Emploi salarié : 175.100 destructions nettes au premier trimestre

 |   |  249  mots
Un total de 175.100 destructions nettes d'emplois salariés dans le secteur privé couvert par l'assurance chômage a été enregistré au premier trimestre 2009, soit un recul de 1,1% sur un trimestre, selon des données diffusées mercredi par Pôle emploi.

Un total de 175.100 destructions nettes d'emplois salariés dans le secteur privé couvert par l'assurance chômage a été enregistré au premier trimestre 2009, soit un recul de 1,1% sur un trimestre, selon des données diffusées mercredi par Pôle emploi.

Sur un an, de fin mars 2008 à fin mars 2009, les effectifs salariés ont reculé de 1,8%, soit une perte nette de 296.500 emplois, selon les données du régime d'assurance chômage (Unedic).

L'Insee, dont le champ statistique est légèrement différent de celui de l'assurance chômage, publiera jeudi matin ses propres statistiques définitives sur l'emploi salarié en France au premier trimestre.

A la fin mars, le nombre de salariés dans le secteur privé s'est donc trouvé ramené à 16.478.000 dans les établissements affiliés au régime d'assurance chômage.

Tous les secteurs d'activité ont accusé des pertes nettes d'emploi au premier trimestre. L'industrie a enregistré la baisse la plus forte (-1,5%, soit -48.800 postes), devant le tertiaire (-1,1%, soit -124.800 postes) et la construction (-0,1%, soit -1.300 postes).

De fin mars 2008 à fin mars 2009, les destructions nettes d'emplois ont atteint 200.500 dans le tertiaire (-1,7%) et 107.500 dans l'industrie (-3,2%). Seule la construction a affiché 11.500 créations nettes d'emplois sur cette période (+0,8%).

Les nombreux effectifs intérimaires sont comptabilisés dans le tertiaire, même s'il s'agit de missions effectuées dans l'industrie ou dans le BTP. Or l'intérim a perdu 84.900 postes au premier trimestre (-15%), soit une chute de 248.300 postes sur un an (-34,1%).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
La crise amplifie la destruction de l'industrie au profit du tertiaire. Plus de commerçants et moins de producteurs ! vous serez bientôt condamnés à manger vos téléphones mobiles.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Les chomeurs apprecieront les remunerations des patrons frnaçais du CAC.
Selon l?édition du Monde du 29 avril 2009, les rémunérations fixes et variables (en?) de certains patrons en 2008 :
Danone ? Franck Riboud : 4 279 350
LVMH ? Bernard Arnalut : 3 879 396
L?Oréal - Jean- Paul Agon : 3 465 000
GDF SUEZ ? Gérard Mestrallet : 3 168 037
Total ? Christiohe de Margerie : 2 802 875
Vivendi ? Jean Bernard Lévy : 2 568 900
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Lorsque des millions de personnes sont frappées par le chômage, est-il normal que des patrons se paient démesurément sur leur entreprise, que se développent (ou dérapent) chez eux cet appât du gain et cette avidité ?


Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :