Le Nobel à Jean Tirole : un signe de la victoire de la micro sur la macro-économie

 |   |  1380  mots
(Crédits : Reuters)
Jean Tirole est le deuxième économiste français à recevoir le prix Nobel. Ses recherches ont toujours porté sur l'économie de l'entreprise et les marchés. Est-ce un hasard si c'est un spécialiste de la micro-économie qui a été récompensé?

 D'Edmond Malinvaud, spécialiste des théories de la croissance, on a souvent dit qu'il était « nobélisable ». Mais l'ex directeur général de l'Insee risque d'attendre encore longtemps... puisque c'est son collègue Jean Tirole, qui vient de recevoir ce lundi le fameux prix.
Ces deux économistes ne sont pas de la même génération:  30 ans les séparent. Mais ce qui les différencie surtout, c'est un choix de recherche fondamentalement différent, qui en dit long sur l'état de la recherche économique. Malinvaud était le théoricien des grandes évolutions macro-économiques, l'analyste de la croissance française, notamment. Pour Jean Tirole, pas question d'analyser la dynamique du PIB, le jeu entre l'offre et la demande, l'apport du progrès technique. Ces statistiques globales, il les laisse de côté.
Dès le début de sa carrière Jean Tirole s'intéresse à l'économie industrielle, autrement dit à ce qui se passe dans les entreprises, aux conditions de la concurrence qu'elles se font -ou pas, en cas de monopole- entre elles.

Une école dédiée à l'économie de l'entreprise

Il fonde même à Toulouse, avec son ami Jean-Jacques Laffont, une école dédiée à la recherche et l'enseignement concernant l'ensemble de ces questions de l'économie de l'entreprise la Toulouse School of Economics.
Si c'est Jean Tirole qui a reçu le prix Nobel et non son aîné, c'est notamment parce que la micro-économie, qui analyse le fonctionnement de l'entreprise et des marchés, a le vent en poupe, tandis que la « macro » est au plus mal, au sein de l'université.

La crise a donné le coup de grâce à la macro-économie

Déjà, avant la crise de 2008, depuis le début des années 2000, les jeunes économistes se tournaient vers la micro-, délaissant les théories globalisantes.
La crise, synonyme de faillite des prévisionnistes, a donné le coup de grâce à la macro. Car la prévision des grands indicateurs de l'économie (PIB, emploi, inflation...) repose sur l'utilisation de modèles qui, aujourd'hui, « ne peuvent plus anticiper quoi que ce soit », souligne le directeur d'études économiques de Natixis, Patrick Artus. A la rigueur, ils fonctionnent quand tout est calme, quand les évolutions économiques s'enchaînent logiquement. « Mais depuis l'automne 2008, il y a de telles discontinuités, il y a tant de paramètres, d'incertitudes, que ces modèles sont devenus inopérants », insiste Patrick Artus. Et de diagnostiquer une « vraie crise de la macroéconomie ».

Les ultimes défenseurs de la macro l'admettent, les temps sont difficiles

S'il existe un lieu en France où l'on défend encore cette « macro » - inventée par Keynes et ses successeurs, dans les années 1930 -, c'est bien l'Observatoire français des conjonctures économiques. L'un de ses cadres, Eric Heyer, l'admet, les temps sont difficiles. « Les modèles macroéconomiques, linéaires, sont adaptés à des situations plus ou moins normales. Mais quand un choc important se produit, on ne le voit pas venir. Ensuite, si l'économie reste éloignée de sa trajectoire tendancielle, comme aujourd'hui, la prévision reste très difficile. »
Nos économistes sont-ils en mesure, au moins, de conseiller valablement les responsables politiques ? La situation est pour le moins paradoxale. Alors que la crise de 2008 a remis au goût du jour les relances keynésiennes -au moins dans un premier temps- l'analyse économique fondée sur les leçons du maître de Cambridge s'effondre. Car le problème va au-delà de la simple prévision. Un gouvernement ou une banque centrale pourraient admettre une erreur des experts sur le taux de croissance à venir. Mais la vérité, c'est que les politiques, les banquiers centraux, sont plongés dans le noir absolu. « Aujourd'hui, en raison de la complexité des phénomènes à l'oeuvre dans la crise, notamment financiers, personne n'est capable de dire à la Banque centrale européenne quel sera l'impact d'une baisse d'un point des taux d'intérêt », souligne Patrick Artus.

Les jeunes chercheurs ne s'intéressent plus qu'à la micro

Eric Heyer tempère : « Nous pouvons toujours expliquer les enchaînements économiques.»  Oui, mais de là à pouvoir évaluer vraiment et conseiller les responsables politiques... « Les économistes que je rencontrais avaient toujours d'excellentes idées générales », note un ancien conseiller de Bercy. « Exemple : il faut soutenir le BTP. Mais ils étaient incapables de dire comment : par l'offre, la demande, les propriétaires ? »
En réalité, la si prestigieuse macroéconomie était en crise avant 2008 et la chute de Lehman Brothers.

A tel point que, au-delà des experts médiatiques en piste depuis des années, plus aucun jeune chercheur ne s'y intéresse. « Au cours des années 1990 a émergé la critique des études macroéconomiques, censées expliquer la réalité de centaines de pays à l'aide de dizaines de variables, dont certaines ne voulaient plus dire grand-chose », explique Antoine Bozio, qui dirige l'Institut des politiques publiques (Crest-Ecole d'économie de Paris). « Des modèles entendaient analyser l'économie à l'aide de données comme la religion ou le système légal. Cela n'avait plus de sens. »

Des comptabilités nationales fragiles, qui n''aident pas l'analyse

En outre, s'agissant de la conjoncture, les macro-économistes sont entièrement dépendants des statistiques de la comptabilité nationale, parfois erratiques, qui peuvent les mettre en porte-à-faux. Ainsi, au printemps 2004, les comptes trimestriels de l'Insee font apparaître une hausse de l'épargne, au moment où un certain Nicolas Sarkozy devient ministre de l'Economie. Ces statistiques le poussent à prendre des mesures encourageant le déblocage de l'épargne, afin de favoriser la consommation. Ce qui est moins connu, c'est que, quelques trimestres plus tard, une fois les comptes bien établis, l'Insee publiera des séries statistiques montrant que l'épargne était déjà en... baisse, au moment de l'arrivée de Nicolas Sarkozy à Bercy. Le raisonnement servi par les économistes était comme bâti sur du sable.

Dénicher une base de données inédite, le nec plus ultra

Autant de motifs pour déserter la macroéconomie, comme le font les jeunes chercheurs, qui optent alors pour la microéconomie, pourtant considérée comme de peu d'intérêt au cours de leurs premières années d'université. « L'idée s'est imposée au cours des années 2000 qu'un travail de qualité reposait sur l'analyse précise de données microéconomiques, le nec plus ultra étant l'utilisation d'échantillons, de groupes tests, un peu comme dans la recherche médicale. »
Ces travaux peuvent porter sur des thèmes proches de la macro, comme le marché du travail, la santé, etc., mais toujours avec une approche très pointue, très micro... Ainsi, c'est en comparant un échantillon de salariés travaillant en France et un autre de frontaliers résidant en France mais travaillant à l'étranger que l'économiste Pierre Cahuc a évalué récemment l'impact réel de la défiscalisation des heures supplémentaires. Question macro économique, méthode micro...
Les grandes revues scientifiques raffolent de ces études pointues. La mode n'est pas à l'élaboration de nouvelles théories. Dénicher une base de données inédite suffit pour être publié, même si l'analyse se révèle faiblarde.

Aucun moyen de définir une stratégie globale, face à la crise

Les centres de recherche économique les plus en pointe, l'Ecole d'économie de Paris ou TSE (Toulouse School of Economics), multiplient les études sectorielles ou de micropolitique, s'interdisant de toucher à la macro.
Autant d'études passionnantes, qui peuvent servir de base à des réformes de tel ou tel moyen d'intervention - on peut penser au crédit d'impôt recherche, dont les effets ne sont pas toujours bien mesurés -, mais ces travaux ne peuvent en aucun cas contribuer à définir une stratégie globale face à la crise, à indiquer la meilleure politique budgétaire, le rythme de baisse du déficit qui évite de casser toute croissance, la politique monétaire la plus adaptée..
"La crise a donné le coup de grâce à la macroéconomie », relève Antoine Bozio. Mais, tôt ou tard, il faudra bien que certains chercheurs répondent aux angoissantes interrogations des responsables politiques.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/10/2014 à 12:58 :
et voilà, un économiste ultra libéral, qui a libéralisé une université d état sponsorisée par des banques et des groupes mondiaux, est maintenant honoré par un jury ultra libéral. bref, quels propos seraient tenus si un jury du soviet suprême avait honoré un économiste marxiste pur jus??? quels articles auraient été écris (hormis les cocoricos d usage)...
a écrit le 14/10/2014 à 10:17 :
des économistes grecs ont bien reçu des prix dans les années 2000... ça n'a rien changé à la "conduite" du pays.
a écrit le 14/10/2014 à 9:22 :
Les Prix Nobel "scientifiques" ne sont-ils pas politiques?
a écrit le 14/10/2014 à 9:22 :
Les Prix Nobel "scientifiques" ne sont-ils pas politiques?
a écrit le 14/10/2014 à 9:11 :
La macroéconomie doit prendre en compte le travail, le capital qui est du travail déjà réalisé, et l'énergie qui est du travail économisé.
a écrit le 14/10/2014 à 9:01 :
Notre agrégée d'économie Nathalie Arthaud va pouvoir se remettre à niveau car les diplômes ne font pas la compétence.
Espérons que nos impôts ne vont plus être engloutis dans le trou noir de la Dette à rembourser
a écrit le 14/10/2014 à 8:56 :
Felicitation pour un trés beau prix bien qu'il n'ai jamais dû créé un seul emploi en France
J'espére que nos dirigeants vont lui demander conseil pour la suite...
N.B : encore un qui doit se mordre les C..... d'être rentré en France
Mais il est encore temps pour lui de se barrer
a écrit le 14/10/2014 à 8:54 :
Suite! Ce chercheur pourrait peut-être offrir l'Economie pour les Nuls à nos joyeux Pieds Nickelés: Macron, Sapin et autres Montebourg!
a écrit le 14/10/2014 à 8:33 :
Merci à ce Français qui apporte une lueur d'espoir à notre pays et ses citoyens systématiquement abattus par une classe politique incompétente, clientéliste et impôphage pour son profit personnel.
a écrit le 14/10/2014 à 6:52 :
L'économie est à la science ce que l'astrologie est à l'astronomie.
Réponse de le 14/10/2014 à 8:50 :
Bien résumé! 2 domaines différents mais les mêmes charlatans
Réponse de le 14/10/2014 à 14:08 :
+1000
Réponse de le 15/10/2014 à 16:52 :
Il a fallut 2000 ans pour separer l astronomie de l astrologie ! L etude de l economie est tres recente et Nous les microeconomistes esperons bien y arriver un jour !
a écrit le 13/10/2014 à 22:34 :
un spécialiste des équations comme Muet ou Fitoussi... l'économie est avant tout un science sociale
a écrit le 13/10/2014 à 19:46 :
Si la France est un grand corps malade, c'est qu'on la vampirise... on lui pompe son épargne.
a écrit le 13/10/2014 à 18:25 :
concernant les macroeconomistes, c'est normal qu'ils ne voient rien venir; par definition leurs modeles sont ' toutes choses egales par ailleurs', les agents homogenes, et les parametres econometriques stables, l'horizon de prevision 3 mois car ' apres, on est tous morts comme disait keynes'... ils voient par contre ex post leurs erreurs avec des tests structurels, ce qui explique le proverbe ' le macroeconomiste peut expliquer apres pourquoi ce qu'il avait predit avant n'est pas arrive' ;-))
a écrit le 13/10/2014 à 18:21 :
l'economie industrielle c'est pas la micro economie, c'est la meso economie; en clair l'economie inter entreprises, avec un trypique souvent mis en avant: le paradigme SCP ( structure - de marche- comportements performances)
Réponse de le 14/10/2014 à 9:15 :
Il serait plus simple de parler de théorie des systèmes. Merci.
a écrit le 13/10/2014 à 18:11 :
Ce monsieur ne fait pas le poids face à un Maurice Allais, hélas disparu
a écrit le 13/10/2014 à 17:55 :
Ce monsieur peut nous donner une date pour la faillite de la France.?
a écrit le 13/10/2014 à 17:47 :
Heureusement que le prix Nobel ne se décide en fonction du nombre de passages à la télé dans les émissions destinées (parfois) à nous faire comprendre l’économie grâce à des spécialistes reconnus, ce Jean Tirole ne fait pas partie des sociétaires de "c'est dans l'air" par exemple.
Réponse de le 13/10/2014 à 18:11 :
Il se décide d'après le Q.I. (Qui a Indiqué) fourni par les américains, voilà !
a écrit le 13/10/2014 à 17:27 :
Pour une fois je ne vais pas du tout être d'accord avec l'auteur!

Si les modèles macro sont loin d'être parfaits, et prévoient bien mal les impacts des politiques économiques, les modèles micro ne le font pas du tout!

Alors évidemment viser le bon objectif et ne pas être capable de l'atteindre peut prêter à des moqueries, mais viser des objectifs sans en connaitre leurs intérêts et leurs impacts et infine leur utilité ne peut-être objet de glorification! C'est pourquoi les vieilles macro et microéconomies sont dépassées.

La question est de faire un "pont" entre la micro et la macro... de faire progresser la science économique, et il y a aujourd'hui bien plus que deux voies pour le faire..

L'opposition factice que vous faites ne sert à rien, et elle est totalement dépassée. D'ailleurs, la microéconomie keynésienne est bien au cœur des travaux de Tirole, qui n'est pas aussi facilement classable que vous ne le faites.
Réponse de le 13/10/2014 à 18:26 :
l'economie industrielle c'est pas de la micro, c'est de la meso economie ( c'est le pont dont vous parlez)
a écrit le 13/10/2014 à 17:06 :
On a le Nobel d'économie, alors que le gouvernement français n'est pas capable de faire un budget a l'équilibre depuis mathusalem?
Réponse de le 13/10/2014 à 17:22 :
+100000
Réponse de le 13/10/2014 à 18:23 :
Eh oui, M. Orden, il suffit de voir ce que le 1er secrétaire du PS répond au nouveau Ministre (non élu) de l'Economie sur le Régime Chômage pour comprendre qu'il faut surtout que rien ne bouge pour espérer s'en tirer au prochain scrutin. Le changement, c'est jamais.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :