi en France selon Jean-Marc Mickeler, associé directeur des Ressources Humaines chez Deloitte.

Il précisait d'ailleurs en avril dernier :

"Il faut éviter d'alimenter des filières dites "bouchées" par exemple, mais il convient aussi de valoriser davantage les filières manuelles, filières courtes, considérées comme noble ailleurs. Cela renvoie à un changement nécessaire et profond de notre société".

En outre, les hommes et les femmes ne seraient pas sur un pied d'égalité face au premier emploi. Selon l'étude publiée par la Conférence des grandes écoles, 59.4% des femmes issues d'une école d'ingénieurs accèdent à l'emploi un an après la sortie de l'école, contre 64.1% pour les hommes. Les femmes sont également plus nombreuses à obtenir un CDD, 27.1% contre 12.5% pour les hommes.

La "fuite des cerveaux" inévitable

Face à ces difficultés certains jeunes diplômés choisissent l'exil. Régulièrement appelée "la fuite des cerveaux", cette course hors de France des jeunes est de plus en plus fréquente. Sur l'ensemble des jeunes français diplômés, 27% envisageraient un avenir professionnel à l'étranger en 2014, selon l'étude menée par le cabinet Deloitte en janvier dernier. Une forte progression depuis 2012 où la part de ces jeunes n'étaient que de 13%. Le Canada, les Etats-Unis, le Royaume-Uni et enfin l'Australie seraient les principaux "eldorado" de ces têtes pensantes.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/12/2014 à 10:16 :
Arrêtons ces articles bidons qui ne servent qu'à booster les ventes...Quant à considérer les Bac + 5 comme des cerveaux, on croit rêver. Revenons un peu sur terre....haussons la sélection dans les études et la France ira mieux ensuite...Ca évitera de donner bac + 5 voir bac+ 2 à des innocents casqués avec capuche et slip apparent...
a écrit le 09/08/2014 à 3:00 :
C'est la gérontocratie...
a écrit le 06/07/2014 à 5:14 :
Il y aurait en France une pénurie de logement... mais alors que font les entreprises chargées de la construction. Il parait que notre bureaucratie fabrique des ponts qui ne vont nulle part... on joue au pont de la rivière kwaï? On nous sort qu'on devient euro sceptique, seulement l'Europe du chômage qui en veut? On aurait par les excès de normes, on aurait détraqué le marché du logement? On nous parle d'un consensus des économistes, mais alors l'Europe c'est ubu roi? On aurait un Parlement de crétins qui feraient n'importe quoi? Alors quel est le but de la société, le maximum du chômage? Depuis des années on force les gens à des emplois sous-qualifiés, mais alors pourquoi parle-t-on de croissance? Et mieux, notre système social serait caduc: les retraites ne cessent de baisser... n'aurait-on pas une vaste arnaque d'une clique de pique assiette? On nous dit il faut du réseau pour trouver un emploi... seulement si nos diplômés, 50% n'ont pas de réseau pour leur téléphone filaire, comment on relance l'économie? Alors pourquoi ne pas demander une subvention au téléphone social qui n'est pas payé?
a écrit le 25/06/2014 à 14:29 :
On voit des avocats au barreau au smic à 60h par semaine et des intermittents techniciens vidéo à 3500 net... Le mérite républicain c'est quoi? Si on laisse 50% des diplômés au chômage... ça fait du monde! C'est un système bizarre.
a écrit le 19/06/2014 à 13:22 :
une véritable honte, en France, de ne pas donner leur chance aux diplômés! avec ça, on ne risque pas d'avancer et de voir un peu de jeunesse même en politique, que de décénnies en décennies devoir se taper des hectoplasmes en gérontologie !
Réponse de le 19/06/2014 à 15:16 :
faudra pas non plus s'étonner, qu'ils se cassent ailleurs ! un pays qui n'emploient pas ses diplômés, est un pays foutu ! mais, ça on le savait déjà ! on fait rentrer des gens qu'il faut "aider", mais nos diplômés, on les force à partir! BRAVO !
a écrit le 19/06/2014 à 12:59 :
Et si le manque de diplomés niveau cap, bep de bon niveau impactait quelque chose pour les bac+5?
Et la dans les lycées professionnels il n'y a pas foule, que les recalés des autre lycées, et les nanas?
Evaporées les nanas, en maintenance 1 pour 25 gus!
C'est pas le tout d'être ingé s'il n'y a personne à commander? ou chirurgien sans infirmières et aides soignantes (c'est un exemple.
Partout je remarque des manques de professionnels et des boïtes en stand bye.
Pourquoi embaucher un cocher si on n'a pas de chevaux!
Réponse de le 19/06/2014 à 13:51 :
Je vous rassure toute le monde ne peut devenir Ingénieure ou chirurgien : N'est pas ingénieure ou docteur qui veut. Il suffit juste de voir la grande lessive à la première année en médecine et les tests de sélection pour intégrer une grande école.
Réponse de le 19/06/2014 à 16:14 :
Je suis d'accord avec vous, Jason Bourne, que tout le monde ne rentre pas dans les grandes écoles. Mais il serait peut être intéressant aussi de sélectionner mieux à l'entrée en seconde et surtout en première générale et d'arrêter d'envoyer au casse pipe dans les facs ( lettres, SH, sciences), des jeunes qui n'en ont manifestement pas le niveau et ne trouveront pas de boulot même s'ils ont le diplôme. Ce qui, de plus, contribue à dévaluer les diplômes universitaires?
Réponse de le 19/06/2014 à 20:15 :
@pemmore...
La question n'est pas de faire une sélection à l'entrée du lycée mais plutôt la question est d'arrêter de faire croire à tout les jeunes lycéens qu'ils pourront faire le métier qu'ils veulent selon les études choisies ! C'est ça le plus gros mensonge de l'éducation nationale ! En effet, l'économie française ne pourra jamais donner du travail à toutes les personnes sortant de l'université une fois le diplôme obtenue ! En effet, le nombre de postes dits "intellectuel" en France est assez limité car la structure du marché de l'emploie français est composé pour une grandes majorité de métiers non-"intellectuel" , jamais la France (et aucun autre pays européen) ne pourra donner du travail à 4000 biologistes; 4000 sociologue, 4000 physiciens , 4000 historiens de l'art , 4000 psychologue; 4000 ect... qui rentrent chaque année sur le marché du travail.
Voilà pourquoi certaine filière sont devenue de vraies usines à chômeurs.
Bref; la plupart des emplois à pourvoir sont des emplois BAC+2; BAC Pro; BEP.
Il n'y a que dans l'informatique auquel le BAC +5 est très recherché.
a écrit le 19/06/2014 à 12:12 :
sur-diplomé à 45 ans, je confirme qu'il est difficile de trouver du boulot !!!
a écrit le 19/06/2014 à 8:30 :
Et ne pas oublier aussi quand un jeune fait une deuxième formation après sa première même s'il a déjà bosse retombe dans la catégorie jeune diplômé... C'est vrai aussi pour les personnes en reconversion. Tout est fait pour diminuer les salaires.
Réponse de le 19/06/2014 à 15:17 :
...et aux autres de s'enrichir grassement sur notre dos !!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :