La France comptera 375.000 à 454.000 chômeurs de plus en 2009 selon l'Unedic

L'assurance chômage prévoit entre 375.000 et 454.000 chômeurs supplémentaires en France en 2009, selon deux nouveaux scénarios fondés sur des hypothèses d'un repli du PIB de 1,5% et de 1,8%.

L'année 2009 s'annonce particulièrement mauvaise sur le front de l'emploi en France. Alors que 90.200 demandeurs d'emplois supplémentaires ont été recensés en janvier, l'Unedic prévoit au total entre 375.000 et 454.000 chômeurs de plus cette année, selon des sources syndicales citées par l'Agence France Presse (AFP). Mi-février, la prévision était encore de 282.000 chômeurs supplémentaires, après une hausse de 217.000 inscrits en catégorie 1 en 2008.

L'assurance chômage a établi ses prévisions selon deux nouveaux scénarios, examinés ce mercredi et basés sur des hypothèses d'un repli du Produit intérieur brut (PIB) français de 1,5% et de 1,8%. Le gouvernement table pour sa part sur une contraction de 1,5% de l'activité économique cette année. Selon une source syndicale, les deux nouveaux scénarios n'ont pas été formellement "actés", le bureau préférant "attendre avril pour prendre en compte la situation de mars, où nous constatons sur les dix premiers jours une forte dégradation" de la situation de l'emploi.

Début mars, le président de l'Unedic, Geoffroy Roux de Bézieux, avait prévenu que l'estimation initiale allait être revue à la hausse. Mais il n'évoquait alors que le chiffre de 300.000 demandeurs d'emplois de plus. "Les chefs d'entreprise, très inquiets de la conjoncture" ont "commencé beaucoup plus vite que ce que l'on pensait", par rapport aux récessions précédentes, "à mettre fin aux missions d'intérim, aux CDD", avait-il expliqué au micro de France Info.

Si le PIB devait reculer de 1,8% en 2009, le déficit cumulé du régime fin 2010 se creuserait ainsi à 8,608 milliards d'euros, alors qu'un retour à l'équilibre financier de l'Unedic était encore il y a quelques mois prévu à cet horizon.

Par ailleurs, patronat et syndicats se sont accordés mercredi pour que l'assurance chômage contribue financièrement à la nouvelle amélioration de l'indemnisation du chômage partiel de 60% à 75% du salaire brut promise par le gouvernement. La décision a été "unanime", "on est tous conscient qu'il y a un caractère d'urgence", a précisé Geoffroy Roux de Bézieux.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 3
à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
faut donner le vrai chiffre du chomage pas des categories tous tous !!! la sa va pas le meme !!!

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
Alors, est ce que c'est de vrai chiffres...ou allons nous avoir encore des révisions à la hausse des chiffres....sinon, pourquoi ne pas indemniser plus les autres chômeurs aussi...

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
Augmentation du chômage record, déficit budgétaire record, déficit commercial record,dette record de 1300 milliards de d'euros, nombre de voitures brûlées record, alcoolisme record, manque record de 300 000 places de prisons... La liste est longue et...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.