Les mises en chantier de logements en France toujours mal orientées

 |   |  238  mots
Quelque 72.710 mises en chantier seulement ont été dénombrées entre décembre 2008 et février 2009, soit une baisse de 22,1% par rapport à la période comprise entre décembre 2007 et février 2008, selon le ministère de l'Ecologie.

Les mises en chantier de logements en France ont reculé de 22,1% entre décembre 2008 et février 2009, comparé à la même période un an plus tôt, a annoncé ce mardi le ministère de l'Ecologie. Le nombre de permis de construire (100.119 unités) a également baissé de 14,8% entre décembre et février.

Pour le seul mois de février 2009, les mises en chantier progressent toutefois de 3%, par rapport au mois correspondant de 2008, à 29.616 unités. "Ce dernier chiffre donne une petite bouffée d'espoir mais il ne faut pas trop s'illusionner car il est gonflé par la mise en place du doublement du prêt à taux zéro pour le logement neuf", selon Michel Mouillart, professeur d'économie à l'Université Paris X-Nanterre, cité par l'AFP.

De son côté, le président de la Fédération des promoteurs-constructeurs, Jean-François Gabilla, croit pour sa part à un "frémissement" du marché. "L'efficacité du plan de relance, notamment avec les mesures fiscales pour les investisseurs, qui se fait actuellement sentir dans les ventes, se traduira par une amélioration des chiffres à partir du deuxième semestre", a-t-il déclaré à l'AFP.

"Les ventes des promoteurs ont été multipliées par deux ou trois par rapport au quatrième trimestre 2008 et le taux de désistement a diminué de moitié par rapport au mois de décembre", assure Jean-François Gabilla en attendant la publication des chiffres officiels des ventes.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
La construction ou l'achat d'un logement n'est plus que réservé aux très riches ou aux inconscients qui risquent de se retrouver sur la paille comme dans le cas des subprimes. Par aileurs, les taxes foncières n'arrêtent pas d'augmenter et sont à prendre en compte. Un smicard n'arrive plus à se loger correctement. Un smicard avec une famille, c'est une galère épouvantable !
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Privatisation des entreprises publics => pognon => Investissement massif dans la recherche et le logement social => Pognon et bonheur
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Et pas de libération de logement social pour les plus démunis, pour les autres, avec les vacances à prix mini pour ceux qui peuvent encore partir je conseille à madame Boutin d'acheter des actions QUETCHUA comme cela elle pourra ajouter à ministre du logement et de la ville les villages de tentes,
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
y'aurait besoin de resortir les tentes... dès qu'on en parle plus, les ministres ont la facheuse habitude de ne plus se souvenir et de partir sur de nouveaux combats sans régler les problèmes précédants. C'est bien pour ça qu'ils ne font jamais rien, ils se dispersent trop.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Il n'y a plus d'acheteur alors pourquoi construire ? Mes journaux gratuits sont déjà remplis de maisons et d'appartements à vendre.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :