"La France doit suivre l'exemple de l'Allemagne et de la Suède" Jean Tirole

 |   |  284  mots
Je ne serais pas en France si je ne croyais pas en la France a déclaré Jean Tirole.
"Je ne serais pas en France si je ne croyais pas en la France" a déclaré Jean Tirole. (Crédits : Reuters)
Le prix Nobel d'Economie Jean Tirole conseille à la France de suivre les modèles de ces pays qui ont su faire "beaucoup de réformes."

S'inspirer des modèles étrangers qui marchent. Voilà le conseil du prix Nobel d'Economie Jean Tirole au gouvernement français. En déplacement à Stockholm où il recevra mercredi son prix des mains du roi de Suède, Carl XVI Gustaf, le professeur de la Toulouse School of Economics a estimé que Paris devait "préparer l'avenir" et ferait bien de suivre l'exemple de ce pays qui a revue en profondeur son modèle dans les années 1990.

"Nous devons suivre l'exemple de pays comme l'Allemagne et la Suède, qui ont connu des moments difficiles et ont fait beaucoup de réformes", a déclaré dimanche Jean Tirole lors d'une conférence de presse à Stockholm. "Nous devons faire des réformes pour que les gens retournent au travail, par exemple le taux de chômage en France est très élevé (...) et aussi réformer l'État, ce que beaucoup de pays ont fait."

Diminution de la pression fiscale

Après avoir traversé une grave financière dans les années 1990, la Suède e en effet entrepris de vastes réformes structurelles, réduisant ses dépenses de santé, refondant son système de retraite, abandonnant les subventions à l'emploi ou au logement. Depuis 2006, le gouvernement conservateur a mené des réformes libérales à marche forcée, en diminuant notamment la pression fiscale, en supprimant les droits de succession, et en imposant des conditions plus strictes pour les allocations chômage. Le ratio des dépenses publiques sur le produit intérieur brut est ainsi tombé à 53%, contre 71% à son pic en 1993.

"Je ne serais pas en France si je ne croyais pas en la France" a toutefois ajouté Jean Tirole sur une note plus optimiste.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/12/2014 à 1:44 :
Les Français ont dit NON en 2005 NON a cette Europe !
Nous ne voulons pas non plus du TAFTA
Que devons nous faire desormais ?
VOUS VIRER TOUS !
a écrit le 09/12/2014 à 4:26 :
N'est-ce pas stimulant d'avoir tant de choses à faire et donc devoir réformer en si peu de temps pour sauver la France donc l'Europe donc le monde !
Allez, on veut y croire.. il faut y croire.
Réponse de le 12/12/2014 à 1:51 :
@xavier-marc LOL
a écrit le 08/12/2014 à 21:50 :
La Suède et l’Allemagne ont bénéficié de circonstances particulières pour réussir leur politique d’ajustement.

Dans les années 2000 l’Allemagne menait une politique économique de compétitivité pendant que ses voisins faisaient pour la plupart une politique de la demande. La complémentarité des deux a facilité la réussite de la politique allemande et avec un effet retardé a fini par enfoncer les pays qui faisaient une politique de la demande dont la France. Aujourd’hui tous les pays de la zone euro doivent faire en même temps des politiques de compétitivité et on remarque que les pays en difficulté de la zone euro qui ont fait des politiques sévères de compétitivité se sont très lourdement enfoncés et ne remontent que timidement.

Dans les années 90 pour réussir sa politique d’ajustement, la Suède a pu bénéficier d’une dévaluation nationale de la monnaie et d’un contexte extérieur porté par une forte croissance, deux circonstances dont ne peut pas bénéficier la France aujourd’hui. De plus faire une politique de compétitivité qui va alléger les prélèvements sur les entreprises en réduisant la dépense publique, tout en respectant les contraintes budgétaires européennes et le cadre institutionnel de la zone euro, pour que ça marche, il faudrait vraiment une chance inouïe, on en a l’expérience maintenant. Du reste nos gouvernements ne savent plus comment faire et ce n’est pas pour rien.
a écrit le 08/12/2014 à 19:30 :
Coût du chômage, RSA, CMU 40 milliards soit 2% du budget Français ! Même avec une réforme drastique, on peut gagner 5 milliards .Et c’est avec ça qu’il veut relever le budget français ! Ou passe les 98% restant ? Ou passe donc ce fameux budget formation ?
Si notre Etat (y compris certaines entreprises) payaient les redevances SS notre budget santé serait certainement différent.
En ce qui concerne la retraite…Beaucoup de gens ont fait 39h et 40 ans alors ou est le Pb ?
En ce qui concerne nos voisins les Allemands, ils doivent hurler de joie de savoir qu’ils vivent dans un pays riche et puissant alors qu’ils gagnent ~ 6€/ l’heure.
Je pense que Mr Jean Tirole à part des rapports en anglais bardé d’équation (mal paramétrées) n’a jamais été dans une usine et encore moins discuté avec des ouvriers, si non il parlerait autrement ….
Réponse de le 09/12/2014 à 2:18 :
Les intérêts de la dette publique et l'éducation nationale sont les deux plus grosses dépenses publiques en France. Au lieu de s'en prendre aux chômeurs, pourquoi pas réduire le nombre de fonctionnaires et rembourser les dettes publiques ? Les politiciens français doivent ils attendre une révolution type 1789 pour enfin agir avec courage ?
a écrit le 08/12/2014 à 18:17 :
Mr Tirole à raison, mais le hic, c'est que quantité d'autres économistes pensent le contraire.
Ce qui tend à prouver que l'économie n'étant pas consensuelle, ce n'est pas vers elle qu'il faut se retourner pour régler les problèmes.
a écrit le 08/12/2014 à 18:13 :
Cette évidence ne prend que plus de force dans l'expression d'un expert. Cependant, l'évocation d'une marche forcée, ne s'exerce pas spécialement dans le domaine économique en général, bien que la mondialisation doit être corrigée en bien des points. La vraie question question est: opérer à des changements, Oui, mais pour quelle orientation du pays. Si c'est pour poursuivre en cavalier seul, face aux grandes puissances; alors ce n'est que reculer devant les enjeux mondiaux de demain.
a écrit le 08/12/2014 à 16:24 :
Il donne l'exemple de la Suède, mais la Suède n'est pas membre de la zone euro.
Il donne l'exemple de l'Allemagne, mais l'euro a été adossé au DM allemand
Réponse de le 08/12/2014 à 20:52 :
Bon si il faut passer à la couronne suédoise, pourquoi pas.
a écrit le 08/12/2014 à 16:08 :
Mr Pirole est un vrai économiste : il dit les choses comme elles sont.
a écrit le 08/12/2014 à 15:40 :
Surtout pas ! Pourquoi toujours copier, reprendre, comparer l' incomparable etc ... Cette nécessité de toujours s' en référer à un " modèle " extérieur et nécessairement différent ... ?
a écrit le 08/12/2014 à 14:04 :
Les résultats du chômage :
2006 : 8.1 % (France : 9.4%)
2014 : 10.1 % + 2 points (France : 10.5.% + 1 point)

C'est clair que les résultats de la politique suédoises ont porté leur fruits puisque l’augmentation du chômage est 2 fois plus importante qu'en France
a écrit le 08/12/2014 à 12:52 :
Suède : 71% (1993) -> 53% (aujourd'hui)
France : 53% (aujourd'hui)
Bon ça va. ça devrait pas être trop dur d'imiter la Suède.
a écrit le 08/12/2014 à 11:32 :
Supprimer l'Ecole Polytechnique et l'ENA et en venir à de Vraies Universités sélectives et qui forment des cadres et intellectuels du privé et non pour l'oligarchie de la haute fonction publique qui ruine et suce le sang de la France
Réponse de le 08/12/2014 à 12:38 :
La France.... c'est justement ce que l'on veut supprimer et tout ça parce elle a eu le tord de participer a l'UE!
Réponse de le 08/12/2014 à 13:11 :
Principe français : "L’administration des choses remplacera le gouvernement des hommes" Comte de Saint-Simon......et l'administration étant dépendante des politiques, les autorités de supervision des politiques (Challenges du 7/10/13, Jean-Michel Naulot de l'AMF), la comptabilité des politiques (Les Echos 15/10/13, Monsieur Claude Lopater démissionnaire de l'Autorité des normes comptables), le juridique des politiques selon les déclarations (entre autres) de Jean-Louis Nadal ex-président de la Cour de cassation et la reconnaissance du procureur André Ribes dans "Le Monde 19 octobre 2013" des manipulation de jugement (eh oui!) et les politiques des lobbyies...
Réponse de le 09/12/2014 à 2:24 :
Pourquoi pas interdire aux élèves intelligents d'avoir des bonnes notes et tout niveler par le bas ? Grace à ce genre d'idées, il ne restera plus rien d'intelligent ni de bon en france, il ne restera que des médiocres !
a écrit le 08/12/2014 à 10:59 :
Bonjour,
Et les bouleversements SOCIOlogiques qui arrivent ? Faire des maths, c'est cool mais encore faut-il que la base des raisonnements soient adaptées non au présent mais aux formidables changements (qui sont des opportunités) qui arrivent. Une économie viable est basée sur les ressources (et non les sous-ressources et la paupérisation volontaire) des Peuples, sur une équilibre entre les entrants et les sortants (y compris dans leurs conditions, conditions de coûts de production etc...). La théorie qui va bien dans l'environnement du moment, c'est gentil mais il y a certainement mieux à faire en terme de réalité, de crédibilité etc... A quand la fin du mark to market qui fausse TOUTES les analyses et donc tous les raisonnements ainsi que leurs conclusions ?
A quand la mise en place du Fonds de Stabilisation Boursier
A quand la fin du silence des journalistes sur la désinformation, l'abus de confiance et l'escroquerie boursières de leurs lecteurs ?
A quand la fin de l'acceptation des professionnels de la gestion de patrimoine et des banquiers sur la désinformation, l'abus de confiance et l'escroquerie de leurs clients ?
Merci à La Tribune
a écrit le 08/12/2014 à 9:57 :
du FMI et du capitalisme financier anglo saxon. Je lui ai écris à sa fac de Toulouse, trois courriers, pas une seule réponse donc ça donne une idée du blaireau.
a écrit le 08/12/2014 à 9:26 :
Ce monsieur ne vas certainement pas critiquer le modèle qui le récompense. C'est d'ailleurs toujours ceux qui disent ce que les gouvernements veulent entendre qui reçoivent ces distinctions... Yaurai comme un petit conflit d'intérêt que cela ne m'étonnerait pas. Des économistes Allemand reconnaissent que les réformes faites dans leur pays ne fonctionnent qu'à court terme. La crise Européenne et le cours de l'euro leur est pour l'instant favorable. Mais leur démographie est catastrophique et le pire est à venir. Bruxelles encourage d'ailleurs les chômeurs européen à s'expatrier en Allemagne. La Suède, elle, dispose d'une rente énergétique qui lui permet de ne pas s'endetter. Elle peut donc investir facilement dans la recherche et faire des réformes coûteuses. Il est impossible d'appliquer la même recette économique pour tous les pays.
Réponse de le 08/12/2014 à 9:54 :
C'est faux, vous confondez la Suède et la Norvège, vraiment arrêtez svp.
Réponse de le 08/12/2014 à 10:08 :
...la Suede dispose d'une rente energétique ? laquelle?vous ne confondez quand meme pas avec la Norvege
Réponse de le 08/12/2014 à 10:20 :
Une rente energetique pour la Suede ...... laquelle ?
Réponse de le 08/12/2014 à 10:27 :
Et c'est quoi votre recette miracle à appliquer à notre pays ??? Des recettes anti-employeurs pour inciter à créer des emplois ???
Réponse de le 08/12/2014 à 13:44 :
Presque 50% des besoins énergétiques de la Suède sont d'origine hydroélectrique. Elle exporte aussi beaucoup de minerais, ce qui facilite généreusement l'équilibre budgétaire...
Réponse de le 09/12/2014 à 2:25 :
N'essayez pas de vous rattraper. L'hydroélectrique suédois n'est pas une rente. Vous avez confondu la Norvège et la Suède.
a écrit le 08/12/2014 à 9:03 :
Socialement parlant défendre 1 personne et faire couler une boîte n'est pas forcément la meilleure des solutions...
Limiter la puissance des prud'hommes pour les PME semblerait une bonne solution pour les PME de moins de 50 salariés et spécialement pour celles de moins de 10 salariés.
Laisser 3 ans aux entreprises pour respecter les nouvelles règles après un franchissement de seuil.
Officialiser des dénominations pour les tailles d'entreprises pour que les seuils soient perçus comme des objectifs et non des obstacles :
1 = Monoentreprise
<6 = TPE
<16 = PE
<50 = ME
<250 = ETI (définition différente d'aujourd'hui)
<600 = Petit Groupe
<2500= Moyen Groupe
>2500= Grand Groupe
a écrit le 08/12/2014 à 8:59 :
Si on faisait des comparaisons entre le cout du travail et le prix de l'énergie, on verrait peut-être que le prix trop bas de l'énergie en France n'est pas favorable.
a écrit le 08/12/2014 à 8:45 :
On est pas des Allemands ou des Suédois ni des Américains...
Quand est ce que les Français vont arrêter de se prendre pour des Germains ou des New Yorkais ?
Normal avec toutes ces séries télé, les françaises se prennent maintenant pour des desperate house wives et les français pour des docteur house ! Cette propagande gangrène les cerveaux.
a écrit le 08/12/2014 à 8:41 :
Alors c'est le moment de faire les réformes : FERMETURE DES ADMINISTRATIONS PUBLIQUES SANS UTILITÉS OU EN DOUBLONS, RÉDUCTION MASSIF DE FONCTIONNAIRES ET LICENCIEMENT DE CEUX SANS TACHE DE TRAVAIL, AUGMENTATION DES HEURES DE TRAVAIL AGENTS PUBLICS, TERRITORIAUX, CHU, CONTRÔLE DE L’ABSENTÉISME, ALIGNEMENT DES DROITS SUR LE PRIVE, FIN DES PRIVILÈGES ET AVANTAGES Y COMPRIS LES PARLEMENTAIRES, RÉDUCTION DE SÉNATEURS, DÉPUTES, PRIVATISATION ENTREPRISES PUBLIQUES, ETC, ETC, ETC MAIS TELLEMENT PLUS FACILE DE TAPER SUR LES CHÔMEURS C'EST A DIRE LES PLUS FAIBLES ET SUR LA SOCIÉTÉ CIVILE DONT MONSIEUR JEAN TIROLE EST EXCLU DONC NE TOUCHEZ PAS A MON ASSIETTE...
Réponse de le 08/12/2014 à 8:55 :
entièrement d'accord pour les réformes publics territoriales chu sans oublier edf gdf sncf ratp... et l'éducation nationale dont les enseignants, qu'il faut remettre au travail, se croient dans un club med pendant que le niveau des élèves baissent sans discontinuent
Réponse de le 08/12/2014 à 8:57 :
Les contribuables du privé ne veulent plus payer pour cette caste de nabab de 5 millions de fonctionnaires et des monarques politiques qui ne montrent pas l'exemple
a écrit le 08/12/2014 à 1:31 :
Un CDI auquel on puisse mettre fin selon un cout connu à l'avance, et donc sans risque de prud'hommes,
Une absence de seuil social qui vous empêche de créer un emploi supplémentaire... le reste est secondaire..au boulot. Messieurs du gouvernement!!!
a écrit le 08/12/2014 à 0:17 :
Les amis il faut se rendre à l'évidence que les tenants du libéralisme sont en passe de gagner car pour eux le travail est un bien comme un autre l'équilibre aura lieu quand l'offre égalisera la demande à un niveau de salaire définit par le marché...l'idée qu'il ait un salaire minimun ou même une législation sociale très protectrice des salairiés et contraignante pour les entreprises, fausserait l'équilibre de ce marché.
L'objectif étant de tirer tous les salaires vers le bas, de reduire les impôts à leur portion congrue à l'opposé augmenter les marges, les bénéfices et les dividendes des actionnaires.
Je suis d'accord à ce que des réformes importantes soient entreprises pour perenniser notre modèle social, assurer l'équilibre du système des retraites, rééquilibrer les comptes publics et résorber le déficit de la sécu....sinon nous serons dans l'obligation de changer radicalement de modèle de société.
Réponse de le 08/12/2014 à 0:34 :
La question n'est pas le libéralisme

La question est la survie de notre economie
Prôner les deficits et l'inefficacité de l'état c'est de la folie
Réponse de le 08/12/2014 à 1:33 :
@alex : on peut aussi rester avec 5 millions de chômeurs...!!
Réponse de le 08/12/2014 à 11:06 :
La gauche hysterise le debat : avant l'insulte supreme c'etat fascite maintenant c'est lliberal. Pour moi ce qui compte avant tout c'est la liberte economique, approche qui a fait ses preuves contrairement, au socialo-etatisme francais, doctrine qui organise le declin economique.
a écrit le 08/12/2014 à 0:07 :
La quasi totalité des commentaires s'insurgent contre le principe même de réformer.. ne changeons rien et attendons que ca s'améliore tout seul, on a le président qu'il faut pour cela, dans la droite ligne de ces prédécesseurs. Sauf qu'il ne faut pas rêver, on ne sera pas tiré de notre léthargie par le baiser d'un prince charmant mais par la remontée des taux, ce jour là on sera toujours en train de pioncer et la réforme se fera non plus de gré mais de force.
Réponse de le 08/12/2014 à 12:56 :
Sortir de l'UE et de l'euro et nous remettre au travail pour survivre!
a écrit le 07/12/2014 à 22:03 :
Il n'y a jamais eu de prix Nobel d'économie. Juste une contrefaçon.
Et si ce monsieur n'a rien de plus original à dire que :"Nous devons faire des réformes pour que les gens retournent au travail, par exemple le taux de chômage en France est très élevé" il mériterait un prix de la médiocrité intellectuelle.
a écrit le 07/12/2014 à 21:21 :
Quand les Français fabriqueront des Mercedes ou des Audi, les poules auront des dents. C'est cuit. Il nous reste le Moulin Rouge et l'andouillette. Le socialisme détruit ce pays depuis 1981. Hollande a terminé le boulot.
Réponse de le 07/12/2014 à 22:12 :
En même temps, les Audi avec leur image de marque de nouveaux riches et leur fiabilité toute pourries, ils peuvent se les garder.
Réponse de le 08/12/2014 à 4:59 :
Mais chaque pays a ses spécialités et ses traditions, sa culture !
Pourquoi les Français doivent imiter comme des idiots des habitants des pays étrangers, c'est impossible que cela marche !
Moi ça me fait pitié voir des Françaises se prenant pour des New Yorkaises, ou des femmes de Berlin !
Soyons nous memes, et arrêtons d'idéaliser les Allemands ou les Américains, c'est à cause de cela que nous sommes devenus si minables !
a écrit le 07/12/2014 à 21:18 :
Juste une précision: la crise est une crise financière ,elle n'est pas due aux salariés qui auraient trop de droits comme le dit Tirole, mais à un délire spéculatif . Les solutions de la Suède et de l'Allemagne conduisent à compresser encore les salariés pour donner satisfaction aux spéculateurs off shore qui ne payent plus d'impôt . Mais après le Big Krach obligataire les états ne pourront plus s'endetter pour renflouer les banques véreuses,et ils devront interdire tout ce qui n'a plus rien à voir avec l'économie: les CDS,les VAD, les LBO ,le high frequency trading et ..... les "paradis fiscaux" Hollande le fera, il sera notre Roosevelt
Réponse de le 07/12/2014 à 21:33 :
Hollande ne sera pas Roosevelt, il ne sera rien car il n'est rien. La France consomme ce qu'elle ne produit pas, elle s'endette, cherche des responsables à sa débâcle et croit qu'elle compte encore dans le monde. Elle est au mieux un sujet de tristesse et au pire un sujet de mépris à l'étranger.
a écrit le 07/12/2014 à 19:52 :
C marrant il prend l'ex de 2 pays qui ont fait des réformes libérales. Ils commencent à nos gonfler à vouloir imposer des modèles sans parler des côtés moins reluisant de ces mêmes modèles
Réponse de le 07/12/2014 à 20:24 :
et ceux qui veulent continuer a nous endetté nous gonfle sevéres

les allemands ont connus l écroulement de la monaie et ils ont bien raison de mettre la pression pour qu on devienne un peu serieux et surtout qu on tienne notre parole
a écrit le 07/12/2014 à 19:21 :
Si l exemple c est de voir une grande partie de la population sans diplôme ou n ayant pas eu la chance d avoir des parents riches ou éduques de voir s offrir des emplois a 3euros de l heure alors je suis contre.. Et oui je ne suis pas concerne mais je pense que cette population ne mérite pas de revenir au temps de Zola .faut il revenir au 19ieme siècle? C est la seule proposition de nos énarques ou polytechniciens ?
Réponse de le 08/12/2014 à 10:31 :
rassurez-vous, on ne revient pas au temps de Zola... par contre, on se rapproche dangereusement du chômage des années 30 ... avec un gouvernement qui ne comprend pas que pour qu'il y ait des emplois, il faut des employeurs : pour l'instant, on entend de beaux discours, mais tout est fait pour dissuader d'embaucher !!!
Réponse de le 08/12/2014 à 13:06 :
Il faut des employeurs que ne délocalisent pas; qui ne font pas appel a des "travailleurs détachés", a des étrangers au black et qui paye l’URSSAF....
a écrit le 07/12/2014 à 19:07 :
Commençons par aligner public - privé et les choses iront tout de suite beaucoup mieux. Seulement nos politiques, qui sont fonctionnaires pour la grande majorité, n'ont pas le courage de le faire car ils ne pensent qu'à leur carrière et non à notre pays! Le reste est du vent car réformer seulement le privé amènera ce privé à aller voir ailleurs!
Réponse de le 07/12/2014 à 23:49 :
Très juste. Jamais nos élus clientelistes ne suicideront leur électorat de fonctionnaires syndiqués. Alors pour faire semblant on attaque les taxis les notaires les médecins et on laisse mourir les PME. Heureusement on va supprimer les notes à l'école pourquoi pas les thermomètres à l'hôpital ? Pour ne pas "stigmatiser" les malades?
Réponse de le 08/12/2014 à 8:47 :
Je suis d’accord avec vous trop de fonctionnaire grassement payer a rein faire si si on ferme les hopitaux la poste la sncf bref tous les services publics on les ouvrent au privé et meme mieux on ferme les urgence quand vous aurez un pd 2 solutions soit tu as de l'argent et tu te soigne soit tu en as pas te tu meurt.On prend le modèle allemand on divise par deux les aides on supprime les allocs bref quel beau modele. Plus de salaire minimum on retourne au 18 siecle
Réponse de le 08/12/2014 à 13:09 :
Ils veulent bien aligné le public et le privé mais le privé ne veut pas suivre le public!
a écrit le 07/12/2014 à 18:12 :
La France a fait ses reformes après la guerre pour que le niveau de vie progresse, l'Allemagne les ont fait par la suite pour profiter de la manne française entre autre, et maintenant on nous sollicite pour venir a leur niveau et abandonner les réformes d’après guerre...! Bien qu'il n'y ai plus de manne a conquérir nulle part!
a écrit le 07/12/2014 à 16:30 :
et si cet homme faisait un peu preuve d'originalité ?d' un prix Nobel on peut espérer qq nouveautés ,d’autant que l'herbe n'est toute verte dans les pays en question.
Réponse de le 08/12/2014 à 9:16 :
Trés bon sens critique.
a écrit le 07/12/2014 à 16:21 :
On a donné un prix Nobel de la paix à un président américain qui décide , de son bureau, de la vie ou de la mort par drone interposé .
Les prix Nobel sont des récompenses de bureau , sans se salir les mains.
a écrit le 07/12/2014 à 16:19 :
Mr Tirole, vous formez un vœu pieux avec votre appel à réformes. Le quinquennat Hollande est virtuellement terminé. La lutte est déjà à qui aura le poste de président dans deux ans et demi.
a écrit le 07/12/2014 à 16:04 :
que l'Etat reprenne les 30 M€ de subvention qu'il a accordé à la fondation de ce cher prix nobel et laisse TSE se débrouiller seul avec les deniers de ses "partenaires industriels" puisque ce même Etat doit faire des économies et devenir moins présent...

Et oui M. Tirole, il faudrait veiller à ne pas oublier trop vite grâce à quels fonds vous dinez tous les soirs...
a écrit le 07/12/2014 à 15:54 :
Les neuneus qui critiquent Merkel ils proposent quoi
Du déficit et de la relance par la dévaluation e
tous le monde sait que fini toujours mal

Suède tres bon exemple pour l'école avec des directeurs qui embauchent et dirigent leurs écoles
Pour le chomage ils font la flexisecurite et ca assouplirait notre marche du travail en protégeant les salariés

Le pire est fait par Hollande il ne fait rien
Réponse de le 07/12/2014 à 17:25 :
A la lecture de votre commentaire on découvre qu'il y a aussi des neuneus qui ne critiquent pas Merkel!
Réponse de le 07/12/2014 à 21:58 :
Les réformes scolaires libérales les ont fait dégringoler d'une bonne quinzaine de places entre les deux derniers classements PISA.
a écrit le 07/12/2014 à 15:32 :
Tirole est encore un ultralibéral. Prix nobel pas mérité.
Réponse de le 07/12/2014 à 16:25 :
Tirole est surtout un économiste qui remet les choses en place : la France n'a encore fait aucune réforme, la France est écrasée par les taxes et impôts, la France n'a plus aucun ressort, la France est découragée par un gouvernement qui n'a aucun sens de l'entreprise, et qui préfère saborder le pays plutôt que de risquer une non-reelec!
Réponse de le 07/12/2014 à 17:28 :
Tirole n'est pas un ultralibéral, mais il est plutôt libéral.

Par contre il ne dirait surement pas ce qu'écrit Rouet, car c'est un économiste sérieux.
Réponse de le 07/12/2014 à 17:45 :
@Rouet: vous avez entièrement raison, nos politiques gèrent le pays en fonction de leurs intérêts et surement pas celui du pays. Le pire c'est que l'alternative à droite n'est pas meilleur.
Réponse de le 07/12/2014 à 18:13 :
Triple a une vision réaliste de la situation
La mondialisation est la la refuser nous conduirait au moyen age

Pensez avec des slogans socialistes des années 80 ne correspond plus à rien

Évoluer ou sombrer !!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :